Caractériser les collaborations interprofessionnelles (1/2). Le défi du travail d’articulation

De l’importance du travail de coordination dans un projet collectif

Dans ce billet, je propose de réfléchir à la question de la spécificité des projets de collaboration observés dans le cadre du projet PLACES. Nous savons que leur originalité tient à leur caractère interprofessionnel, mais que cela implique-t-il dans les faits ? En quoi ce paramètre influe-t-il sur la nature d’une collaboration entre deux individus ?

Pour poser concrètement le problème et formuler le défi particulier qui s’impose à de tels projets, je partirai de la typologie proposée par Sarah Stonbely, déjà évoquée ici. Je ferai ensuite un détour par la sociologie des réseaux afin de formaliser nos observations et de monter un peu en généralité. Finalement, je présenterai l’importance d’une facette méconnue de la conduite des projets de collaboration : le travail d’articulation. Un second billet suivra où nous entrerons davantage dans les détails de ce dernier.

Appartenir à une organisation commune (ou pas) : un enjeu

Dans sa typologie des six formes du journalisme collaboratif, Sarah Stonbely fait de l’appartenance à une organisation commune un des principaux critères de distinction entre les différentes formes de collaboration qu’elle a scrutées en détail. Elle défend même qu’il existerait une relation étroite entre le fait d’appartenir à une organisation commune et la propension à produire des contenus en commun. Elle dit en effet (p. 14-15) :

“We have identified two of what we think are the most important elements by which collaborations are organized: duration of time, and degree of integration among partner organizations. As both of these increase, the level of commitment required to make the collaboration work also increases.”

Ce principe est bien celui sur lequel sa typologie est construite. Que ce soit dans les projets à durée déterminée ou les projets à durée indéterminée, on observerait trois niveaux d’appartenance à une organisation commune, qui conduiraient à trois types distincts de contenus. Les collaborations dont (1) les membres n’appartiennent pas à la même organisation produiraient des contenus séparés ; les collaborations (2) pouvant s’appuyer sur un tiers issu d’une organisation co-produiraient des contenus ; les collaborations (3) qui se déploient au sein d’une unique organisation partageraient leurs données et ressources au point qu’il ne serait pas possible de démêler précisément qui a participé à quelle étape de la production des contenus. Selon Stonbely, ce serait donc bien le degré d’appartenance des partenaires à une unique organisation qui préside à la possibilité de produire une collaboration intégrée. Ou, autrement dit, sans ce rattachement des partenaires à une unique organisation, la possibilité de voir une collaboration déboucher sur la production d’un contenu commun serait quasi nulle.

On a déjà vu que nos observations des binômes du projet PLACES rejoignent sur bien des points cette analyse (ici, pour rappel). Il est clair en effet que l’implication des organisations partenaires influe notablement sur les modalités de la collaboration (ne serait-ce qu’en termes de types de contrat de travail, de modes de versement du salaire et de mises à disposition de moyens matériels). De ce point de vue, cette typologie vient à tout le moins confirmer les hypothèses qui ont amené à la mise en œuvre du projet PLACES : l’accès à des ressources techniques, juridiques, financières, etc. − c’est-à-dire à une infrastructure commune − est un enjeu central de réussite d’une collaboration professionnelle, et a fortiori lorsque celle-ci réunit des membres d’organisations et de métiers différents.

Cependant, si nos observations rejoignent globalement celles de Stonbely, l’objectif de PLACES est justement de déjouer ce qui semble s’imposer ici comme un déterminisme. Notre objectif est en effet de faire en sorte que les chercheurs et les journalistes ne soient justement pas limités dans leurs projets de collaborations par le fait de ne pas appartenir à une organisation commune (puisqu’ils ne le sont pas et n’ont en l’état aucune raison de l’être). Nous réfléchissons aux conditions qu’il est nécessaire de remplir sur le plan de l’infrastructure (en termes de services et/ou d’outils), pour que ceux-ci puissent précisément construire des collaborations étendues, celles que Stonbely désigne comme “intégrées”, avec partage de données et de ressources, a priori réservées aux partenaires réunis dans une organisation commune.

Le défi de collaborer sans appartenir à une organisation commune

Si les projets-pilotes du projet PLACES n’ont pas données lieu à une publication co-produites par des chercheurs et des journalistes, ils ont malgré tout été le cadre de collaborations étroitement intégrées, avec des co-définitions d’objet d’étude, des co-enquêtes et des partages de certaines données (celles que Stonbely réservent aux collaborations avec cadre organisationnel fort). L’exemple du projet « Supprimer ses règles ? » est peut-être le plus exemplaire sur ce plan :

Aude Lorriaux et Julie Ancian ont élaboré un sujet à quatre mains, elles se sont mises d’accord sur des références bibliographiques communes, leurs données ont été collectées souvent séparément mais ont été en majorité partagées entre elles, au point où − elles en témoignent elles-mêmes − l’une n’hésite plus à faire sien l’analyse de l’autre pour étayer son propre propos.

