Science citoyenne et SHS (1/2): les champs de référence du projet PLACES


Le projet PLACES, qui vise à étudier les collaborations entre chercheur.e.s en sciences humaines et sociales (SHS) et journalistes en vue de développer une plateforme facilitant ces collaborations, se situe dans un champ que l’on appelle aujourd’hui “science citoyenne”.
La “science citoyenne” (“citizen science”) s’installe dans le panorama de la recherche européenne par un travail d’institutionnalisation toujours en cours, mené en Europe depuis 2013 notamment par la European Citizen Science Association (ECSA), coordonnée depuis Berlin par le Museum für Naturkunde. Ce travail d’institutionnalisation vise à ancrer les pratiques de citizen science aussi bien au niveau de communautés de recherche qu’au niveau des financements publics de la recherche.

Crédit photographique: George B., DIY. Modernes Arbeitsleben mit synchronisierten Abläufen (Une vie professionnelle moderne avec des processus synchronisés), 9 juin 2015
(CC BY-NC-SA 2.0)

La science citoyenne se développe non seulement comme un type d’activité de recherche, mais aussi comme un domaine de recherche en lui-même: une revue dédiée, la Citizen Science: Theory and Practice (CSTP), promue par l’association américaine Citizen Science Association et publiée par l’éditeur britannique Ubiquity Press, a vu le jour en 2014.
Au vu des temporalités, nous pouvons dire que le terme “citizen science” est une dénomination “nouvelle”. Peu de praticiens se reconnaissent en effet sous ce label – comme montre une recherche américaine de 20151 – tout en en la pratiquant sous d’autres noms tels que: peer-to-peer science, participatory science, community science, community-based research, public participation in research, crowdsourced science, ou encore recherche-action. Surtout, ce qui est d’intérêt particulier pour les sciences humaines et sociales, la science citoyenne peut se nicher également sous la catégorie de “public engagement”, prise dans le filet des significations entourant ce syntagme. Les «forum hybrides» décrits par Michel Callon, Pierre Lascoume et Yannick Barthe2 peuvent en ce sens également relever de pratiques de “science citoyenne”.

Cette démarche volontariste de différents acteurs de réunir sous le label de “citizen science” des pratiques dispersées, en vue de les reconnaître comme relevant d’un même mouvement, a forcément demandé un travail de systématisation préalable. Un travail qui a commencé à partir des années 2000, au tournant vers le XXIe siècle.
Deux approches explicitées au milieu des années 1990 sont indiqués comme étant “fondatrices” de ce mouvement fédérateur, ce n’est-ce car ils ont utilisé les premiers, et indépendamment l’un de l’autre, le terme “citizen science3. Il s’agit des approches de l’européen Alan Irwin et de l’américain Rick Bonney. 

Rick Bonney, ornithologue formé à la Cornell University a publié en 1996 Citizen science: A lab tradition (Living Bird, 15). Il décrit la compréhension et les mises en acte de la science citoyenne telles que nous les retrouvons le plus souvent: une technique de recherche, dirigée par des chercheurs, qui implique la participation à titre volontaire de de personnes qui n’appartiennent pas au monde de la recherche académique, pour fournir à un projet de recherche une grande masse des données. 

Alan Irwig, de son côté, a publié en 1995 Citizen Science: A Study of People, Expertise and Sustainable Development (Routledge). Après avoir été professeur en Science and Technology Policy et doyen des Social and Environmental Studies à l’université de Liverpool, il est aujourd’hui professeur au département d’études sur les organisations de la Copenhagen Business School. Irwin focalise davantage l’attention sur deux conditions de possibilité de la relation entre les citoyens et la recherche, et que la pratique de la science citoyenne à son avis réunit: la conviction que la recherche devrait répondre aux préoccupations et aux besoins des citoyens, et la conviction que les citoyens eux-mêmes sont en mesure de produire des connaissances scientifiques fiables.

