Ces femmes qui suppriment leurs menstruations

Painting with blood, de gaelx / Flickr (CC-by-sa)

ET SI ON S’EN PASSAIT ? 5/5 Les règles sous pilule n’ont pas d’utilité médicale, et pourtant, les femmes se font toujours saigner par millions. « 20 Minutes » a cherché à comprendre les raisons de ce paradoxe, dans une enquête en partenariat avec l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS)

Elles ont sauté le pas, rejoignant la minorité de femmes qui ont supprimé leurs règles en utilisant une contraception hormonale en continu. Et pour certaines, elles ne voudraient pour rien au monde revenir en arrière. Pourquoi ont-elles fait ce choix? Ont-elles buté sur des obstacles? Et qu’en retirent-elles? Pour le savoir, nous avons commandé un sondage, lancé un appel à témoignages sur 20 Minutes, et interviewé plus longuement cinq femmes pour un podcast. Julie Ancian, sociologue, post-doctorante à l’EHESS et aujourd’hui à l’INSERM, partenaire de ce projet, a mené des entretiens approfondis avec onze femmes aux profils différents, qui ont décidé de supprimer leurs règles par la contraception en continu.

« Chaque vacance c’est la même chose, dame nature veut débarquer quand je suis sur le départ. Quand on rêve d’un petit plongeon dans la piscine depuis des mois, je dis non ! », s’insurge Clémentine, 24 ans, l’une des près de 350 femmes à avoir répondu à notre appel à témoignages. Voyage, déplacement et vacances sont les raisons les plus citées (53%) par les femmes qui ont déjà supprimé ou décalé leurs règles, selon notre sondage Yougov pour 20 Minutes.

Suivent ensuite les « douleurs ou le mal-être lié aux règles » (21%) et le fait « d’avoir des rapports sexuels » (21%). « Lorsque j’étais plus jeune, mon copain de l’époque et moi vivions dans des pays différents. On ne se voyait pas déjà des masses alors je n’allais pas « gâcher » ces moments avec mes règles ! », écrit par exemple Marine.

« Je ne tiendrais pas devant mes élèves avec ces douleurs »

Les douleurs, surtout, apparaissent comme une des raisons principales des femmes qui ont supprimé durablement leurs règles et en ont témoigné auprès de 20 Minutes. « Intenable », « invivable », « insupportable », « épuisant », des menstruations « extrêmement douloureuses », semblables à des « contractions » parfois, avec des « gros maux de ventre et de tête », des « crampes, migraines », des douleurs « atroces » même, sont les mots que nos lectrices ont employés. L’une d’elle se dit « pliée » en deux, une autre se souvient avoir atterri aux urgences, et enfin une troisième, atteinte d’endométriose, parle même de l’envie de « sauter d’un étage ». Des douleurs aussi qui empêchent de travailler : « En septembre, je commençais en tant que professeur des écoles, et je savais que je ne tiendrais pas devant mes élèves avec ces douleurs », écrit par exemple Camille. « Je travaille en tant que vendeuse, debout toute la journée. Avoir mes règles m’épuise, me fait mal au ventre et me donne la nausée », justifie Marjory.

Les femmes qui suppriment leurs règles sur le long terme sont une toute petite minorité. Si 30% des quelques 2100 sondées de notre sondage affirment avoir déjà « supprimé ou décalé » leurs règles grâce à la contraception hormonale, la très large majorité d’entre elles l’ont fait sur une période courte : moins de trois mois (61% des femmes qui ont déjà supprimé leurs règles). Les femmes qui ont supprimé leurs règles pendant un an ou plus ne forment que 20% des bataillons de femmes qui ont tenté l’expérience de supprimer leurs règles, soit pas plus de 6% des femmes françaises âgée de 18 ans et plus.

