«Supprimer les règles?» Un projet d’intérêt public, à la fois journalistique et scientifique

Ce premier billet a été rédigé à la suite d’un entretien effectué cet hiver auprès de Julie Ancian puis d’Aude Lorriaux et vise à rendre compte de l’histoire du binôme, de la naissance d’une relation professionnelle à la construction d’un sujet/objet d’intérêt public susceptible d’être saisi en journaliste comme en chercheur.e.

Les origines du binôme chercheur/journaliste

Contactée au début du mois de janvier 2018 par Alessia Smaniotto, coordinatrice du projet PLACES, Julie Ancian, alors doctorante en sociologie à l’IRIS et au Cermes3, s’est vu proposer de traiter en collaboration avec la journaliste, Aude Lorriaux, porte-parole de Prenons la Une, association de femmes journalistes, un sujet de société en rapport avec le thème du genre, domaine de recherche dont la chercheure était déjà spécialiste depuis plusieurs années (Cf. notamment sa thèse de Doctorat intitulée Des grossesses catastrophiques. Une sociologie des logiques reproductives dans les mises en récit judiciaires et biographiques de néonaticide, soutenue à l’EHESS en 2018).

Bien que le nom de la journaliste, qui a notamment co-écrit avec Mathilde Larrère, l’ouvrage « Des Intrus en politique » (Editions du Détour, 2017), n’ait pas été inconnu de Julie Ancian, proche des milieux féministes, c’est Alessia Smaniotto qui, les connaissant chacune personnellement, les a mises en relation ; le binôme s’est ainsi constitué le 11 janvier 2018.

S’étant toutes deux déclarées intéressées par cette proposition de collaboration interprofessionnelle, Aude Lorriaux et Julie Ancian ont rapidement entamé des échanges quant aux sujets/objets qui pouvaient les réunir, ce qui a abouti à une première proposition d’enquête sur le thème : « Le suicide, une question de genre, enquête sur les jeunes filles qui tentent de mettre fin à leurs jours » comme projet-pilote pour le projet PLACES.

Comment a vu le jour le projet « Supprimer les règles ? »

Entre le 15 janvier 2018, date de la demande de financement déposée par OpenEdition Center (EHESS/CNRS) auprès du « Fonds de soutien à l’émergence et à l’innovation dans la presse » et le 10 décembre 2018, date à laquelle le Ministère de la Culture a accepté de soutenir le projet, la carrière des deux membres du binôme a cependant beaucoup évolué. Julie Ancian, désormais post-doctorante à l’Inserm, a achevé la rédaction de sa thèse qu’elle soutenait le 19 novembre 2018 à l’EHESS, devenant Docteure en Sociologie. En janvier 2018, Aude Lorriaux était quant à elle journaliste indépendante avant d’intégrer en mars l’hebdomadaire Vraiment comme journaliste, rédactrice spécialisée en politique et société. Suite à la cessation d’activité de l’hebdomadaire en mai 2018 et après une année en freelance, Aude Lorriaux était recrutée au mois d’avril 2019 comme cheffe de rédaction « Actualités » par le quotidien 20 Minutes et où elle exerce depuis le 18 novembre 2019 le métier de Grand reporter Discriminations – Genre (pôle Culture & Médias).

Malgré le déménagement en Écosse de Julie Ancian au cours de sa thèse et leurs évolutions professionnelles respectives, le binôme est resté en contact indépendamment du projet PLACES, notamment pour présenter en mars 2018 un projet intitulé « Au Burkina Faso, la lutte contre le tabou des règles passe aussi par les garçons » en vue d’obtenir la Global Health Journalism Grant, bourse attribuée par le Centre Européen de Journalisme à la réalisation d’une dizaine de reportages sur le sujet de la santé dans les pays en développement et qui avait déjà financé un projet porté par Aude Lorriaux. Durant l’année 2018, la journaliste s’est également adressée à la chercheure pour lui demander des informations ou les coordonnées de membres de la communauté scientifique susceptibles de la renseigner sur des sujets que la journaliste ou ses collègues avaient pour intention de publier.

Le 21 décembre 2018, l’ensemble des membres du projet PLACES est informé que la demande de financement déposée un an plus tôt par l’EHESS a été acceptée par le Ministère de la Culture. Le projet-pilote va donc pouvoir être engagé et leur collaboration s’intensifier.