L’approche d’Irwin repose ainsi sur deux points qui sont également centraux pour toutes les études réunies dans le domaine des Science and technology Studies (STS), dont Michel Callon, cité plus haut, est figure de référence en France avec Bruno Latour. Se référant justement à la notion de «forums hybrides», entre autres, l’association Sciences Citoyennes a vu le jour en 2002, en reliant la question de la participation des citoyens dans la production de la science à celle de la démocratie participative. Les thèmes et les approches que l’on peut lire dans les rapports de l’association montrent également, tout comme les projets cadre des financement européens dans ce domaine aujourd’hui, un certain entrelacement de ce champ avec celui des STS. Un entrelacement d’ailleurs qui n’est pas exclusif, puisque la science citoyenne est aussi liée aux questions de médiation de la science, davantage propres aux institutions de la culture réunies sous l’acronyme “GLAM” (Galleries, Libraries, Archives and Museums). Depuis plusieurs années, le point de contact national pour les projets science-société de l’Union Européenne est en France l’AMCSTI (Association des Musées et Centres pour le développement de la culture Scientifique, Technique et Industrielle).
Enfin, concernant les références à la démocratie participative, cela n’échappera pas à ceux qui s’intéressent au journalisme, que cette temporalité se superpose en partie à l’émergence de ce qu’à la même époque on a commencé à appeler “citizen journalism”. Mais nous allons dans ce billet nous concentrer seulement sur le versant de la recherche.

Les catégorisations dont la “science citoyenne” fait l’objet actuellement, ne visent pas seulement à lui donner un cadre formel, mais aussi à établir un langage descriptif commun qui permette d’identifier et de nommer les pratiques placées sous ce label. Le dernier travail coordonné par l’ECSA, portant sur les “caractéristiques” de la science citoyenne et paru en avril 2020, va dans ce sens en se concentrant principalement sur les caractéristiques des activités collaboratives. 
Une des premières tentatives de définition compréhensive, en revanche, prenant en compte aussi les cadre institutionnels et de politiques publiques de la pratique de science citoyenne, avait été proposée par le consortium Socientize (“Society as e-Infrastructure through technology, innovation and creativity”), un projet européen coordonné par l’Université de Saragosse entre 2012 et 2014. Le consortium a publié notamment le White Paper on Citizen Science in Europe, dans lequel la science citoyenne est ainsi définie: “Citizen Science refers to the general public engagement in scientific research activities when citizens actively contribute to science either with their intellectual effort or surrounding knowledge or with their tools and resources”. 
Enfin, l’expression “citizen science” est entrée également dans le Dictionnaire d’Oxford en juin 2014, qui la définit comme le “scientific work undertaken by members of the general public, often in collaboration with or under the direction of professional scientists and scientific institutions4
Nous retrouvons, dans ces deux définitions, la description dominante de la science citoyenne et correspondante au modèle de Bonney. Les dernières notes de l’ECSA en revanche reconnaissent l’existence d’autres pratiques, ainsi que de pratiques relevant des SHS, en affichant tout de même une certaine prudence quant aux lignes de frontière entre les pratiques de science citoyenne dans les SHS et les pratiques de recherche propres aux SHS tout court, impliquant par exemple une participation passive des enquêtés. 

Une échelle pour définir les niveaux d’engagement en science citoyenne

Muki Haklay, professeur de sciences de l’information géographique (Geographic Information Science) à UCL (University College London), et très engagé dans le développement de la science citoyenne en Europe, dans un article de 20125, a proposé une échelle pour décrire – et nommer – les engagements des parties prenantes à des projets de science citoyenne.

Un premier niveau est défini comme “crowdsourced science”, dans lequel la participation est limitée à la mise à disposition de ressources, par exemple un outil pour collecter des données, et l’engagement cognitif des participants est minimal. Il est ardu de tenter une traduction de “crowdsourced”, tant les mots “crowd” en anglais et “foule” en français peuvent être perçues de façon différentes, mais il reste tout de même intéressant de remarquer ce lien avec une foule indistincte. 
Le deuxième niveau est appelé par Haklay “distributed intelligence”, intelligence distribuée, où – dit-il – c’est la capacité cognitive des participants à constituer la ressource utilisée: “Les participants sont invités à suivre une formation de base et à collecter des données ou à effectuer une simple activité d’interprétation ». 
Ces deux premiers niveaux, correspondent au modèle mis en avant par Rick Bonney, et davantage répandu. 

