Peut-on défendre la recherche par projet ?

Dans ce billet rédigé à quatre mains, nous voudrions apporter notre pierre à cet édifice qu’est la mobilisation contre la loi pluriannuelle pour la recherche (LPPR) à partir de notre expérience du projet PLACES. Si celle-ci nous paraît utile à partager, c’est que ce type de projet de recherche de court terme soulève des questions complexes sur le plan de l’emploi des chercheurs, auxquelles il n’est pas possible de répondre en étant binairement pour ou contre le principe des financements sur projet.

Source : Stephan McCulloch, juillet 2016 (CC-by)

Rappelons le contexte : depuis la fin de l’année 2019, le secteur de la recherche en France se mobilise de façon croissante. Initié par une prise de conscience concernant la condition des enseignants et des chercheurs dans le nouveau régime des retraites, ce mouvement s’est consolidé avec l’annonce de la LPPR prévue pour transformer significativement les conditions de production et d’organisation du monde académique. Parmi les annonces qui ont en particulier cristallisé les mécontentements, on peut citer la généralisation de l’évaluation a priori des projets, l’accentuation de la distribution des financements vers un petit nombre d’équipes dites d’excellence et l’extension de la précarisation des conditions d’emploi des jeunes enseignants et chercheurs. Concernant la précarité des chercheurs, spécifiquement, deux propositions ont été discutées en particulier. D’une part, l’éventualité de supprimer les premiers postes amenant à la titularisation d’une carrière académique (tels que ceux de maîtres de conférence ou de chargés de recherche) pour les transformer en contrats temporaires. D’autre part, la généralisation d’un nouveau type de contrat court, dit “CDI de chantier”, d’une durée non-définie car indexée sur la durée du projet de recherche de rattachement.

De la diversité des modes de mobilisation

Jusqu’à présent, la mobilisation des corps de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR) face à la réforme des retraites et à LPPR a pris la forme d’actions de différentes sortes, selon les catégories de personnels qui les ont mises en œuvre. La grève notamment est un outil spontanément envisagé pour rendre visible la mobilisation : l’expérience menée par le personnel en lutte d’OpenEdition, qui a bloqué totalement durant une journée de la plateforme éponyme à l’échelle internationale, en est un exemple.

Pour certains d’entre nous, également employés de l’ESR et d’OpenEdition, ce moyen d’action n’apparaît cependant pas toujours comme le plus pertinent, en toutes circonstances. Dans une tribune publiée dans Le Monde le 8 janvier dernier, l’historien Laurent Frajerman explique très bien que les moyens d’agir et de protester sont spécifiques à la place de chacun dans le monde social, puisque de celle-ci dépendent des pouvoirs de nuisance spécifiques. Frajerman développe son analyse sur l’historique et les conditions d’une possible grève générale en rappelant certaines différences historiques et sociales entre les moyens de contestation disponibles pour les différents travailleurs.
Il serait moins question, comme il l’écrit, d’une absence de culture syndicale, par exemple dans la fonction publique, que de reconnaître que les modalités d’action diffèrent : différents mondes professionnels ont différentes “cultures de lutte”. Par exemple, les fonctionnaires sont “dotés d’un pouvoir de nuisance moins évident”, ayant un droit de grève restreint et répondant (en y étant “soumis” comme le dit Frajerman, ou en l’accueillant) au besoin de continuité du service public. C’est pourquoi ces derniers tendent à préférer les grandes journées d’action plutôt que les arrêts de production sur plusieurs semaines.

Le défi de funambule
Source : Reiner Girsch, 2015 (CC-by-nd)

De fait, le constat du primat de la grève amène Frajerman à remarquer une forme de domination symbolique, du modèle de mobilisation “ouvrier” au détriment du modèle des fonctionnaires. Non seulement alors cette situation dissocie les actions de branches professionnelles distinctes, et donc affaiblit le mouvement général, mais elle engendre aussi une visibilité moindre pour les autres types d’action qui ne peuvent se prévaloir d’effets de blocage à large spectre. Le cas exemplaire ici parait celui du mouvement des soignants de l’hôpital public, que ses acteurs ont eu bien plus de mal à rendre visible que les cheminots par exemple, bien que ces derniers aient concentré leur action sur une période plus courte.
L’imagination dont les personnels hospitaliers ont fait preuve en multipliant les actions inédites (ex. démissions coordonnées, chaînes humaines autour des hôpitaux, lip-dub, rétention du “codage”) pour porter une mobilisation de longue haleine,  et sans jamais interrompre la prise en charge des patients, force pourtant l’admiration.
Ce tiraillement éthique, entre le devoir et l’envie de garantir un service nécessaire sans nuire à ceux qui en ont besoin, tout en empêchant le fonctionnement “normal” pour contraindre ceux qui ont le pouvoir de décision, est un véritable défi de funambules. Un défi qui de plus se confronte à la surdité qu’affichent en retour les interlocuteurs, entrepreneurs de réformes. Une surdité qu’il est difficile  aujourd’hui de ne pas appeler cynisme.

