La dynamique des collaborations (1/5). Préambule

« Elephant Step-out » par Sandra Strait (CC-by-nc-nd)

J’initie ici une série de billets destinée à revenir plus longuement sur les quatre temps des collaborations observées dans le cadre de PLACES, que je n’ai que trop rapidement évoqués dans mon dernier billet sur le travail d’articulation. Identifier ces étapes n’est en effet anodin ni pour comprendre ce qui se joue dans les collaborations observées ni pour en rendre compte. Je voudrais expliciter dans cette série de billets tout d’abord en quoi appréhender de manière dynamique les collaborations interprofessionnelles est pertinent, mais aussi montrer en quoi il est opportun d’opérer ce découpage s’il l’on souhaite leur apporter un soutien organisationnel et matériel.

Dans ce tout premier billet, je pose le cadrage général. J’explique en quelques mots la nécessité, l’ambition et les précautions préalables.

Quel angle pour comparer ce qui paraît (à première vue) incomparable ?

Il faut souligner pour commencer qu’élaborer une analyse comparative de projets-pilotes aussi variables dans leurs formes et leurs enjeux est une gageure. Au-delà de leurs quelques points communs − en particulier le fait de réunir des chercheurs et des journalistes sur un projet court en binôme − ces trois binômes sont nettement plus différents qu’ils ne sont semblables. Les raisons sont diverses mais tiennent essentiellement au fait que nous avons précisément invité leurs participants à une démarche exploratoire et à engager les modalités de collaboration qui leur convenait le mieux. Par ailleurs, ces projets ayant été initiés à des stades différents du projet d’ensemble, l’objectif de cette démarche exploratoire n’a elle-même pas été présentée de la même manière à tous, faisant que les binômes se sont dès le début engagés dans des directions différentes.

Comment alors l’observateur peut-il raisonnablement comparer ces trois cas singulier ? Comment isoler et caractériser des mécanismes qui semblent à chaque fois s’expliquer par des enjeux propres à des contextes particuliers ? Et plus largement, dans le cadre de ce projet PLACES, comment produire des comptes-rendus d’observation qui soient non seulement descriptifs mais également problématisés, et dépasser ainsi l’écueil du relativisme induit par la démarche compréhensive ? Comment donc proposer des solutions concrètes aux obstacles rencontrés par ces collaborations ?

Le fait que chaque projet s’inscrive dans un flux temporel offre ici une porte de sortie. Ceci nous autorise à formuler l’hypothèse que ces projets suivent un cheminement-type, c’est-à-dire une partition commune que chaque binôme interprète à sa manière. Sur cette base, il devient possible d’élaborer une étude comparative qui prend la dynamique du travail d’articulation comme point de départ.

L’hypothèse d’un cheminement-type

Dans ce cheminement-type, posons que chaque étape, chaque temps, possède ses enjeux particuliers, une temporalité propre, et donc appelle des moyens spécifiques de soutien qui méritent d’être décrits et analysés indépendamment. L’observation suggère que ces étapes sont au nombre de quatre. Précisons tout de suite que les quatre temps dont il est question ici sont envisagés comme des idéaux-types, au sens où ils ne sont formalisés comme tels que pour le besoin de l’analyse, ils ne se présentent pas nécessairement de cette manière aux participants et ne sont pas non plus toujours aussi distincts qu’indiqué ici. Ce sont des étapes qui se succèdent dans un ordre défini mais se qui se chevauchent aussi beaucoup, qui ne nécessitent pas toujours le même investissement de temps et d’énergie selon les cas.

Il est ensuite essentiel de tenir du compte du caractère éventuellement récursif de ce cheminement-type. Nous avons en effet observé que la conduite des projets impose régulièrement de revenir sur des arrangements passés entre les binômes, et donc de remettre ponctuellement sur la table une étape préalable. Ce cheminement-type ne doit ainsi, en aucun cas, être envisagé à l’aune du cours inébranlable du temps qui passe, faisant que chaque étape qui se termine appartiendrait irrémédiablement au passé. Au contraire, parce que les collaborations interprofessionnelles sont assujetties à des négociations perpétuelles − sur l’objectif commun, sur la place de chacun dans le projet mais aussi les modalités pratiques de la collaboration − chacune peut à tout moment être temporairement réactivée, cela non pas pour les remettre en question mais les prolonger et en amender les arrangements finaux.

