«Supprimer les règles?» La collaboration journaliste/chercheure, en pratique

Émanant toujours de l’entretien réalisé début mars d’abord avec Julie Ancian puis Aude Lorriaux, ce second billet donne un aperçu de la collaboration entre la chercheure et la journaliste telle qu’elle s’est opérée en pratique. C’est ici l’occasion de pointer les différentes temporalités qui ont régi cette collaboration, la distribution du travail qui s’est installée, ainsi que l’usage qui a été fait ou qui est envisagé des données/informations que le binôme a recueillies.

Une continuité dans la collaboration, malgré trois temporalités différentes

Fortement influencée par les temporalités professionnelles de chacune dont les calendriers respectifs ne correspondaient pas toujours, et malgré la distance géographique qui les séparait, la relation entre Julie Ancian et Aude Lorriaux a cependant connu une constance certaine durant ces deux dernières années, depuis leur premiers échanges par mail en janvier 2018 jusqu’à la fin du projet au printemps 2019, lorsque les articles journalistiques seront prochainement publiés par 20 Minutes.

En effet, si le choix de la problématique commune présentant un intérêt journalistique autant que scientifique, a pris un certain temps dans la mesure où le projet « Supprimer les règles ? » a été arrêté mi-août 2019, le binôme est toujours resté en relation. Notamment durant l’année 2018, alors que le projet PLACES attendait la réponse concernant sa demande de financement, la journaliste et la chercheure ont répondu ensemble à un appel à bourse. Les nombreux mails qu’elles ont échangés retraçant leurs négociations autour du choix du projet qu’elles allaient développer ensemble soulignent de fait le rôle moteur d’Aude Lorriaux dans le rythme de travail du binôme.

Cette période de concertation et de collaboration, en partie hors PLACES, leur a permis de mieux se connaître, de lever certaines réticences de principe que chacune avait envers l’autre, ou parfois au contraire de confirmer des réserves qu’elles avaient déjà à l’égard d’une profession qui n’est pas la leur. De fait, il apparaît que la journaliste était, plus que la chercheure, soumise à l’urgence institutionnelle compte tenu qu’Aude Lorriaux devait répondre à des contraintes éditoriales en termes de calendrier, d’intérêt journalistique validé par sa rédaction, de format de publication (3 articles accompagnés d’interviews en podcast).

Bien que les documents (questionnaire, appel à témoignages) aient été rédigés chaque fois à quatre mains, le rythme de travail semble donné par la journaliste. En effet, les temporalités des deux collaboratrices reflètent les caractéristiques de leurs métiers respectifs, l’activité de recherche se faisant sur un temps plus long que l’écriture d’articles pour un quotidien tel que 20 Minutes. Si Aude Lorriaux peut réaliser les tâches d’investigation et d’écriture de ses articles sur des périodes brèves en bénéficiant notamment du soutien de sa direction pour se consacrer exclusivement à ce projet pendant une ou deux semaines d’affilée par exemple, Julie Ancian doit composer avec les caractéristiques du statut de chercheure (qui plus est non-statutaire) : il faut gérer en continu les enseignements, la conduite de projets de recherche, la communication sur ses travaux, l’animation de la recherche et la recherche de poste ou de financement. Ainsi la revue de la littérature, la problématisation d’une question de recherche, la conception d’une méthodologie d’enquête, les entretiens, leur analyse et la restitution des résultats progressent de manière continue, parallèlement à d’autres tâches nombreuses. Ces étapes constitutives du travail de recherche qualitative ne peuvent être segmentées sur un temps linéaire ; bien souvent, elles se superposent et nécessitent d’être dépliées dans la durée.

Une répartition des tâches selon des intérêts propre à chacune des enquêtes

Alors que la journaliste a toujours pris les devants pour soumettre des thèmes susceptibles d’intéresser le binôme tout autant que d’être validés par sa rédaction en proposant un sujet qui ne soit pas une « niche », c’est-à-dire sans impact majeur sur la société, Julie Ancian, quant à elle, confirmait (ou pas) la possibilité d’envisager de mener tel ou tel projet en fonction de son intérêt scientifique, de ses compétences et connaissances spécialisées de chercheure, de son expérience du terrain, et le cas échéant proposait à Aude d’autres thèmes. À cette occasion, la chercheure a procédé à plusieurs revues de la littérature de façon à pouvoir donner un avis éclairé sur l’intérêt d’approfondir ou non chaque sujet qu’Aude Lorriaux lui proposait.