Contribuer à la lutte quand on est chercheur.e contractuel.le dans un projet de court terme

Peut-on alors imaginer une convergence des luttes au sein de laquelle un mode d’action et/ou de critique ne phagocyterait pas l’autre mais assumerait de tirer parti de la complémentarité ? Peut-on imaginer des formes de mobilisation qui n’auraient pas à rougir devant la grève, et dont les acteurs n’auraient pas à se justifier incessamment ? Peut-on imaginer une complémentarité des mobilisations où tous reconnaitraient la valeur de ses différents modes ? C’est un préalable qui paraît à tout le moins nécessaire si l’on souhaite élargir le mouvement pour y intégrer le plus grand nombre et, en particulier, celles et ceux qui ne peuvent se mobiliser sur la longue durée, pour qui cela ne fait pas sens ou encore pour qui cela engendre des tensions trop grandes.

La mobilisation dans le monde de la recherche est nettement moins difficile que dans celle du monde hospitalier mais elles ont toutefois de nombreux points communs. Un moyen d’action possible pour nous, chercheur.e.s, qui ne va pas sans renoncement, est par exemple de cesser les tâches administratives de même que toute fonction-clé clairement identifiable (démissions des commissions d’évaluation, visibilisation des contrats inadaptés pour des fonctions qui assurent un service fondamental). Il est nettement plus ardu en revanche d’arrêter de produire du savoir critique, ce qui est le propre de la recherche. En sommes-nous d’ailleurs capables ? S’engager dans une telle voie ne serait-ce pas comme se tirer une balle dans le pied ? Peut-on simplement renoncer à produire du discours et de la contestation dans une situation où même le dialogue avec les gouvernants est rompu ? Nous pensons que non. Dans ce cadre, la mobilisation prend alors spontanément la forme d’une réorientation des réflexions et des analyses sur les sujets qui sont au centre de la contestation et de leur mise à disposition d’autres acteurs afin d’armer les discussions. Ceci à une échelle aussi bien individuelle qu’institutionnelle (par exemple à l’EHESS).

Dans le cas d’un projet comme le nôtre, par exemple, nous sommes pris dans deux tensions. D’une part, le cadre temporel de PLACES est fixé à 12 mois, ce qui implique différents contrats de travail temporaires (deux de 10 mois, un de 4 mois, et un de 2 mois) : arrêter le travail ne nuirait en rien à ceux qui ont le pouvoir de décision au sujet de la LPPR, mais nuirait beaucoup aux participants du projet. Une mise à l’arrêt n’est ni envisageable ni même pertinente. La réflexion critique est sur ce plan la seule arme à notre disposition, en laquelle nous croyons pour apporter notre soutien aux revendications pour de meilleures conditions de travail au sein de l’ESR. D’autre part, nous menons une recherche qui n’aurait pu avoir lieu sans le principe des projets de recherche expérimentaux, et donc à financement et durée limités.

Nous nous retrouvons alors dans une impasse intellectuelle. Si nous défendons l’importance des contrats courts sur un plan pragmatique pour la réalisation de projets expérimentaux, sommes-nous pour autant des défenseurs d’une dérégulation totale de la recherche et acteurs inconscients dans l’avancé de la précarisation des conditions d’exercice de nos métiers ? La question des appels à projets et celle de l’abus de contrats inadaptés sur des postes fondamentaux/structurels sont-ils réellement un seul et unique sujet ? Bref, sommes-nous vraiment des aliénés, encore une fois acteurs inconscients de notre propre dérive néolibérale thatchérienne ?

