Pourquoi les labos vendent-ils des pilules qui créent de fausses règles?

Blood drainage, par gaelx / Flickr (CC-by-sa)

ET SI ON S’EN PASSAIT ? 4/5 Les règles sous pilule n’ont pas d’utilité médicale, et pourtant, les femmes se font toujours saigner par millions. « 20 Minutes » a cherché à comprendre les raisons de ce paradoxe, dans une enquête en partenariat avec l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS)

Les saignements sous pilule n’ont pas d’utilité médicale, et ce sont de « fausses » règles, disent en choeur les professionnels de santé. Pire, elles pourraient même augmenter les risques d’être enceinte. Alors pourquoi prescrit-on massivement aux femmes ces pilules qui créent de fausses règles, si finalement le seul intérêt des règles sous pilule est de donner des nausées, maux de ventre, et autres douleurs ?

Un petit tour par les notices des principaux contraceptifs oraux combinés s’impose. Pour cet examen clinique, on ne considérera que les pilules de 1ère  et 2ème génération, qui sont les pilules recommandées par les autorités sanitaires, en raison d’un plus faible risque de thrombose. Pilules qui sont aussi les plus commercialisées (79% des parts de marché en 2015,selon les dernières données disponibles).

Pas recommandé

Sur les 14 pilules recensées par l’ANSM dans ces catégories et toujours commercialisées, toutes contiennent dans leur notice grosso modo le même message :  « La plaquette contient 21 comprimés. Prenez les 21 comprimés. Ensuite, vous ne prendrez plus de comprimés pendant 7 jours. »

Deux pilules sur 14 indiquent cependant la possibilité de non pas supprimer, mais de « retarder » les règles : Leeloo et Lovavulo. La première, Leeloo, indique sobrement la marche à suivre (en enchaînant avec la plaquette suivante). Mais Lovavulo ajoute qu’il « n’est pas recommandé de le faire »… Un commentaire peu en phase avec la littérature scientifique actuelle.

« La contraception, ce n’est pas pour éviter les règles »

Contactés par nos soins, les labos font soit la sourde oreille, soit renvoient la faute à l’ANSM et à la responsabilité des médecins. « Pour les AMM [autorisations de mise sur le marché] c’est plus l’ANSM [Agence nationale de sécurité du médicament], nous répond-t-on par exemple à Majorelle. Ce n’est pas nous qui prenons la décision de rajouter une mention ou de la supprimer. On dépose un dossier d’AMM. Si l’ANSM valide, ils nous indiquent ce qu’il faut sur la notice, ils fournissent tous les éléments ». Faux, en vérité, le laboratoire doit d’abord proposer une notice… mais l’ANSM a le dernier mot. Ce qui fait que nombre de laboratoires ne se battent pas pour proposer leur propre version.

« L’objectif principal de la contraception, ce n’est pas pour éviter les règles », affirme le Dr Ghanimi, pharmacologue chez Biogaran. « Ne pas avoir ses règles n’est pas une indication thérapeutique. Le rôle de la contraception ce n’est pas d’enlever les règles », lui fait écho Isabelle Yoldjian, cheffe du pôle endocrinologie à l’ANSM.

On pourrait tout aussi bien répliquer que l’objectif d’une contraception n’est pas non plus de créer de fausses règles, surtout si ces fausses règles sont susceptibles d’augmenter les risques d’être enceinte… Les laboratoires sont d’ailleurs conscients de ce risque créé par l’arrêt de sept jours, car leurs notices recommandent toutes de sauter cette période, en cas d’oubli dans la troisième semaine. « Au lieu de prendre les comprimés placebos (rouges) de cette plaquette, jetez-les et commencez la plaquette suivante », indique par exemple Optidril. « Au lieu de respecter un intervalle sans prise de comprimés, commencez directement la plaquette suivante », indique Adépal.