Pour rappel, les quatre temps dont il est question :

  1. concernant la mise en relation des partenaires, où le travail d’articulation a pour enjeux principaux la recherche d’un partenaire, la gestion du premier contact ainsi que l’accord sur un projet commun ;
  2. concernant l’instauration de l’association des partenaires, où le travail d’articulation a pour enjeux principaux l’obtention d’un financement, la gestion des contrats de travail, l’accord d’un calendrier commun, la recherche d’un partenaire de publication ainsi que la définition d’un objet d’enquête partagé ;
  3. concernant la stabilisation des places de chacun, où le travail d’articulation a pour enjeux principaux : la co-gestion de la collecte de donnée, la reconnaissance du champ d’expertise de chacun, le respect du calendrier et du cadre juridique propre à chaque profession ainsi que les choix matériels et financiers du projet.
  4. concernant la séparation des partenaires, où chacun repart de son côté (ce qui n’est pour l’instant qu’une étape théorique n’ayant eu l’occasion encore de recueillir des données sur ce plan).

Le processus d’articulation VS le travail d’articulation

Pour décrire et problématiser ce cheminement-type, je m’appuierai à nouveau sur les travaux d’Anselm Strauss, et tout particulièrement cette fois-ci sur son article « The Articulation of Project Work: An Organizational Process » (1988). Dans ce texte, il opère une distinction entre le “travail d’articulation”, un outil descriptif à utiliser dans une analyse synchronique, et le “processus d’articulation”, un outil descriptif à utiliser dans une analyse diachronique.

The general organizational process that underlies the carrying out of projects is termed « the articulation process. » This process is distinguished from articulation work (or more accurately, perhaps, the articulating of work), which is one of its constituent elements. « Articulation work » refers to the specific details of putting together tasks, task sequences, task clusters, and even the work done in aligning larger units such as subprojects, in order to accomplish the work. By contrast, « articulation process » refers to the overall organizational process that brings together as many as possible of the interlocking and sequential elements of the total work, at every level of organization-and keeps the flow of work going. (Whether or not it goes smoothly and whether or not it is effective may be perceived quite differently by various participants.)

Ces deux concepts sont donc non seulement intimement liés mais ils sont en plus indispensables à mobiliser conjointement si l’on souhaite comprendre comment les activités d’une pluralité de personnes peuvent tenir ensemble (“fitting together”) sous la forme d’un projet collectif. Comme on l’a vu dans les billets précédents, le travail d’articulation permet de décrire ce qui donnent aux projets leur structure. Le processus d’articulation, quant à lui, permet de décrire leur dynamique dans l’idée de mettre en évidence en quoi les projets collaboratifs sont fondamentalement des « ordres négociés ».

What we wish to know, following the processual model, is how organizations manage to achieve the degree of articulation they do, and what their members must do to maintain it. We also wish to know what happens when that degree of articulation is estimated differently by different participants, with different stakes and influences in the definitions. […] Examining and researching articulation is very much an aspect of studying « negotiated order”.

Dans le prochain billet, nous nous intéresserons à la toute première étape : celle de la mise en relation des participants à la collaboration, un défi qui repose essentiellement sur la figure qu’est l’initiateur du projet collaboratif.

 

Référence citée :
Strauss Anselm, 1988, « The Articulation of Project Work: An Organizational Process », The Sociological Quarterly, 1988, vol. 29, no 2, p. 163‑178.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 10/07/2020

    […] temporalité de la collaboration connaît davantage de récursivité (cf. Préambule), c’est-à-dire que les décisions prises par les partenaires à un moment donné connaissent […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search