La frontière franco-italienne à l’heure des municipales : un terrain d’enquête pour journalistes et politistes

Ce texte est le premier de deux billets destinés à proposer un retour sur la réalisation du projet-pilote « La frontière des extrêmes », afin de donner à voir une partie des coulisses de ce type d’enquête hors-norme. Il est rédigé sous la forme d’une interview à deux voix avec ses participants, Safouane Abdessalem et Daniela Trucco. Cette enquête a récemment donné lieu à une série de trois articles publié chez Cafébabel.

© Safouane Abdessalem

Quel a été l’objet de votre enquête commune ?

Safouane : Discours nationaliste, rétablissement des contrôles, et pratiques policières parfois douteuses, la question migratoire a fortement mobilisé les habitants, associations et élus locaux de part et d’autre de la frontière franco-italienne ces cinq dernières années. Sur place, de nombreux militants des droits humains français et italiens ont su construire une véritable solidarité transnationale pour venir en aide à ces centaines de sans-abris, en opposition aux actions de la police aux frontières. Se retrouvant confrontés à ces frontières contemporaines, qu’elles soient géographiques − avec l’apparition de barrières sur le sol européen et le renforcement des contrôles extérieurs − ou sociales, au travers des mécanismes de mise à l’écart des migrants, les habitants de la Roya, par laquelle de nombreux migrants tentent de rejoindre la France au péril de leur vie, voient leur vallée se transformer en laboratoire politique du populisme de droite.

Daniela : La recherche se concentre sur un territoire frontalier, les Alpes-Maritimes et notamment la vallée de la Roya et la partie frontalière du littoral, mis sous tension par le renforcement des politiques de fermeture vis-à-vis des mobilités « indésirables » depuis 2015. La question de départ de l’enquête journalistique était de voir si une telle sollicitation, ayant engendré des actions et des mobilisations à la fois solidaires et hostiles à l’égard des personnes en mobilité « illégalisée », aurait engendré un « prix électoral » sous forme d’un ras-de-marée « bleu marine » aux municipales 2020. L’hypothèse sous-jacente, dans l’enquête journalistique, était que l’extrême-droite aurait eu tout intérêt à investir cette région, et que du coup, avant et pendant la campagne électorale, il aurait été possible d’observer plusieurs actions, venant de groupes d’extrême-droite, visant à mettre la question migratoire au centre de la campagne, ainsi qu’à discréditer les candidat.e.s et autres acteurs politiques de la région sur la base de leur, réel ou supposé, soutien aux « migrant.e.s ».

Comment en êtes-vous venu.e.s à travailler sur ce sujet ?

Le carnet de notes de Safouane (cliquez pour agrandir) − © Daniela Trucco

Safouane : Étant particulièrement sensible à la question des migrations, cela faisait un moment que je souhaitais m’impliquer davantage, en tant que journaliste, sur la crise des réfugiés de 2015. Je n’avais pas pu le faire quand je résidais à Nice, ville de droite dure qui historiquement a toujours mené une politique d’exclusion. Je possédais déjà un réseau dans la vallée de la Roya, zone de passage des migrants fortement médiatisée depuis les actions de Cédric Herrou et instrumentalisée par une multitude d’acteurs locaux. Le terrain m’a donc naturellement paru fertile pour une enquête.

Daniela : Depuis ma formation en sciences sociales et tout au long de mon expérience professionnelle de chercheuse en science politique, mes principaux intérêts tournent autour des frontières de l’État-nation, dans leurs dimensions politique, juridique mais aussi symbolique et sociale. J’ai notamment travaillé sur les politiques de nationalité, immigration et asile ainsi que sur les processus de frontiérisation du territoire des Alpes-Maritimes, et de la ville de Vintimille notamment. Ici, j’ai notamment analysé l’impact du renforcement frontalier sur la ville, son espace et ses acteurs, et inversement. J’ai ainsi pensé que, malgré le fait que je ne sois pas spécialiste de l’extrême droite, ma formation disciplinaire en science politique et ma connaissance poussée du terrain d’étude, auraient apporté à l’enquête journalistique des outils analytiques permettant une analyse plus profonde et élargie des causes et des mécanismes socio-politiques propres à ce territoire, et ainsi de valider, ou infirmer, les hypothèses de départ.

Quel(s) bénéfice(s) avez-vous tirés de cette enquête collaborative ?

Safouane : Daniela m’a été bénéfique pour sa connaissance locale des enjeux, notamment pour le côté italien de la frontière, à Vintimille. Le but de cette enquête collaborative était pour moi de créer de la connaissance commune en partant du concept des sciences ouvertes. Autrement dit, apporter un produit sur lequel la recherche pourra s’appuyer. Cette enquête collaborative représentait pour moi une opportunité de faire du journalisme autrement, en rendant complémentaires sur le long terme deux domaines souvent considérés par la profession comme antinomiques.

Daniela : Au début j’ai pensé accrocher à l’enquête journalistique de Safouane une enquête sociologique de terrain sur la formation des enjeux locaux (et notamment de l’enjeu migratoire) au sein de la campagne pour les municipales. Au fur et à mesure cet objectif s’est transformé, notamment du fait qu’il manquait le temps pour mener une “réelle” enquête sociologique. En effet, les temps et les démarches de l’enquête journalistique et de l’enquête en sciences sociales sont très différentes et il a été quasiment impossible de les aligner. Par conséquent, les apports réciproques sont forcément un peu limité par les contraintes notamment temporaires, mais aussi de “produit final” de l’enquête journalistique. J’ai néanmoins souhaité apporter des questionnement et des outils d’analyse pour que l’enquête journalistique puisse prendre davantage en compte la complexité du terrain et des phénomènes politiques qu’elle aborde: si la question de l’enquête journalistique est pointue, la mener en binôme devrait aussi permettre d’en nuancer les réponses en complexifiant le cadre, et en réduisant tout risque de simplification. Je ne sais pas si j’ai pu réussir cet objectif, mais la démarche a été extrêmement intéressante pour moi. J’ai également appris, en observant Safouane, des façons d’entrer sur le terrain, ou de relancer les enquêtés dans les entretiens, que je vais pouvoir mettre à profit dans mes recherches futures. J’ai l’impression que nous, nous nous sommes un peu hybridés dans nos manières de faire respectives, peut-être davantage que l’enquête en elle-même.

 

Discussion à suivre dans un billet à venir (à paraître très prochainement) : « À la frontière des professions : la collaboration en pratique ».

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.