Serpent qui se mord la queue

Pourquoi sauter les fausses règles en cas d’oubli de pilule, si elles n’ont aucune incidence sur la qualité contraceptive ? Parce qu’en réalité, cet arrêt de sept jours fragilise la protection dès qu’il y a le moindre couac. Or les couacs sont plutôt courants, et pas toujours conscients: 23% des femmes ont déclaré oublier une pilule au moins une fois par mois, selon dans une étude menée sur plus de 3.000 femmes en France  1.

Mais les labos ne sont pas les seuls en cause, dans la fabrication de cette illusion. Les autorités françaises et européennes, qui délivrent les autorisations de mise sur le marché, ont leur part de responsabilité. Aujourd’hui, explique le médecin et essayiste Martin Winckler, les pilules avec prise en continu et les pilules classiques avec arrêt de sept jours (ou moins) font l’objet de deux autorisations de mise sur le marché différentes. C’est soit l’un, soit l’autre. Choisissez votre camp. « Il faudrait refaire tout, emballage, notice, indications dans le Vidal, indications auprès des pharmaciens, et mettre sept comprimés de plus dans la boîte. Vous ne pouvez pas le commercialiser sous la même forme », explique le médecin. Tant qu’il n’y a pas de demande massive des patientes, et qu’elles se « débrouillent » comme cela, les labos n’ont donc pas vraiment intérêt à tout chambouler. Sauf que leurs notices participent de cette croyance répandue que les règles sous-pilule sont quelque part nécessaires… C’est le serpent qui se mord la queue.

« Inutiles au plan médical »

Quand on rétorque qu’avoir de fausses règles inutiles qui font croire aux femmes qu’elles ont des règles n’est pas non plus une indication thérapeutique, Isabelle Yoldjian botte en touche : « Vous pouvez avoir cette discussion avec le CNGOF » et l’attachée presse intervient pour la première fois dans la conversation : « Ce n’est pas notre champ de compétence ». Les laboratoires renvoient la balle à l’ANSM, qui renvoie la balle au CNGOF… qui n’a pas de recommandations sur le sujet. Plus tard, Isabelle Yoldjian précise : « Elles ne sont pas inutiles pour tout le monde. Elles sont inutiles au plan médical. » Et plus tard encore : « L’ANSM ne fait pas d’actualisation proactive en checkant chaque phrase, là où on est proactif c’est quand il y a un problème de sécurité. »

Et le risque moins grand de tomber enceinte que sous pilule discontinu ? « Je ne vois pas les études dont vous parlez » répond Isabelle Yoldjian. Quand à la précision dans les notices des pilules selon laquelle il est possible de retarder ses règles « même s’il n’est pas recommandé de le faire », là aussi, Isabelle Yoldjian a une réponse : « “Ce n’est pas recommandé de le faire” cela veut dire que ce n’est pas l’indication du médicament ». Et tant pis pour les patientes qui interpréteront comme un risque pour leur santé…

 

 

  1. Et 54 % des femmes déclarent avoir oublié au moins une fois de prendre leur pilule au cours des 3 derniers mois, selon une étude OpinonWay de 2011. []

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Juju dit :

    Tout à fait d’accord avec vous Ablin. Je n’ai plus plus mes règles depuis quatre ans grâce à Optimizette. Quel confort !

  2. Ablin dit :

    J’ai 70ans, de 38 ans à 50ans, j’ai supprimé mes règles avec l’accord de ma gynécologue, tellement plus confortable! Je ne comprends pas comment encore aujourd’hui si peu de femmes continuent à les garder, par peur?

    • Jenn dit :

      Je préfère souffrir que de prendre des hormones qui créent des effets secondaires dont des risques d’avc

      • Aude Lorriaux dit :

        Bonjour, si je puis me permettre, l’idée de ces articles n’est pas de comparer la prise de pilule ou l’absence de pilules, mais plutôt le fait de prendre la pilule avec cet arrêt de 7 jours ou pas. Si vous lisez toute la série d’articles vous verrez que al différence en termes de taux d’hormones entre les deux n’est pas grande et il ne ressort pas de différence d’effets dans les études que nous avons compulsées.

  1. 22/06/2020

    […] Pourquoi les labos vendent-ils des pilules qui créent de fausses règles ? 5. Ces femmes qui suppriment leurs […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search