À la frontière des professions : la collaboration en pratique

Après un premier billet consacré aux coulisses du projet-pilote « La frontière de l’extrême » à l’exploration du terrain d’enquête à Nice et dans la vallée de la Roya, en voici un second concernant les enjeux plus spécifiques de la collaboration entre les deux membres du binôme.

Daniela et Safouane au travail (© Alexandra Ortiz Caria)

Comment décririez-vous collaboration ?

Safouane : Un peu poussive et tardive au début, notamment du fait du changement du binôme et de l’évolution de la problématique, la situation des migrants n’étant plus la même depuis le lancement du projet. Mais enrichissante à partir du moment où j’ai pu travailler physiquement et sur le terrain avec mon binôme, notamment en menant des entretiens autour d’un dispositif commun. Daniela m’a été bénéfique pour sa connaissance locale des enjeux, à la frontière, en plus de m’avoir donné accès à son réseau, enrichissant ainsi la production écrite. Elle figure aussi dans le deuxième article en tant qu’experte dans l’analyse du phénomène migratoire à Vintimille.

Daniela : Dès le début, et compte tenu de la temporalité à la fois de mon entrée dans le projet et à la fois des impératifs professionnels de Safouane, il est paru clair que la priorité aurait été son enquête, en termes notamment de calendrier et de livraison d’un « produit » final. J’ai donc essayé de comprendre comment j’aurais pu être utile et donner mon apport, à la fois à son enquête et à la fois et plus largement au projet PLACES.

Nous nous sommes ainsi accordé sur un dispositif dans lequel :

  • Safouane est largement autonome dans la prise de contact et de rendez-vous avec les enquêtés, ainsi que dans la conduction des entretiens ;
  • Je prends la parole à la fin des entretiens pour relancer les enquêtés avec des questions qui sont généralement plus larges par rapport à celles proposées par Safouane, et qui portent aussi parfois sur leur rapport aux médias. Au fur et à mesure que nous avons réalisé des entretiens ensemble, cependant nous sommes devenus de plus en plus des alliés, travaillant en binôme dans la même direction, hybridant en partie nos façons de faire, plutôt que deux professionnels bien distincts et juxtaposés ;
  • À plusieurs moments, et notamment en amont et en avant de chaque entretien, nous discutons ensemble sur l’avancement de l’enquête     et les grilles d’entretien, mais aussi sur nos façons d’agir et sur nos pratiques professionnelles. Pendant ces moments d’échange je m’efforce de faire ressortir, et nous en discutons ensemble, tous les éléments de divergence et convergence possibles dans nos pratiques. C’est notamment en cela que j’estime pouvoir apporter une contribution à la réflexion du projet PLACES.

Quelle(s) difficulté(s) particulière(s) votre collaboration a-t-elle rencontrée ?

Vue sur Tende (© Safouane Abdessalem)

Safouane : J’ai pu noter deux difficultés, liées à la temporalité et au format d’enquête journalistique, qui a selon nos debriefs limité la liberté de Daniela en matière de production universitaire, la collaboration étant au service de l’enquête. Cela a pu créer des moments de doute de sa part, notamment en ce qui concerne la compatibilité des deux corps de métier. La gestion de mon temps sur le terrain était fortement liée à l’agenda de personnes interviewées. Cela n’a pas posé problème lors de notre première session, mon binôme ayant pu à chaque fois réajuster son emploi du temps, chose qui n’a pas toujours été possible à la deuxième. Je me rends compte qu’il n’est pas aisé de concilier l’enquête collaborative avec la vie privée et professionnelle de chacun des binômes.

Daniela : La difficulté, pour ma part, est lié aux temporalités très contraintes de Safouane, ainsi que son obligation à rendre compte de son travail également à sa rédaction, qui contrastent avec mon autonomie et ma relative liberté en termes d’échéance. Cela a fait qu’à plusieurs moments j’ai été dans la position de suivre un mouvement déjà entamé, en réadaptant mon rôle et ma place dans l’enquête de façon à le rendre le plus possible un support plutôt qu’une possible entrave par rapport aux exigences et aux injonctions, beaucoup plus contraignantes (et peut-être pas toujours cohérentes : j’imagine par exemple que mes suggestions sur la façon de concevoir l’objet de la recherche et celles de la rédaction n’aillent pas forcément dans le même sens), qui pèsent sur Safouane.

Quelles données avez-vous souhaité récolter, et de quelle manière vous vous y êtes pris ?

Safouane et Daniela à Breil-sur-Roya (© Alexandra Ortiz Caria)

Safouane : L’enquête est un format complexe des formats journalistiques, il faut déterrer l’information, c’est-à-dire la chercher, la recouper, la prouver puis la diffuser. J’ai d’abord souhaité récolter avant tout les témoignages des membres du comité de Roya Citoyenne, une association qui subit des pressions de toutes part du fait de son action envers les migrants. J’ai ensuite interviewé un bon nombre de personnalités politiques susceptibles de faire avancer mon enquête et qui ont été directement concernées par la problématique des migrants. J’ai pu prouver les différentes méthodes qu’utilise l’extrême droite pour discréditer les personnes qui viennent en aide aux migrants, que ce soit sur le plan juridique, médiatique et économique et politique. J’ai récolté mes données par l’intermédiaire de mon zoom (enregistreur), tout en ayant fixé les entretiens à l’avance. Ma prise de contact avait été faite au préalable grâce à mon réseau personnel, puis sur celui de mon binôme.

Daniela : Le principal moyen de collecte de données est l’entretien, qui a pris la forme d’un entretien journalistique, partiellement hybridé par le fait que j’interviens en fin d’entretien et que Safouane peut rebondir par la suite, ce qui permet parfois de relancer et modifier la dynamique de l’entretien. Il s’agit d’une manière générale d’entretiens négociés à l’avance par Safouane (qui annonce tout de même aux enquêtés la présence d’une chercheuse), enregistrés, et semi-directifs, basés sur une grille d’entretien peu structuré, élaboré par Safouane et amendé par moi avec des suggestions de relances ou sur les possibles façons de les formuler. Safouane a également réalisé seul un entretien non préparé en amont, sous forme de « micro-trottoir » dont nous avons ensuite discuté. Il fait également de la recherche documentaire, et pour ma part je lui ai indiqué des analyses déjà existantes sur la vie politique et électorale locale ainsi que la référence de collègues expertes en droite et extrême-droite locales que nous pourrions consulter.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.