Le dilemme de la flexibilité et de la  précarité dans la recherche. Le cas de PLACES

Dans le cas d’un projet de recherche comme PLACES, de court terme et financé à la suite d’une procédure d’appel, la question de la précarité se pose de manière centrale. D’un côté, pour la bonne santé de la recherche scientifique ce type de format de recherches dits “par projet” paraît important : ils sont l’occasion de tester des voies nouvelles de recherche en engageant des ressources limitées, d’expérimenter de nouvelles méthodes, de mélanger des réseaux inter-personnels, etc. en bref, de bousculer les lignes (et de le faire en étant payés).
Ils s’avèrent aussi être une voie d’inclusion pour ceux qui ne sont pas déjà dans le circuit de l’ESR, autrement dit pour ces profils hybrides qui reviennent par exemple au monde de la recherche après un parcours extérieur, qui ne correspond pas aux voies linéaires plus lisibles, et encore moins aux “voies royales” souvent davantage valorisées. Ces projets expérimentaux ont – on l’espère – vocation enfin à construire des services stables voués à être pérennisés une fois leur maturité atteinte.
D’un autre côté, ce type de format comporte une contrainte forte qui est celle de la temporalité, imposant la signature de contrats de travail courts, sans opportunités de titularisation certaine ni même l’assurance d’obtenir un autre contrat à la suite du premier.

Concrètement, dans le projet PLACES, le recours aux contrats courts a été une condition même de la possibilité du projet. Ceci pour la simple raison que la temporalité du projet ainsi que son caractère exploratoire le rendait incompatible avec l’agenda et les préoccupations des chercheurs titulaires, dont le programme de recherche et le calendrier sont planifiés au moins pour les cinq prochaines années. Certains ont décliné l’invitation à s’associer au projet pour ce motif, et c’est d’ailleurs en suivant la suggestion de l’un d’eux que nous nous sommes réorientés vers le recrutement de jeunes chercheurs, en fin de thèse ou en recherche de contrat post-doc ou d’ingénieur de recherche. Le recours aux contrats temporaires s’est avéré l’unique solution pour associer des chercheurs à l’expérimentation, ouverts à des thèmes de recherche périphériques aux leurs et ayant intérêt à élargir leur réseau de contacts ainsi que leur perspectives de recherche. Mais le recours aux contrats courts a inévitablement pesé sur la recherche elle-même, transformant sa forme et ses résultats, tant il a empêché un engagement à 100% chez les membres du projet, engendré des tracasseries administratives diverses, imposé une faible marge de manœuvre financière (notamment pour les transports), etc.

Il nous paraît ici essentiel alors de distinguer la précarité et la flexibilité dans le travail, afin de ne pas se méprendre sur les enjeux du débat concernant l’avenir de la recherche en France. Et pourtant, utiliser “flexibilité” ici nous mène dans un piège tant ce mot est désormais connoté. Il semble aujourd’hui impossible d’utiliser le terme flexibilité avec une quelconque acception positive, socialement positive.
Qu’est-ce que le mot flexibilité, détourné par un certain mythe de l’entrepreneuriat de soi, vient occulter ? La composante positive perdue ne serait-elle pas celle de la mobilité ? Il n’y aurait ainsi plus de dilemme entre flexibilité et précarité, mais un seul et unique appel au droit de mobilité, personnelle et professionnelle.
De notre point de vue, la “précarité” réfère au caractère incertain des conditions de vie d’une catégorie de travailleurs de la recherche, alors que la “flexibilité” désigne la protection que le droit devrait apporter à ces derniers eu égard aux dynamiques sociales. Si l’on accepte que la recherche par projet est souhaitable dans certaines conditions, une question centrale émerge : comment faire en sorte que la flexibilité dans le travail scientifique ne soit pas synonyme de précarité ?

En introduisant l’idée de mobilité, on relève que la précarité naît vraisemblablement du présupposé que les compensations des effets recherchés et engendrés par les demandes de mobilité doivent être portées exclusivement par les travailleurs, qui se trouvent dans l’obligation d’accepter une inéluctable précarité s’ils veulent satisfaire leur désir de liberté. Mais est-ce vraiment, seulement, aux travailleurs de porter le poids des incertitudes créés par la revendication du droit aux multiples mobilités (sociale, spatiale, économiques, d’innovation…) ?
Si l’on reformule le problème : sous prétexte d’une flexibilité mal entendue, qui prétend ne pas avoir à chercher auprès de tous les acteurs du monde du travail des compensations à la mobilité, faut-il vraiment succomber à la précarité ? Est-ce que la perspective d’une “intermittence de la recherche” sur le modèle des intermittents du spectacle est une piste que l’on peut explorer ?

