Les rédactions partenaires (2). 20 minutes

Je poursuis ici la petite série de billets sur les rédactions avec qui nous travaillons. Après avoir été à la rencontre de l’équipe de Binge Audio, je suis ensuite allé visiter 20 minutes, avec qui nous sommes associés dans le cadre du projet-pilote ‘”Supprimer ses règles ?”.

Une matinée dans la rédaction d’un quotidien

Vue sur la salle de rédaction. © 20 Minutes

J’ai été reçu chez 20 minutes, dans le 15e arrondissement de Paris, durant une matinée de travail où j’ai pu me faire une idée du fonctionnement ordinaire de la rédaction ainsi que de son ambiance générale. J’ai commencé ma visite en assistant à une première réunion, celle du service actualité. L’objet était ici pour les participants de faire un point quotidien sur les sujets en préparation, l’avancée des enquêtes en cours ainsi que les articles prêts à être publiés. La cheffe du service, en l’occurrence Claire Planchard, qui est aussi la rédactrice en chef adjointe qui m’a invité ce jour-là, s’assure que chacun avance de son côté, distribue des conseils et tranche sur les directions à prendre. Elle prend aussi des notes, par exemple des messages à transmettre aux autres services (par exemple lors qu’un manque de coordination a été constaté par un journaliste), mais elle liste surtout les sujets prêts et à venir pour l’édition du lendemain.

J’ai ensuite suivi Claire à sa réunion suivante, dite “du print”, où les chefs de tous les services se retrouvent pour se coordonner et décider du contenu des éditions à venir. Elle a lieu dans une salle quasi-entièrement vitrée positionnée au centre de la rédaction. Chacun présente et défend les sujets que son service a produits puis, dans un effort collectif, le chemin de fer de la version papier est rempli, la publication des articles de la version web est planifiée et les notifications mobiles sont décidées. Pour terminer, le rédacteur en chef suggère un sujet en particulier pour la Une, suivent quelques discussions sur l’illustration la plus pertinente à choisir et sur certains points techniques avant que tous ne se séparent. L’ambiance ici est un curieux mélange de décontraction et de concentration, où les blagues fusent et les apartés inter-personnels ne sont pas rares, qui témoigne d’une activité de routine servant autant à faire le journal qu’à entretenir la cohésion entre les principaux responsables de la rédaction.

Pour terminer, Claire a pris le temps pour me présenter plus formellement l’entreprise ainsi que son fonctionnement. Suite à mon étonnement de découvrir un journal bien différent de celui j’avais imaginé (à partir des exemplaires imprimés que j’avais pu parcourir dans le métro), nous avons échangé un moment sur la difficulté pour la rédaction d’assumer l’étiquette de “journal gratuit” et les stéréotypes négatifs qui lui sont associés. Nous avons ensuite fait le tour des locaux à l’occasion duquel j’ai pu me faire une idée plus précises des modalités d’organisation matérielles et techniques qui permet à cette centaine de personnes de travailler de concert.

L’identité d’une rédaction

Je retiens de cette visite en particulier trois éléments importants pour comprendre le contexte dans lequel prend place ce projet-pilote “Supprimer ses règles ?”.

© 20 Minutes

Premièrement, je note l’existence dans cette rédaction d’une réflexion collective sur les conditions de travail dans le monde de la presse. Un exemple que je trouve évocateur : il a été décidé il y a quelques mois de confier à une personne en particulier la fonction de rédacteur en chef pour chaque jour de la semaine, de sorte à répartir de manière collégiale la charge de travail, les responsabilités ainsi que la satisfaction de pouvoir imprimer sa propre marque sur le contenu éditorial. Ce souci pour les conditions de travail de chacun ne place évidemment pas cette entreprise à l’abri des tensions et des situations de crise (par exemple une grève en juin dernier), qui peuvent s’installer comme dans toute organisation.

Deuxièmement, 20 minutes possède aujourd’hui une audience très large, qui ne se cantonne pas − et de loin − au journal papier distribué gratuitement dans le métro. Celle-ci est le résultat à la fin des années 2000 d’un virage vers la publication en ligne. Est développé d’abord en 2007 un site internet qui s’hisse dès 2011 sur le podium des sites d’information en France, puis une application mobile qui draine aujourd’hui une très grande partie des lecteurs. Ce fait que les lecteurs fidèles ne lisent finalement que peu l’hebdomadaire sur papier, qui reste aujourd’hui surtout une vitrine, importante pour rester visible dans l’espace public et comme vecteur privilégié de diffusion de la publicité, et donc aussi comme produit d’appel pour les annonceurs.