Dans cette échelle, Haklay propose ensuite deux niveaux supplémentaires, qui sont plus engageants pour les participants. Un troisième niveau dit “participatory science”, science participative, où « la définition du problème est fixée par les participants” et la méthode de collecte de données est élaborée en collaboration avec des chercheurs: “Les participants sont alors engagés dans la collecte de données, mais ont besoin de l’aide des experts pour analyser et interpréter les résultats ». On peut noter que la dénomination de ce niveau se prête un peu à confusion, étant donné que “science participative” peut être utilisé comme synonyme de science citoyenne, comme Haklay lui-même relève en 2018, dans sa contribution au volume collectif Citizen Science: Innovation in Open Science, Society and Policy (UCL Press)6. Haklay précise dans cette contribution qu’il avait été suggéré, du côté américain vers 2009, que le champ de la “citizen science” aurait dû s’appeler plutôt “Public Participation in Scientific Research”.

Mais venons enfin au quatrième niveau, le dernier, que Haklay nomme “extreme citizen science”, la science citoyenne extrême, où la collaboration est une activité “complètement intégrée” dit-il, où les participants sont impliqués dans le choix des problèmes scientifiques sur lesquels travailler, et sont impliqués également dans la définition des méthodes et moyens de collecte de données mises en oeuvre. La collecte des données doit à la fois répondre aux besoins des protocoles scientifiques et correspondre aux motivations et aux intérêts des participants. Les participants à ce niveau, selon la description de Haklay, peuvent choisir leur niveau d’engagement et peuvent être même potentiellement impliqués dans l’analyse et la publication ou l’utilisation des résultats. Selon Haklay, les chercheurs ont à ce niveau davantage un rôle de “facilitateurs”, qui s’ajoute à leur expertise spécifique. Il inclut à ce niveau la possibilité que la science citoyenne puisse s’exercer sans la participation de “scientifiques professionnels”. 

Haklay exclut de sa proposition d’échelle les personnes qui participent à une étude scientifique sans jouer un rôle actif dans l’étude elle-même – par exemple, en participant bénévolement à un essai médical ou à une enquête en sciences sociales. 

En 2018, Haklay schématise cette échelle de la façon suivante: 

Si ces découpages ont leurs limites, ils ont le grand avantage d’ouvrir un débat sur des définitions qui est basé sur des pratiques réelles, comme nous l’avons vu aussi pour la typification proposée par S. Stonbely pour qualifier six formes de journalisme participatif, ouvrant par là à des réflexions sur les pratiques elles-mêmes.  

Si nous essayons alors d’appliquer l’échelle d’Haklay aux binômes de PLACES, nous les retrouverions tous au niveau 4 (Extreme citizen science) dans la mesure où les parties prenantes – journalistes et chercheuses – ont été impliquées dans le choix de la question à explorer, ont établi ensemble les données à collecter ainsi que la façon de les récolter et de les partager et ont partagé les analyses. Les journalistes peuvent même avoir été à l’origine du choix du champ d’exploration, parfois également du thème précis, mais l’angle, la façon d’aborder le thème, ont été négociés en collaboration avec les chercheuses. 
Par contraste, le méta-projet qui observe et étudie les collaborations mises en oeuvre dans les binômes de PLACES, ne relève actuellement pas d’une démarche de science citoyenne: il s’agit d’une étude sur les pratiques de science citoyenne. Si les problèmes de départ à explorer ont été définis en collaboration avec des journalistes, lors d’un séminaire commun, l’établissement du protocole de recherche, la collecte des données et leur analyse ont été définis et effectués par des chercheur.e.s de profession.
C’est sur cette ligne de frontière – entre participation active à la recherche et être sujets de la recherche – que le groupe de travail de l’ECSA, dans son explicitation des “caractéristiques” de la science citoyenne, a exprimé le plus sa prudence concernant les démarches des sciences citoyennes dans les domaines des SHS.

