Les six formes du journalisme collaboratif

 

En septembre 2017, le Center for Cooperative Media a publié un rapport, rédigé par Sarah Stonbely, intitulé « Comparing Models of Collaborative Journalism« . L’auteure nous explique que le contexte depuis le début des années 2000 est à la réduction drastique des financements pour le journalisme local. Ceci a conduit de nombreuses petites rédactions de presse, désireuses de survivre, à se rapprocher les unes des autres de façon mutualiser les moyens et à étendre l’audience des travaux produits. On observerait ainsi un tournant d’une pratique du journalisme historiquement compétitive vers une forme plus collaborative, une évolution nourrie, note-t-elle, par l’émergence des plateformes modernes de communication qui simplifient grandement la mise en œuvre concrète de ces collaborations.

L’objet de ce rapport est ainsi de faire bilan de ces nouvelles pratiques du journalisme. Il s’appuie sur les études de cas de 44 projets de collaborations (essentiellement étasuniens), impliquant plus de 500 salles de rédactions et fournisseurs de nouvelles. En guise de conclusion, l’auteure propose une typologie des six modèles les plus communs de journalisme collaboratif qu’elle a observé, construite autour des critères que sont (1) la temporalité de la collaboration et (2) le niveau d’intégration des pratiques personnelles.

Une définition et une typologie

Tout d’abord, Sarah Stonbely présente sa définition du journalisme collaboratif. Elle insiste sur le fait qu’elle n’a retenu que les collaborations réunissant au moins deux professionnels, excluant expressément toutes les formes de journalisme intégrant les participations citoyennes. Par ailleurs, si ces collaborations ne doivent pas nécessairement faire l’accord d’un arrangement formalisé, elles doivent cependant toujours poursuivre l’objectif de produire un contenu qui n’aurait pu l’être hors collaboration. La formulation exacte de sa définition est la suivante :

We define collaborative journalism as a cooperative arrangement (formal or informal) between two or more news and information organizations, which aims to supplement each organization’s resources and maximize the impact of the content produced.

La typologie produite est le résultat d’une réflexion concernant l’engagement mutuel des participants au fur et à mesure de la conduite de leur projet commun. Elle défend l’idée que cet engagement est fonction d’une part de la durée du projet et d’autre part, de l’intrication des pratiques de travail.

Je reproduis et je traduis (librement) ici le tableau synthétique produit par l’auteure :

Projet ponctuel ou
à durée déterminée
Projet à durée indéterminée
Les participants créent
du contenu séparément
TEMPORAIRE & SÉPARÉ
(1)
CONTINU & SÉPARÉ
(4)
Les participants travaillent
ensemble à créer
TEMPORAIRE & CO-CONSTRUCTIF
(2)
CONTINU & CO-CONSTRUCTIF
(5)
Les participants partagent les données, les contenus et les ressources à l’échelle d’une organisation TEMPORAIRE & INTÉGRÉ
(3)
CONTINU & INTÉGRÉ
(6)

 

Ces six formes de journalisme collaboratif, Sarah Stonbely les détaille ensuite longuement, avec de nombreux exemples concrêt à l’appui. Notons qu’en dépit de cette catégorisation stricte, certains projets peuvent correspondre à plus d’une forme ici établie.

En voici, un résumé (avec les fiches détaillées indiquées en lien hypertexte) :

  1. Temporaire & séparé : concerne les cas où les participants n’ont pas les mêmes exigences quant à la nature des contenus créés ainsi que les mêmes contraintes et cultures professionnelles.
  2. Temporaire & co-constructif : concerne les cas où les participants peuvent s’appuyer sur un gestionnaire de projet externe, à tout le moins à certaines étapes-clés.
  3. Temporaire & intégré : concerne les cas où existe une organisation pouvant accueillir la collaboration dans toute sa mise en œuvre.
  4. Continu & séparé : concerne les cas où les participants travaillent sur un même sujet de façon cumulative et concertée.
  5. Continu & co-constructif : concerne les cas où les participants sont assistés d’un gestionnaire de projet externe, et bénéficient souvent d’outils et de services communs.
  6. Continu & intégré : concerne les (encore rares) cas où plusieurs salles de rédaction distinctes partagent une seule et même infrastructure de services et de travail.

Pour terminer, l’auteure discute en détail trois études de cas où elle montre en pratique comment, à partir de situations particulières et contingentes, des tendances et des formes génériques de fonctionnement émergent.

Quelle place pour nos projets-pilotes dans cette typologie ?