Notre expérience tend donc à montrer que les collaborations intégrées hors organisations paraissent bien possibles, même si en l’état elles restent ardues pour tout un ensemble de raisons qu’il est précisément de notre ressort d’identifier. Nous sommes dans un cas que Stonbely n’a pas observé ou, du moins, dont sa typologie ne permet pas de rendre compte.

Les collaborations observées dans le projet PLACES ont donc de singulier qu’elles sont interprofessionnelles. Ceci a une conséquence importante : par principe elles ne peuvent se déployer dans aucune des organisations ordinaires qui structurent leur champ professionnel respectif. Seules deux possibilités existent pour elles :

  • soit collaborer hors cadre de tout organisationnel commun. C’est par exemple ce qui a été le cas du projet de publication L’illusion nationale, sur lequel nous nous sommes déjà arrêtés dans le cadre du séminaire Science ouverte, et ce même si dans une certaine mesure la maison d’édition s’est ici positionnée en substitution. C’est à ce jour l’unique solution possible.
  • soit collaborer dans le cadre d’une organisation ayant comme mission de soutenir ce type de projet par la proposition de services et/ou d’outils. Cependant, une telle infrastructure aujourd’hui n’existe pas même si c’est précisément la finalité du projet PLACES de réfléchir à ses conditions possibles d’existence.

Un projet de collaboration interprofessionnelle réunit en effet, par définition, des mondes sociaux distincts et hétérogènes, au sein desquels n’existent aucune procédure et aucun mécanisme destinés à organiser leur articulation mutuelle. Les mondes du journalisme et de la recherche en particulier diffèrent à de nombreux niveaux, tant juridiques (types de contrats), matériels (types de financements) que sur le plan des représentations (éthique de l’enquête) et des normes (de publication par exemple) en vigueur, qui sont autant d’obstacles qui empêchent − a priori − toute organisation d’accueillir en son sein à la fois un journaliste et un chercheur.

Par exemple, un laboratoire de recherche ne pourrait pas établir un contrat de pigiste pour un journaliste, ni même financer son matériel et ses déplacements dans une temporalité compatible avec son rythme de travail. Inversement, une rédaction ne pourrait s’engager sur la publication d’un travail de recherche, au résultat incertain, plusieurs dizaines de mois en amont.

Alors qu’à l’inverse une collaboration mono-professionnelle pourrait voir plusieurs rédactions ou plusieurs laboratoires de recherche établir des partenariats, et donc s’entendre sur un cadre de travail unifié, pour leur part, les partenaires des projets que nous avons observées n’ont pu adosser leur projet collaboratif à aucune infrastructure forte de ce type. Nous avons certes pu, de nôtre côté, leur apporter un peu de soutien mais les besoins réels étaient bien au-delà de ce que nous pouvions offrir. Ils n’ont ainsi eu d’autres choix de compter sur eux-mêmes pour s’accorder sur leurs manières de procéder. Ils ont chacun nourri leur projet de collaboration avec les ressources et les contraintes issues de leurs propres mondes professionnels, et ont entrepris de s’arranger avec celles de leur partenaire pour rendre possible leur projet commun. L’absence de tout horizon organisationnel a ainsi conduit les partenaires des projets à se constituer leur propre cadre de travail, à mettre en place des procédures propres et à s’accorder sur des valeurs communes.

La collaboration inter-professionnelle, ou comment joindre des réseaux d’activités distincts

Reformulons cette problématique dans la langue de la sociologie des réseaux. Posons que :

  • chaque individu est dans son activité professionnelle au centre d’un réseau d’activité, ce dernier étant entendu comme l’ensemble des personnes avec qui il doit entretenir une relation de travail.
  • on entend par relation de travail un contact ponctuel ou permanent avec ego (ie : l’individu dont le réseau est représenté), qui participe directement ou indirectement à l’accomplissement de ses missions professionnelles.

Par exemple : les relations de travail d’un individu donné avec les collègues du projet voisin avec qui il déjeune tous les jours n’entrent pas dans son réseau d’activité ; en revanche, le supérieur hiérarchique, le gestionnaire administratif, le technicien informatique, eux, en font partie.

Dans le cas d’un projet de collaboration, les réseaux d’activités professionnels des journalistes et des chercheurs sont voués à se rejoindre pour une durée plus ou moins déterminée, alors qu’ils sont ordinairement distincts. Cette jonction donne lieu à un nouveau réseau d’activités, commun, organisé autour des deux membres de la collaboration, qui dure tant que les deux membres ont une activité commune.