Appel à témoignage 20 Minutes
(cliquez pour agrandir)

Lorsque le sujet/objet a été arrêté, une autre répartition des tâches s’est organisée, toujours en fonction des intérêts de chacune. La journaliste a géré les prises de contact avec les représentants des institutions médicales dont elle a fait l’interview (responsables de laboratoire pharmaceutique, médecins etc.). Elle est également à l’initiative du recours à l’institut international d’études (online) de marché Yougov et s’est notamment beaucoup investie dans les échanges avec cet institut de sondage, partenaire de 20 Minutes, qui a diffusé un questionnaire pour le binôme et auquel elle a posé bon nombre de questions qui ont permis d’affiner les résultats qui avaient été obtenus initialement.

De manière symétrique, Julie Ancian a rencontré seule les enquêtées qu’elle souhaitait entendre pour nourrir le volet recherche. Après des entretiens exploratoires qu’elle a menés dans son entourage puis analysés, la chercheure, munie d’un guide d’entretien solide, a interviewé une dizaine de femmes qui avaient répondu à l’appel à témoignages qu’Aude Lorriaux avait lancé par le biais de 20 Minutes. Si le temps qui lui était imparti, dépendant de son contrat mais bien plus encore du calendrier de la journaliste, ne permettait pas à la sociologue de transcrire elle-même les témoignages qu’elle avait recueillis, celle-ci les a analysés au fur et à mesure que les transcriptions lui était livrées par le prestataire engagé par PLACES ; ces analyses, ensuite communiquées en janvier 2020 à Aude Lorriaux, ont permis de contribuer à son enquête journalistique. Enfin, la journaliste a pu compter sur les relectures des articles qu’elle avait transmis dans une première version à Julie Ancian qui en a discuté certains points et reformulé ou explicité d’autres pour plus d’exactitude.

Un corpus de données utiles aux deux membres du binôme

À l’issue de leur enquête, particulièrement longue d’un point de vue journalistique, Aude Lorriaux a pu s’appuyer pour ses articles non seulement sur les résultats statistiques obtenus grâce au questionnaire diffusé auprès de plus de 2000 femmes par Yougov, mais aussi sur les analyses thématiques que Julie Ancian lui a transmises après avoir réalisé ses entretiens de recherche, ou encore sur les réponses en ligne données par les 350 femmes qui ont participé à l’appel à témoignage de 20 Minutes ; elle a également exploité ses propres interviews faites auprès des médecins, des représentants des entreprises pharmaceutiques et interviewé certaines des femmes rencontrées par Julie Ancian pour réaliser des podcasts qui seront mis en ligne en complément des trois articles prévus par 20 Minutes.

En ce qui concerne l’enquête scientifique, on pourrait dire qu’elle est toujours en cours pour Julie Ancian qui a déjà défini des objets de recherche à partir des entretiens qui lui ont été accordés et pour lesquels elle a procédé à une analyse thématique qu’il s’agit désormais d’approfondir en vue d’une publication dans une revue en sciences sociales. Si les réponses au questionnaire du sondage ne peuvent scientifiquement être exploitables compte tenu des conditions de passation qui ne peuvent être contrôlées (la population a été interrogée en ligne par Yougov qui recueille les opinions de consommateurs rémunérés au-delà d’un certain nombre de points en numéraire ou en tickets Kadeos), les réponses produites par les 350 femmes aux questions de l’appel à témoignages constituent en revanche un corpus de données non négligeable que la chercheure envisage d’exploiter en lien avec les entretiens qualitatifs.

Crédit photographique : 欠我兩千塊, « menstrual cramps », 22 octobre 2008 (CC by 2.0)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.