Étude de cas (4). L’Illusion nationale

Couverture de l’ouvrage (© Les Arènes − 2017)

Le 21 mars 2018, c’est l’ouvrage L’Illusion nationale (Les Arènes, 2017) qui a été mis à l’honneur du séminaire. Nous avons accueilli à cette occasion ses deux auteurs, Vincent Jarousseau et Valérie Igounet, respectivement photojournaliste et historienne, pour les entendre nous exposer les modalités concrètes de leur collaboration. Leur enquête a duré deux ans, durant lesquels ils ont entrepris de se familiariser avec le quotidien de trois villes dirigées par le Front national (aujourd’hui devenu Rassemblement national), travail qu’ils ont restitué sous la forme d’un roman-photo.

C’était une séance riche de discussions et de questionnements, nos deux invités s’étant prêtés de bon cœur au jeu de l’analyse réflexive. Il faut dire que cette séance était tout particulièrement attendue car constituait (à notre connaissance) un des rares cas de collaboration réalisé en binôme et qui plus est orientée vers une enquête de terrain, tel que c’est le cas dans le projet PLACES. C’était donc l’occasion d’explorer concrètement comment deux individus peuvent en arriver à travailler de concert, à ajuster leurs manières de faire, leur contraintes et leur temporalité propre. C’était sur ce plan une séance très réussie.

Le déclencheur de l’enquête et l’esprit du livre

Pour placer le contexte, tout d’abord, Valérie Igounet et Vincent Jarousseau ne se connaissaient pas en amont du projet, c’est au moment de leur rencontre au cours d’une présentation en librairie qu’est née l’idée d’une enquête expressément compréhensive au sein des communes ayant été en 2014 par un candidat Front National. Valérie y a vu l’occasion d’approfondir sa connaissance des mouvements d’extrême droite en s’intéressant non plus à ses élites mais à sa base la plus invisible. Pour sa part, l’intérêt de Vincent était plus militant : en tant qu’ancien élu d’arrondissement à Paris, le fait que les gens confient au FN le soin de diriger leur commune interrogeait profondément le sens de son action politique passée.

Planche extraite de l’ouvrage (© Les Arènes − 2017)

Quoique pour des raisons différentes, tous deux avaient ainsi pour ambition de restituer la parole des habitants de ces municipalités, qu’ils soient favorables ou non à leur maire, et souhaitaient pour cela la resituer dans le contexte de leur énonciation. C’est ce qui a fait du facteur temps une condition essentielle de la réussite du projet. C’est aussi ce qui a rendu la photographie aussi centrale, comme manière privilégiée de mettre en image l’ordinaire de la vie locale. C’est enfin ce qui les amenés à contourner les cadres institutionnels et les élus locaux − dans les premiers temps d’enquête du moins − pour préférer aller à la rencontre des gens, sans questions préétablies, en se donnant la possibilité d’être surpris et de rebondir de situations en situations.

En procédant de la sorte, ils ont su franchir les portes des habitations, participer à des moments de vie, ce qui leur a demandé en retour beaucoup d’investissement, aussi bien sur le plan temporel qu’affectif. Mais cette démarche a aussi demandé beaucoup d’exigence sur le plan de la probité intellectuelle, ont-ils expliqué. Il est apparu en effet crucial de savoir faire pareillement face à la confiance qu’à la défiance des personnes rencontrées, et donc accepter tout autant d’être mis en dans la confidence que d’être mis à la porte des habitations. En toute circonstance, il est apparu indispensable aussi de rester respectueux des opinions entendues. Sur ce dernier plan, les auteurs ont évoqué leur exigence de ne jamais céder à la tentation de prélever les paroles les plus susceptibles de faire le « buzz », et au contraire de s’obliger à entrer dans le fond des propos pour en rendre compte de la manière la plus honnête.

Les conditions de l’enquête

Une contrainte forte à laquelle les auteurs ont dû faire face est l’éloignement géographique de la résidence de Valérie, dans le sud de la France, donc à bonne distance de la plupart des mairies FN nordistes. Pour cette raison, la tâche de défricher le terrain a souvent été confiée à Vincent, qui s’est attaché à se familiariser avec la géographie de la ville, ses lieux-clés, ses contraintes ainsi que ses moments et lieux de sociabilité. Il y revenait ensuite accompagné de Valérie pour explorer les réseaux de sociabilités permis par les premiers contacts qu’il avait initialement collectés.