Quelles solutions seraient à inventer ?

Avant de conclure, clarifions un point : il n’est pas question ici de défendre les financements par projet en tant que façon appropriée et juste de financer l’intégralité, ni même la majorité, des actions de recherche. Au contraire. Les réflexions que nous proposons ici, et la mise en visibilité de notre retour d’expérience, sont adossées à la conviction que des projets de court terme ne peuvent avoir du sens et un avenir que s’ils se greffent sur un socle structurel solide.
Il n’est donc pas question de soutenir un système dans lequel il faut courir après les projets pour pallier des ressources autrement absentes, c’est-à-dire pour suppléer au manque de financements structurels. Plus précisément, il s’agit de défendre la possibilité d’investir sur des pistes de développement à même de faire avancer la recherche, et qui peuvent évoluer vers des nouvelles pratiques, une innovation scientifique : cette perspective alors, pour le dire encore une fois, tout en reconnaissant la place des projets, ne peut que défendre en même temps la nécessité incontournable d’une institution solide qui soit en mesure de fournir des ressources structurelles fondamentales (par exemple juridiques, financières, techniques, etc.).

L’une des pistes pour envisager une coexistence de ces deux modes de financement, est sans doute la disjonction entre les projets de recherche et l’usage de l’évaluation des projets comme mesure de performance d’une institution. Une disjonction qui permettrait de ne pas faire peser sur les projets la responsabilité du financement des institutions. Une disjonction que nombre d’acteurs de l’ESR essayent de suggérer depuis désormais longtemps, et cela non seulement en France mais dans l’ensemble de l’espace européen et le projet ENRESSH n’en est qu’une des expressions.
Ce simple billet n’a pas prétention d’avancer une proposition de refonte de l’intégralité de ce système d’interdépendances complexes qui doit garantir à la fois la liberté et l’autonomie des recherches tout en garantissant des ressources pérennes pour les mener à bien, ainsi qu’un accès égalitaire et inclusif aux services et aux métiers de la recherche.  Des États généraux de l’ESR pourraient bien offrir la place pour penser collectivement de tels changements comme le proposent nombreux laboratoires français par un appel conjoint. Mais cette réflexion pourrait aussi avoir lieu dans le cadre de projets développés pour réfléchir à des nouveaux modèles de gouvernance des infrastructures de recherche (voir par exemple les propositions du projet Invest in open infrastructures).
Une dimension internationale de la réflexion, à une échelle européenne d’abord, paraît indispensable pour ne pas cloisonner à nouveau une recherche qui se veut sans frontières et ne pourrait que souffrir du retour de souverainismes locaux.

En conclusion, il est selon nous moins souhaitable d’opposer irréductiblement fonds pérennes et financements par projets, que de trouver la juste articulation entre les deux. Une articulation qui puisse se fonder sur la mobilité des carrières et des aspirations, sans précipiter dans une précarisation sans issue les personnes concernées par ces mobilités. En ce sens, les retours d’expérience des porteurs de projet, concernant notamment les ressources pérennes nécessaires à la réussite de leurs projets, afin que ces derniers ne s’accumulent pas au cimetière des belles innovations perdues, seraient sans doute bienvenus pour associer l’ensemble de la communauté scientifique à l’invention de cette nouvelle gouvernance nécessaire de la recherche.

Pour nous, l’essentiel est de défendre deux avancées. Premièrement, il nous paraît important d’entériner la liberté d’exploration de pistes non conventionnelles, afin que la défense inconditionnée d’un seul modèle de financement de la recherche n’amène pas au conservatisme d’écoles de pensée et d’action consolidées et indiscutables. Deuxièmement, il est prioritaire de renforcer l’ouverture des parcours et carrières de recherche à ceux qui souhaitent l’intégrer, pour que des passerelles soient véritablement possibles et que personne ne soit exclu sous prétexte de ne pas avoir respecté les voies royales de formation.

 

Ont souhaités s’associer aux idées exprimées dans ce texte (par ordre chronologique) :

  • Pierre Mounier
  • Alexandra Ortiz Caria

Cette liste est non-exhaustive. Pour y figurer, vous pouvez vous manifester dans les commentaires, ci-dessous, en indiquant votre nom et éventuellement votre fonction et institution de rattachement.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search