Trois situations de jonction méritent d’être distinguées :

  • Dans le cas d’une collaboration mono-professionnelle entre deux partenaires d’organisation distinctes, les réseaux d’activités des partenaires sont des ensembles sécants, c’est-à-dire qu’avant même le début de la collaboration ils possèdent en commun quelques relations communes sur lesquelles ils peuvent s’appuyer (par exemple : des anciens employeurs, des anciens collègues, des amitiés issues des années étudiantes, etc). [cas A]
  • Dans le cas d’une collaboration mono-professionnelle au sein d’une même organisation, avant même le début de la collaboration, les réseaux d’activités tendent à se superposer au point d’être presque confondus, ce qui est encore plus favorable à la réalisation d’une activité intégrée (ils partagent alors, par exemple, un supérieur hiérarchique, un secrétaire et une équipe technique). Les participants peuvent profiter d’outils et de procédures communes, les situations de coprésences sont d’ailleurs elles-mêmes facilitées. [cas B]
  • Dans le cas d’une collaboration interprofessionnelle, les réseaux d’activités sont en revanche absolument distincts à l’origine du projet. Pour ce qui est de tisser des liens entre les membres des binômes, tout est à faire. Pour ce qui est de tisser des liens avec les relations de son partenaire, elles sont nettement découragées (même si elles ne sont pas interdites). [cas C]

(source : J. Chibois – avril 2020)

Il faut voir ainsi qu’avant même la mise en œuvre effective de leur projet d’enquête commune, un enjeu crucial s’est imposé aux binômes de PLACES : celui d’établir et de consolider l’articulation entre les réseaux d’activités respectifs dans le but d’en créer un nouveau, temporaire, composé en partie des deux premiers. Établir ce pont est en effet un prérequis nécessaire, dont chacun des binômes a témoigné à sa manière, mais qui est rarement considéré comme une activité en tant que telle. Pourtant, cela implique des gestes, des outils, des accords, et donc un investissement de temps et d’énergie qui est spécifiquement consacré à cette fin. Cette activité initiale visant à joindre les réseaux d’activités de chacun passe :

  • d’abord, bien sûr, par la création d’une relation stable entre les deux membres du binôme (qui sera ensuite le noyau de ce nouveau réseau d’activités temporaire) ;
  • ensuite − éventuellement − par la création de multiples liens faibles, directes ou indirectes, entre chacun des deux membres et les personnes ressources initialement issues du réseau d’activités de l’autre. Par exemple, entre la chercheure et le réalisateur du podcast chez Binge Audio ou entre le journaliste bruxellois et un contact professionnel de la chercheuse à Nice.

En conclusion : le poids du travail d’articulation

En bref, la prise en charge de ce travail d’articulation à l’échelle des individus impliqués dans la collaboration est, me semble-t-il, une caractéristique centrale des collaborations  observées dans le projet PLACES. Un ensemble de tâches émerge sur ce plan qu’il leur est indispensable de réaliser. Elles sont pour la plupart informelles, au point d’être parfois invisibles en tant que telles à leur propre yeux, elles s’imposent lors de la mise en œuvre du projet surtout mais se déploient également tout au long de sa réalisation. L’enjeu ici est ni plus ni moins de gérer la bonne entente entre les partenaires et le bon fonctionnement du travail à quatre mains.

Pour revenir une dernière fois sur la typologie de Stonbely, on pourrait donc dire que − si l’on voulait être tout à fait précis − le niveau d’intégration des pratiques n’est finalement pas dépendant de l’appartenance à une organisation commune. Cette intégration serait bien plus dépendante de la prise en charge préalable et externe de ce travail d’articulation entre les réseaux d’activités dont les membres de collaboration sont issus. Certes, dans le contexte d’une collaboration inter-organisationnelle, et plus encore intra-organisationnelle, ce travail d’articulation a toutes les chances de faire déjà l’objet d’une activité stabilisée, confiée à des individus et outils prédéfinis. Mais, et c’est ce qui nous importe dans PLACES, cette existence préalable du travail d’articulation n’est pas absolument nécessaire, puisqu’il est possible pour des individus motivés de la prendre en charge à leur niveau pour un projet de collaboration hors cadre.

Dans le prochain billet, nous allons voir que ce travail d’articulation prend concrètement deux facettes distinctes, qui nécessitent des prises en charge elle-mêmes différenciées.

 

Crédit photographique : Laura LaRose, « tsny los angeles », 12 mars 2009 (CC-by 2.0).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search