À différents niveaux, cette typologie est en effet pertinente pour le projet PLACES :

  • bien que ne traitant pas des situations de collaboration incluant des chercheurs (ou toute autre profession), elle s’intéresse de près aux problèmes que posent la divergence de la culture professionnelle, la variété des structures socio-économiques où les participants travaillent ainsi que l’hétérogénéité des standards sur le plan des contenus produits ;
  • elle traite des modalités très pratiques de la collaboration, et pose expressément la question du partage des données et des modalités de production d’un contenu commun ;
  • elle rassemble dans un même modèle de compréhension des formes de collaboration très différentes, des plus réduites aux plus larges.

Si l’on applique cette typologie à nos projets-pilotes, qu’observe-t-on ? Ils apparaissent tous les trois dans la catégorie (1), cette forme de journalisme collaboratif que Sarah Stonbely décrit comme étant particulièrement adaptés aux premières collaborations, traitant de sujets de sociétés les plus susceptibles d’éveiller l’intérêt du public et tendant à offrir une exposition médiatique notable à ses participants. Il faut voir que de ce point de vue, notre panel de projets-pilotes manque singulièrement de diversité. En effet :

  • ils sont tous les trois temporaires, d’une part parce que le projet global de PLACES l’est-lui même et d’autre part, parce que la production des journalistes constitue dans les trois cas une échéance couperet venant mettre un terme au projet commun. Cela dit, comme le pointe Sarah Stonbely, rien n’empêche une collaboration ponctuelle de se transformer en collaboration à durée indéterminée. Peut-être des suites seront-elles aussi données à nos trois projet-pilotes, par exemple avec la production d’un contenu scientifique, en quel cas nous observerions des glissements vers des collaborations continues ;
  • ils sont tous les trois également séparés, dans la mesure où aucun des binômes n’a choisi l’option de produire un contenu commun sur la base des données récoltées ensemble (ce qu’ont fait par exemple V. Jarousseau et V. Igounet avec l’Illusion nationale et qui les positionne dans la seconde forme). Sur ce plan, notons que le caractère hybride de ces collaborations, au sens où elles ne réunissent pas uniquement des journalistes, tend certainement à imposer a priori le principe de la séparation des pratiques, étant donné l’écart existant entre les cultures professionnelles des uns et des autres. Cela dit, une fois les ponts jetés d’une culture à l’autre, rien n’empêche dans un second temps les collaborations de glisser vers une forme plus intégrée.

Quelle portée pour une plateforme numérique de collaboration ?

Plus largement, si nous n’ayons pas ici de projet co-construits ou intégrés cela ne signifie pas qu’ils ne doivent être considérés comme hors de nos préoccupations, surtout dans la visée de créer une plateforme numérique de collaboration. Le travail de Sarah Stonbely, me semble-t-il, doit attirer notre attention sur le fait qu’il existe de nombreux types de projets collaboratifs, donnant lieu à une diversité qui va bien au-delà de ce que nous sommes en mesure d’observer aujourd’hui dans le cadre de nos projets expérimentaux. Celles parmis les plus intégrées et courant sur des durées plus longues échappent en particulier à notre regard.

Les conclusions de l’auteure tendent par ailleurs à corroborer l’hypothèse du caractère bénéfique d’une plateforme numérique dédié au soutien de telles collaborations, utile pour permettre aux participants d’ajuster leurs pratiques de travail et se mettre au diapason. Une telle plateforme en effet pourrait avoir le rôle d’intermédiaire, aussi bien « boîte à outils » que « tiers-médiateur » proposant des procédures de collaboration spécifiques.

Enfin ce rapport souligne le fait que les collaborations qui rapprochent le plus leur participants − ce qui, rappelons-le, est l’objectif premier de PLACES − sont celles qui ont pour finalité la production d’un contenu commun. De ce point de vue, il y a peut-être ici une condition que nous pourrions avoir intérêt à imposer dans le futur pour favoriser le dialogue chercheur-journaliste. Agir en ce sens nécessiterait certes d’assumer une forme d’ingérence dans la constitution des projets de collaboration, mais aurait comme avantage de maximiser les chances de voir émerger des liens forts entre les chercheurs et les journalistes. Serions-nous prêts à le faire ?

 

Pour en savoir plus, voir le rapport « Comparing Models of Collaborative Journalism » (PDF) : https://collaborativejournalism.org/models/.

Crédit illustration : © https://collaborativejournalism.org.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.