Un dernier point enfin pour le niveau 4: il ne nous semble pas pertinent – comme Haklay suggère – d’inclure la possibilité d’une activité excluant des chercheurs professionnels, puisqu’il paraît évident que dans ce cas nous sortons du cadre d’une collaboration avec ces derniers, ainsi que du critère que Haklay lui-même a posé comme préalable pour établir son échelle. Mais à ce sujet, il est important de relever que Haklay laisse délibérément floue la question de savoir « qui est un scientifique » car, dans son objectif de définition des échelles de la citizen science, il estime plus facile d’identifier les scientifiques professionnels comme étant employés par des institutions de recherche. Haklay exprime la nécessité de ce découpage préalable rendant son échelle possible de la façon suivante: “by definition, citizen science can only exist in a world in which science is socially constructed as the preserve of professional scientists in academic institutions and industry because, otherwise, any person who is involved in a scientific project would simply be considered a contributor and, potentially, a scientist”. Et pourtant cette question est centrale, surtout si l’on tente de renouer avec des pratiques de recherche existant de longue date mais qui ne se reconnaissent pas (encore) sous ce label. 

Science citoyenne et SHS: une combinaison possible?

Dominique Pestre dans son Introduction aux Science Studies (La Découverte, 2006, pp.52-55), de même que A. Irwin et les autres auteurs de Watching or being watched. Enhancing productive discussion between the citizen sciences, the social sciences and the humanities (pp.103-104)7, donnent dans leurs textes un aperçu des hybridations science-société, entre différents secteurs professionnels, courantes avant le XXe siècle. Pour ces auteurs la demande des citoyens de participer aux processus de production de connaissance scientifique a une histoire qui ne peut être décrite comme un phénomène exclusif du XXIe siècle, mais doit s’inscrire dans l’histoire plus large des relations entre la science, la société et la politique au moins à partir du XVIIIe siècle. La question plus importante devient alors, on la repère chez Irwin et ses coauteurs dans leur article Watching or being watched: pourquoi, dans le XXIe siècle, la science est devenue quelque chose qu’il faut “reconnecter” à la société?

Irwin et ses collègues soulignent également que les historiens ont commencé à se demander comment la science citoyenne s’inscrit dans l’histoire plus large de la participation du public à la science, tandis que les sociologues et les politologues s’intéressent à la manière dont le phénomène remodèle l’expertise et la délimitation des sphères sociales dans les sociétés démocratiques. En effet, mettant davantage en évidence les points de superposition avec ce qui relève du “public engagement”, il est sans doute possible d’établir davantage de parallèles entre science citoyenne et certains principes et pratiques déjà installés dans plusieurs sous-disciplines des sciences humaines et sociales comme la public history, la public philosophy, la public anthropology et l’applied anthropology8, la public sociology, etc. On peut repérer aux Etats-Unis aussi des cursus de master dédiés aux “public humanities”.
Si nous n’ignorons pas, ni sous estimons, les différentes critiques dont ces approches font l’objet depuis l’intérieur de leur discipline mère, ce que nous signalons ici est l’émergence, au XXe siècle, d’approches spécifiques et parallèles qui réclament, pour leurs disciplines, un tournant “public”.

Comme l’écrit le groupe de travail de l’ECSA dans ses notes explicatives des caractéristiques de la science citoyenne citées plus haut (Version 1, Avril 2020), il ne fait guère de doute qu’un projet impliquant un large éventail de volontaires participants soit à la collecte de données, soit à l’analyse de données, à partir d’une hypothèse de recherche clairement définie, sera reconnu comme de la science citoyenne. Mais il ne s’agit là que d’un type parmi un large éventail d’activités, de pratiques et de formes de participations. Tout cela, écrit le groupe de travail de l’ECSA, entraîne des divergences de vues sur ce que la science citoyenne est ou n’est pas. À son niveau, PLACES se veut un exemple de démarche de science citoyenne impliquant des disciplines des sciences humaines et sociales. Quelles autres formes peuvent-ils prendre, plus largement, les projets de science citoyenne relevant des SHS? 