Soulignée par Julie Ancian, la faiblesse (en raison notamment de leur ancienneté) des résultats publiés dans les travaux réunis par Aude Lorriaux relatifs à la question des tentatives de suicide des jeunes filles conduit le binôme à s’orienter vers d’autres problématiques toujours en rapport avec la question du genre et de la santé que la journaliste et la chercheure pourraient traiter ensemble. Si certains thèmes sont envisagés après que le binôme a vérifié dans la littérature existante qu’ils n’avaient été que rarement abordés ou pas récemment, les cheffes de la rédaction de 20 Minutes, encourageant vivement la collaboration de la journaliste avec l’EHESS, restaient néanmoins décisionnaires quant à l’autorisation pour la journaliste d’approfondir l’une ou l’autre des pistes d’enquête. De fait, en accord avec Julie Ancian, Aude Lorriaux a finalement proposé d’explorer une question évoquée dès le mois d’avril 2019 avec enthousiasme par les deux membres du binôme au cours de leurs échanges : le tabou des menstruations.

Cette problématique qui intéressait particulièrement Julie Ancian s’est néanmoins changée en « Supprimer les règles ? » et c’est avec cette question que le projet-pilote a pu concrètement débuter lorsqu’il a été validé par la rédaction de 20 Minutes, le 12 août 2019.

Le projet « Supprimer les règles ? » en quelques mots

Ce qui attire immédiatement l’attention en lisant le titre « Supprimer les règles ? » est le choix du binôme de présenter son projet sous la forme d’une question. Aude Lorriaux et Julie Ancian mettent à mon sens clairement l’accent sur le caractère d’enquête, donnant toute sa consistance à la quête que la journaliste et la chercheure ont menée de concert durant ces derniers mois et dont certaines réponses seront communiquées prochainement au grand public dans une série d’articles signés par Aude Lorriaux.

De fait, l’enquête conduit la journaliste et la chercheure à interroger le choix (ou pas) qui est donné aux femmes de supprimer leurs règles (aménorrhée volontaire). Outre le fait d’inciter à penser que ce choix ne devrait concerner que celle qui y est confrontée dans son corps, l’enquête de Aude Lorriaux et de Julie Ancian montre qu’en l’état actuel des connaissances, l’aménorrhée volontaire n’aurait pas de conséquence négative sur la santé des femmes. Supprimer quelques mois ou jusqu’à la ménopause leurs règles ou « saignements de privation » lorsqu’elles sont sous pilule, pourrait même représenter un moyen concret d’émancipation pour certaines femmes, dès lors affranchies de ces maux mensuels qui entravent parfois lourdement l’exercice de leur vie quotidienne et professionnelle. Et, supprimer ces saignements, naturels ou de privation, pourrait de plus constituer un soulagement durable pour certaines d’entre elles, notamment les femmes atteintes d’endométriose, incitées aujourd’hui encore à supporter en silence douleurs abdominales, migraines, changements d’humeur et autres effets au motif que ces souffrances sont naturelles, inévitables et même souhaitables. Ce sont ces représentations que l’enquête met en lumière : bien plus que leur rappeler qu’elles sont des femmes, les règles et les saignements de privation seraient considérés comme des signes de bonne santé, de fertilité, d’une maternité envisageable, les renvoyant à leur condition de femmes réduites à la matrice, ramenées à un rôle de future mère qu’elles rêveraient toutes d’endosser.

« Supprimer les règles ? » projet d’intérêt public et donc journalistique et scientifique

L’enquête montre qu’outre le fait d’incarner la nature, la féminité à travers le prisme de la maternité, les règles comme les saignements de privation soulignent la dimension symbolique genrée de cette question intime qui entre dans la cité, saisie par une société qui s’octroie le droit et le devoir de dicter aux femmes ce qu’elles doivent faire de leur corps et de quelle manière le gouverner. Au-delà des premiers éléments de réponse que nous offre l’enquête, Aude Lorriaux et Julie Ancian conduisent à s’interroger : les règles ou les saignements de privation lorsqu’ils sont la manifestation d’une maternité évitée, ne rappellent-ils pas aussi implicitement aux femmes la responsabilité qui généralement leur incombe d’être les garantes d’une contraception sans faille au sein d’une relation qui pourtant se vit à deux (au moins) ?

Mais qui est réellement à l’origine de cet état de fait ? D’après l’enquête qui a été menée, pas les femmes qui pour beaucoup d’entre elles se passeraient bien de ces inconforts mensuels et ne sont pas toujours informées qu’elles pourraient s’en priver. Se met alors au jour un objet de recherche passionnant pour Julie Ancian concernant les représentations que les femmes et plus largement la société ont sur ces règles, saignements de privation et leur nécessité (physique ? sociale ? économique ? politique ?) mais également les raisons (médicales ? morales ? symboliques ?) qui rendent une aménorrhée volontaire inacceptable ou impossible pour les médecins et plus globalement notre société post-industrielle fortement influencée par une vision biomédicale et genrée de l’être humain.

Crédit photographique : 欠我兩千塊, « menstrual cramps », 22 octobre 2008 (CC by 2.0).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.