Les rédactions partenaires (3). Cafébabel

Après avoir fait le compte-rendu de ma visite chez Binge Audio et 20 minutes, je termine ici la petite série de billets concernant les rédactions partenaires du projet PLACES. Avec ma collègue Alexandra, nous nous sommes rendus à Bruxelles fin novembre pour rencontrer la rédaction de Cafébabel, avec qui nous travaillons dans le cadre du projet-pilote « La frontière des extrêmes ».

Les locaux de l’espace Kano où la rédaction de Cafébabel est installée à Bruxelles

Un après-midi de réflexion collective

Les locaux de Cafébabel ayant récemment déménagé de Paris à Bruxelles, pour être installés dans l’espace de coworking Kano, il a fallu prendre le train pour visiter le troisième média partenaire du projet PLACES. Après un rapide tour du propriétaire, nous avons été installés autour d’un café dans une petite salle de réunion en compagnie de François Fameli, le rédacteur en chef de Cafébabel et de Safouane Abdessalem, le journaliste associé au projet.

Ce qui m’a interpellé cet après-midi-là c’est le tour pris par notre rencontre. Nos échanges ont commencé autour d’une présentation de notre place à ma collègue et moi dans le projet PLACES , comme observateurs des projets-pilotes et rédacteurs d’un rapport sur le sujet. Puis, la parole s’est rapidement libérée, donnant lieu à une longue discussion à bâtons rompus. Nous avons abordé des sujets aussi divers (et dans le désordre) que la mise en œuvre du projet-pilote en cours, les modalités de collaborations idéales et effectives entre journalistes et chercheurs, la particularité d’un média tel que Cafébabel, l’histoire de ce dernier, son financement et son fonctionnement. Les prises de parole étaient libres, nous posions tous les quatre des questions auxquelles nous autorisions tous à répondre et que nous nous autorisions tous à compléter voire à nuancer.

Ainsi, durant cette troisième visite chez nos rédactions partenaires, la rencontre s’est une nouvelle fois avérée bien loin d’exercice formel d’entretien semi-directif (ou d’interview). Tandis que j’avais eu affaire chez Binge Audio à un exposé didactique du projet en tête à tête avec son directeur de la rédaction et chez 20 minutes à une invitation à assister aux activités quotidiennes de la rédaction, cette visite chez Cafébabel a bien plus ressemblé à une intense séance de brainstorming collectif. Trois médias, trois interlocuteurs, trois formats.

La collaboration dans l’ADN de Cafébabel

Le format brainstorming a mis en évidence un point important. Sans généraliser outre mesure, il me semble que Cafébabel se distingue de nos autres partenaires médiatiques du fait que le processus de production des contenus y est à la base adossé à un fonctionnement collaboratif, au-delà même de sa participation au projet PLACES. J’entends par là le fait que de toute évidence les relations hiérarchiques entre ses différents membres ne sont que faiblement marquées, de même que rares dont les prérogatives exclusivement individuelles dans les routines ordinaires de la rédaction. Vu de l’extérieur, le sentiment est que tous − d’une manière ou d’une autre − mettent la main à l’ensemble des activités qui font vivre ce média.

Si l’enquête à Nice et dans la vallée de la Roya a été formellement confiée à Safouane, il ne faut pas s’étonner en effet du fait que François, son supérieur, y soit également très impliqué. Ce point tranche singulièrement avec les deux autres rédactions où la division des tâches est plus stricte, même chez Binge Audio qui est une structure de taille semblable et où la journaliste bénéficie d’une totale autonomie à partir du moment où son projet a été validé. Ici, la communication entre Safouane et François paraît continuelle : le premier est toujours soucieux de rendre-compte (au sens de faire un compte-rendu, non pas de rendre des comptes) de ses investigations quand le second s’évertue à faire preuve de disponibilité pour dialoguer, à suivre chaque avancée de l’enquête et apporter son soutien si besoin. Entre eux, la relation de travail dépasse la seule relation hiérarchique, et prendre davantage la forme d’une collaboration, certes dissymétrique mais toutefois étroitement intégrée.

Cette réalité n’est certainement pas sans lien avec le fait que ce Cafébabel est un média de toute petite taille, avec quatre salariés à plein temps (dont trois journalistes) seulement et donc avec le fait que ces journalistes ne sont pas pigistes mais y bénéficient d’une certaine stabilité d’emploi. Cette réalité tient également au fait que les postes de travail dans la salle de rédaction ne sont pas individuels mais partagés (mais en est-ce l’origine ou la conséquence ?). Cela tient enfin certainement aussi à son histoire, cette rédaction a toujours eu recours à des formes diverses de participation, plus ou moins formelles, ne serait-ce que pour la gestion des processus de traduction de ses articles à l’aide de bénévoles de différentes nationalités.

La collaboration asymétrique à trois membres, un assemblage original

Dans le cas de ce projet-pilote en particulier, on peut ainsi dire que la relation de collaboration réunit donc non pas deux mais trois membres. Cela toutefois ne signifie pas une relation de travail triangulaire : il est clair en effet que Daniela, la chercheuse du projet, et François, le rédacteur en chef, n’ont aucun contact entre eux et n’éprouvent aucun besoin d’en avoir. Le trio est entièrement articulé autour de la figure du journaliste qui conduit l’enquête − que tous considèrent comme d’abord sienne − qui compose avec le soutien et les propositions de ses deux partenaires.

Pour revenir aux interrogations que le projet PLACES explore, cet assemblage original pose une nouvelle fois la question des tiers, ces acteurs non directement inclus dans la relation de collaboration mais pourtant essentiel à la réussite du projet. On observe ici que dans le cas de ce projet-pilote en particulier, la place du rédacteur en chef n’apparaît pas fondamentalement différente de celle de la chercheuse associée, en ce que son apport au projet est du même ordre, relation hiérarchique mise à part donc. Dans les deux cas, nous avons affaire à ce que le journaliste considère moins comme des égaux que comme de précieuses personnes ressources.

Qu’est-ce qu’un tiers alors ?

  • Peut-on caractériser les places de tiers respectives du rédacteur en chef et de  la chercheuse ? Est-ce que l’un serait plus tiers que l’autre ?
  • Est-ce simplement c’est simplement cette relation hiérarchique formelle qui distingue la place du rédacteur en chef de la chercheuse ?

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.