Nous ne saurions nous borner à une perspective où les humanités et les sciences sociales ne pourraient contribuer à la science citoyenne qu’en tant qu’outils réflexifs adossés aux collaborations effectuées dans les cadres des autres disciplines9
À travers PLACES et ses trois enquêtes collaboratives pilotes, nous défendons au contraire l’idée que les SHS ne peuvent pas être cantonnées dans le rôle exclusif d’un discours réflexif de surplomb sur la relation entre les sciences – les autres sciences – et la société, mais qu’elles pratiquent, elles aussi, des recherches et produisent des résultats directement dans le cadre de collaborations relevant de la science citoyenne. 
C’est pourquoi, dans le mouvement d’institutionnalisation en cours de la science citoyenne, il nous semble central, vital pour les sciences humaines et sociales, de faire reconnaître et faire valoir des pratiques qui leur appartiennent déjà. C’est d’autant plus vital que ce mouvement d’institutionnalisation porte avec soi une conséquente allocation de financements de recherche en faveur de la citizen science. Sachant ceci pourtant, il ne faudrait pas non plus réduire cet horizon à une simple case à cocher de façon opportuniste, sans saisir l’opportunité, centrale elle aussi, de souligner – par rapport au modèle de la crowdsourced science par exemple – le pouvoir de transformation sociale des SHS, que ce soit au niveau des communautés, des collectivités, des entreprises, des citoyens. C’est là que se niche l’horizon démocratique que nous voyons dans ces nouvelles configurations des rapports science-société que le champ de la citizen science entend renouveler aujourd’hui.


  1. Menée en 2015 au Minnesota. Cf. Lewandowski E., Caldwell W., Elmquist D. et Oberhauser K., 2017, Public Perceptions of Citizen Science, in Citizen Science: Theory and Practice, 2 (1), p.3 []
  2. Cf. Callon M., Lascoume P. , Barthe Y., 2001, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil []
  3. Cf. Cooper C.B. et Lewenstein B.V., 2016, Two meanings of Citizen Science, in Cavalier D. (ed.), The Rightful Place of Science: Citizen Science, Arizona State University Press, 2016 []
  4. Cf. Science Europe, Briefing paper on Citizen Science, Science Europe, Juin 2018 []
  5. Cf. Haklay M., 2012, Citizen Science and Volunteered Geographic Information – overview and typology of participation, in Sui D.Z., Elwood S. and Goodchild M.F. (eds.), Crowdsourcing Geographic Knowledge: Volunteered Geographic Information in Theory and Practice, Berlin, Springer, 2012, pp.105-122 []
  6. Cf. Haklay M., 2018, Participatory Citizen Science, in Hecker S., Haklay M., Bowser A., Makuch Z., Vogel J. et Bonn A., Citizen Science: Innovation in Open Science, Society and Policy, London, UCL Press, 2018, pp.52-62 []
  7. Cf. Mahr D., Gbel C., Irwin A. et Vohland K., 2018, Watching or being watched. Enhancing productive discussion between the citizen sciences, the social sciences and the humanities, in Hecker S., Haklay M., Bowser A., Makuch Z., Vogel J. et Bonn A., Citizen Science: Innovation in Open Science, Society and Policy, UCL Press, London, 2018 []
  8. Sur l’horizon de ces dénominations voir par exemple Lamphere L.,2004, The Convergence of Applied, Practicing, and Public Anthropology in the 21st Century, in Human Organization, Vol. 63, No. 4, Winter 2004, pp. 431-443 []
  9. Cette position est par exemple exprimée dans Mahr D., Gbel C., Irwin A. et Vohland K., 2018, Watching or being watched. Enhancing productive discussion between the citizen sciences, the social sciences and the humanities, in Hecker S., Haklay M., Bowser A., Makuch Z., Vogel J. et Bonn A., Citizen Science: Innovation in Open Science, Society and Policy, UCL Press, London, 2018, p.101 []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 02/06/2020

    […] humaines et sociales (SHS), en lien avec les pratiques de science citoyenne dont nous avons parlé dans un autre billet. Mais il reste intéressant de noter en ouverture que ces trois axes ont non seulement suivi des […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search