Valérie Igounet et Vincent Jarousseau (source inconnue)

Cet éloignement a donc eu pour effet d’imposer une certaine indépendance au moment de l’enquête, rendu d’autant plus saillant du fait que seul Vincent était compétent pour prendre des photos et ce, même s’ils se sont attaché à réaliser l’essentiel des entretiens en binôme. Cette indépendance dans l’enquête a été contre-balancée par une forte cohésion ensuite, au moment du choix des données et du séquençage du livre. Il reste qu’il a été parfois compliqué pour eux de partager leurs données, produites en très grand nombre, imposant d’ailleurs de part et d’autre un travail de pré-sélection avant la mise en commun.

Un facteur-clé dans la réussite de l’entreprise, ont-ils souligné, a été le soutien sans faille des Éditions des Arènes autant sur le plan matériel, financier qu’intellectuel. Sur les deux premiers plans, en offrant aux auteurs un contrat dénué de contraintes de temps, incluant le remboursement des frais engagés (hôtel, repas, transport, etc.), une avance sur le salaire promis ainsi que des conditions avantageuses concernant les droits d’auteurs futurs, la maison d’édition a réellement rendu possible cette enquête immersive. Sur le plan intellectuel, l’équipe de rédaction a été pleinement investie dans l’élaboration du projet, en organisant et en participant aux séances de travail, en les soutenant dans leurs choix et en les conseillant sur le plan éditorial.

En ce qui concerne les facteurs de réussite du projet, un dernier élément doit être mentionné, il s’agit du facteur humain. Comme relevé assez rapidement par Valérie, le fait est qu’un tel projet n’aurait pu voir le jour s’ils n’avaient pas « humainement accroché ». De fait, l’unité du discours commun chez ces deux auteurs, aux personnalités pourtant très distinctes, était effectivement remarquable. Le plan des valeurs comme sur le plan des manières de travailler, ils ont montré une importante compatibilité. Un participant s’en est d’ailleurs étonné explicitement, lorsqu’il a témoigné de son sentiment d’avoir affaire à un seul et unique auteur.

Questionnements

L’entente étroite entre les deux auteurs paraît être une marque de fabrique de ce projet. Une question cependant mérite d’être posée : dans quelle mesure n’est-ce pas la conduite de ce projet elle-même (nécessitant un investissement intense et réalisé dans des conditions relativement favorables) qui a suscité le rapprochement entre ces personnes ? Autrement dit, cette entente est-elle cause ou conséquence ? C’est un point qui mérite d’être considéré de près car cela questionne les conditions initiales d’un projet de collaboration. Un minimum d’entente et de confiance pré-existant est-il indispensable pour collaborer de manière efficace ? D’ailleurs, on peut aussi se demander si l’existence d’une entente et une confiance mutuelle ne pourrait pas être également contre-productif en certaines circonstances ?

Il ne faut pas non plus négliger le soutien du tiers que constitue l’éditeur qui a permis de libérer les auteurs de nombreuses contingences matérielles. Si la question financière ici a été frontalement mentionné comme déterminante, il ne faut peut-être pas non plus sous-estimer le rôle joué sur le plan de l’accompagnement, voire du « coaching ». Dans quelle mesure peut-on favoriser l’émergence d’une telle figure dans le cadre d’une collaboration ? Cette figure peut-elle aussi avoir des effets négatifs sur la conduite de tels projets, et si oui lesquels ?

Enfin, c’est la répartition des activités d’enquête, et la gestion de la contrainte spatiale qui doit nous interroger. De toute évidence, il ne s’avère pas indispensable que les deux membres du binôme partagent une même unité spatiale, puisqu’il est possible de pallier les inconvénients de la distance par une relation interpersonnelle privilégiée. Il ne reste pas moins qu’une telle contrainte n’est pas minime, elle pourrait aussi suffire à faire échouer le projet au sein de binômes qui ne sauraient pas la prendre en charge. Comment est-il alors possible de soutenir les échanges et le partage de données de ce type spécifique de collaboration ? Sur ce point, on rejoint les réflexions menées par l’ICIJ dans le cadre des Panama Papers, où l’on a vu que l’enjeu de la collaboration à distance a constitué dès le début un élément de réflexion, et dont on pourrait largement s’inspirer.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.