« Collective Science », une plateforme de collaboration en psychologie expérimentale

Dans la dernière lettre d’information de l’Institut des sciences humaines et sociales, on peut lire une longue présentation du projet « Collective science ». Il consiste en la création d’une plateforme web et sa mise à disposition au sein de la collectivité scientifique, dans le but de favoriser la construction de protocoles, de mutualiser les tâches expérimentales, de coordonner les travaux et de faciliter la réplication des expériences concernant certains troubles liés à l’autisme. Par ailleurs, au-delà de la seule communauté scientifique, ce dispositif a comme ambition supplémentaire d’associer les volontaires citoyens à la constitution de corpus de données scientifiques.

On apprend dans cet article qu’un des enjeux clé d’un tel projet est, comme pour PLACES, son adéquation avec la règlementation européenne sur la protection des données personnelles (RGPD). La question de la collaboration en sciences soulève en effet inévitablement celle du partage et du traitement massif de données collectées, sujet sensible s’il en est, a fortiori pour les thématiques de recherches relevant du champ de la santé. Le RGPD exige de toute entreprise de ce type de déclarer à la CNIL les moyens employés pour garantir la confidentialité des personnes, d’indiquer qui précisément y a accès et sur quels supports ces données sont stockées.

Cette protection juridique est précieuse pour les citoyens européens, mais pèse lourdement sur les équipes de recherche tant au niveau de la préparation administrative du projet qu’au niveau de sa mise en œuvre pratique. Sur ce plan, le projet Collective science apporte une réponse originale qui mérite d’être considérée de près. Ses instigateurs ont choisi de placer l’enjeu de l’adéquation avec RGPD au centre de leur entreprise, plutôt que de le considérer comme une contrainte périphérique à traiter ultérieurement. Leur choix a été de poser le principe d’une « privacy by design« , c’est-à-dire d’imposer aux participants du projet cette protection des données personnelles sans les solliciter directement mais au travers de la conception même de la mécanique de l’outil. Autrement dit, cette plateforme est pensée pour ne pas pouvoir fonctionner autrement qu’en respectant le cadre RGPD.

Pour en savoir plus :

 

Crédit illustration : projet Collective Science.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search