« Je déteste me sentir sale toute la journée »

Les activités sportives, ou « un événement professionnel important », sont d’autres raisons avancées par respectivement 10% des sondées et par de nombreuses lectrices de 20 Minutes. « J’ai arrêté mes règles parce que je suis une grande sportive et que les règles m’affaiblissent et sans cet arrêt je n’aurais jamais pu courir le marathon de Paris en avril dernier et bien d’autres à venir, sans parler des entraînements en piscine… », relate Juliette. C’est aussi une activité sportive ponctuelle qui peut justifier qu’on enchaîne deux plaquettes: « Je fais de la rando, et devoir changer de protections hygiéniques en pleine nature c’est pas top », raconte Pauline.

Pêle-mêle, dans la liste des autres raisons avancées, des femmes mentionnent les « économies réalisées », la possibilité de « pratiquer convenablement [leur] religion une fois par an » (pour le ramadan) ou des raisons d’hygiène : « J’ai décidé de prendre un contraceptif sans règles car celles ci me dégoûtent, je déteste me sentir sale toute la journée et quand j’étais jeune j’ai vécu des moqueries à cause des grosses serviettes que l’on devait porter », se souvient Nadège.

Gare aux spottings, des saignements intempestifs

A côté de ce confort retrouvé, prendre une contraception hormonale en continu charrie parfois aussi chez certaines candidates quelques désagréments. Des douleurs aux seins. Des douleurs plus grandes aux prochaines règles. De rares femmes, qui utilisent un implant notamment, témoignent même d’un effet inverse à l’effet recherché: des règles en continu, qui ne s’arrêtent plus, ou qui traînent en longueur. Mais comment savoir si c’est bien le fait de prendre une contraception en continu qui suscite ces effets, ou le type de contraception choisie, à savoir la marque et le modèle?

Les « spottings », soit des petites taches de sang qui se déclarent de manière impromptue, sont en revanche un désagrément bien connu et documenté de la prise d’hormones en continu, qui peuvent décourager les volontés: « J’avais quelques effets secondaires, légères pertes marrons pendant quelques jours », raconte Cécile. Mais des études montrent que ces tâches tendent à disparaître, pour celles qui prolongent l’expérience.

Au final, ce qui domine dans les témoignages recueillis par 20 Minutes, c’est un immense sentiment de libération. « Libre », « libérée », « libération », « libérateur » sont des mots qui reviennent des dizaines de fois. « Je suis libre de porter des pantalons blanc, d’aller à la plage ou de faire l’amour quand je veux ! », s’enthousiasme Jennifer. D’autres lectrices de 20 Minutes utilisent les mots « jouissif », parlent de « renaissance », d’un « vrai bonheur », d’une vie qui a « changé » littéralement ». « La seule chose que je regrette, c’est de n’avoir pas commencé plus tôt ! », s’enthousiasme Eleonore. « Pour rien au monde je ne reviendrais en arrière », commente Justine.

Dans l’ensemble, les lectrices de 20 Minutes qui ont supprimé leurs règles apparaissent heureuses de leur choix et ont envie de le partager, reconnaissantes d’être un jour tombées sur cette information, qui leur paraît mal diffusée par les professionnels de santé. Elles sont parfois même franchement révoltées par le manque d’information. « Ce qui me fâche c’est que j’ai l’impression que si c’était un problème qui touchait des hommes on aurait quand même étudié la question plus tôt », lâche Yuvany Gnep, une utilisatrice de la pilule en continu, avec un cursus en anthropologie de la santé. « Je passe du temps à expliquer à mes amies qu’elles peuvent enchaîner les plaquettes sans problème mais il y a une vraie omerta sur ce sujet de la part des gynécologues », estime Marjorie. « Je trouve ça fou que depuis ce temps, les pilules avec règles [soient] presque systématiquement prescrites aux femmes et qu’il n’y [ait] aucune information sur le sujet ! », se désole Isabelle. On espère avoir un tout petit peu réparé ce tort.

 

 


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 02/06/2020

    […] Ces femmes qui suppriment leurs menstruations […]

  2. 22/06/2020

    […] 4. Pourquoi les labos vendent-ils des pilules qui créent de fausses règles ? 5. Ces femmes qui suppriment leurs menstruations […]

  3. 11/07/2020

    […] Ces femmes qui suppriment leurs menstruations je recommande ! […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search