Troisièmement, la rédaction assume de ne traiter qu’a minima certains pans de l’actualité (par exemple la politique internationale) et qui lui vaut la critique de ne délivrer à son public que “vingt minutes de lecture“, c’est-à-dire une information ultra-condensée. Plutôt que faire directement concurrence aux grands titres de la presse nationale quotidienne, et mener une bataille qu’elle considère perdue d’avance, la rédaction de 20 minutes a fait le choix au contraire de miser sur des thématiques qui passent ailleurs entre les mailles du filet : typiquement l’écologie ou l’égalité des sexes. Cette possibilité d’innover, m’explique-t-on, est rendue directement possible par le modèle de financement par la publicité qui, s’il présente des inconvénients (par exemple la place consacrée aux annonces dans la maquette), confère également une grande autonomie sur le plan éditorial.

La recherche confrontée à l’exigence de l’équilibre financier

Ces trois éléments de contexte permettent de mieux saisir en quoi une enquête mêlant journalistes et chercheurs sur le thème des règles menstruelles trouve une place chez 20 minutes. Le fait est qu’Aude Lorriaux, la journaliste du binôme, a été engagée au sein de cette rédaction pour occuper le poste de grand reporter sur les questions d’égalité entre les sexes (évoqué plus haut). Ainsi, le projet de Julie et d’Aude entre dans cette catégorie des sujets qui sont considérés comme absents dans l’espace public et que 20 minutes entend promouvoir au titre d’une ligne éditoriale distincte de celle de ses concurrents directs.

Il faut alors comprendre que cette enquête n’est en cela pas vouée à remplir une demi-page de la version imprimée, même si elle y sera vraisemblablement évoquée d’une manière ou d’une autre. Elle est surtout prévue pour donner lieu à un article long sur le site internet, et pourrait même être déclinée en plusieurs objets éditoriaux mutuellement articulés − interviews, podcasts, sondage, etc. − dont 20 minutes pourra tirer parti de différentes manières, par exemple avec une accroche sur le format papier et sur l’application mobile pour attirer les lecteurs en nombre.

Finalement, avec cet exemple du projet-pilote “Supprimer les règles ?”, c’est la question cruciale de l’intégration des sujets orientés “recherche” au sein des médias grands publics qui se pose. Il s’agit très directement d’interroger la manière dont les résultats scientifiques peuvent être diffusés dans un contexte économique très compétitif. Les résultats scientifiques les plus bruts, n’ayant a priori qu’une faible valeur marchande, peuvent être insérés dans une stratégie imposant un équilibre constant des finances ? La recherche peut-elle entrer dans ce moule et se plier à ces règles pour être lisible ?

Si l’on peut d’ors et déjà envisager une réponse affirmative à ces questions, cela n’assèche pas le débat mais soulève au contraire de nouvelles interrogations :

  • Dans quelle condition cette réussite pourra-t-elle être réitérable ?
  • Le projet PLACES aura-t-il été un facteur prépondérant ou aura-t-il été seulement un cadre facilitateur ?
  • Suffit-il qu’une journaliste soit convaincue de l’intérêt de nourrir sa démarche de science, et qu’elle trouve un.e collègue chercheur volontaire pour que cela fonctionne ? Ou faut-il le poids d’une institution telles que l’EHESS pour pousser et convaincre un acteur tel que 20 minutes de l’intérêt de ce type de démarche de collaboration ?
  • Plus largement, le cas de ce projet demande aussi de s’interroger sur le modèle idéal de la médiation scientifique au sein des médias grand public : est-ce une activité à réserver à des journalistes spécifiques ou est-ce qu’il y aurait une culture scientifique à enseigner au sein des rédactions ? Quid également de la culture journalistique à transmettre aux chercheurs ?

 

Merci infiniment à 20 minutes, Claire Planchard et Aude Lorriaux pour leur accueil et pour l’autorisation de diffuser les photographies utilisées en illustration !

Édit du lendemain : correction de quelques imprécisions et changement du lien sur les critiques formulées à l’encontre de la rédaction.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.