La dynamique des collaborations (2/5). Se mettre en relation

« I Ain’t Lyin’ Step-out » par Sandra Strait (CC-by-nc-nd)

Après un premier billet de présentation de ma réflexion sur le cheminement-type que les projets-pilotes de PLACES ont suivi, je me penche à présent plus concrètement sur leur première étape. Celle-ci concerne la mise en relation des deux partenaires du projet de collaboration, qui est cruciale comme on va le voir.

La mise en relation est une étape à part entière

De prime abord, cette étape pourrait sembler anecdotique, tant une recherche ne semble souvent commencer qu’une fois son sujet défini. N’a-t-on pas l’habitude en effet de considérer que la collecte de données est le préalable de toute enquête, a fortiori lorsqu’elles se veulent empiriques et inductives ? Pourtant, cette mise en relation des deux partenaires n’est pas qu’un préalable, c’est au contraire une étape primordiale. Cela car elle précède toutes les autres et donc car elle les conditionne (au moins en partie).

Plus précisément :

  • La mise en relation est tout d’abord un temps où celui des deux partenaires qui initie le projet définit ce que sera le travail commun dans ses grandes lignes : un thème est pré-sélectionné, des pistes de réflexions sont esquissées, des possibilités d’enquêtes sont éventuellement testées ;
  • C’est ensuite un temps où cet initiateur du projet (Strauss parle d’initiator) part en quête du meilleur partenaire possible, qu’il sélectionne selon des critères qui lui appartiennent (de spécialité, d’expérience, de compétence, de disponibilité, etc.). Or chaque partenaire potentiel lui offre une combinaison particulière de ressources sur lesquelles il pourrait compter mais également de contraintes avec lesquels il devra s’accorder. De fait, choisir son partenaire, c’est également effectuer des choix de forme et de fond qui participent à modeler le projet final ;
  • Et une fois les deux partenaires réunis, avant la contractualisation formelle de la collaboration, il faut encore tenir compte d’un premier temps de négociation (que celle-ci soit informelle ou très explicite) durant laquelle l’un présente à l’autre ses objectifs, ses contraintes et ses préférences quant à l’orientation future du projet commun, ce qui aboutit (ou pas) à un accord.

Le travail de l’initiateur du projet

Dans le cadre des collaborations interprofessionnelles, cette étape préliminaire pose des problèmes particuliers qui tiennent très directement au fait de devoir faire la jonction entre des mondes sociaux distincts (comme je l’expliquais ici). Je veux dire par là que les enjeux soulevés concernent tous un apprentissage d’une forme d’altérité (plus ou moins radicale), qui se joue sur deux plans. Il s’agit d’abord de l’altérité relative au fait de s’associer avec un individu inconnu, qui possède sa personnalité, sa manière de voir le monde, ses procédures de travail (altérité qui est propre au travail collaboratif, mais pas nécessairement interprofessionnel). Il s’agit ensuite de se familiariser avec un monde professionnel inconnu, celui de son partenaire.

Une large partie de l’entreprise qui sous-tend le projet commun consistera à atténuer cette altérité, sur ces deux plans. L’initiateur du projet, qui est ici la figure centrale, sera alors amené à se poser trois questions principales :

  • Où trouver un partenaire ? Les manières que les mondes professionnels ont de répertorier leurs praticiens diffèrent significativement, tant en termes de type d’espaces documentaires de publication que de mode de présentation de soi. Pour trouver un journaliste, on aura ainsi tout intérêt à se créer un profil sur Linkedin et/ou Twitter puis à y parcourir les réseaux de contacts et de mots-clé. Pour trouver un chercheur, en revanche, on aura plutôt intérêt à parcourir les sites institutionnels des unités de recherches, les listes de diffusion professionnelles, les bases de données d’articles et/ou les bibliographies des articles sur le thème sélectionné. Ainsi, un individu désirant entrer en contact avec un interlocuteur d’un monde qui n’est pas le sien devra apprendre ses usages et ses codes de sociabilité.

Dans le cadre du projet PLACES, deux binômes sur trois ont été constitués par une personne tierce ; une personne qui avait un pied dans le monde du journalisme et l’autre dans celui de la recherche. Ceci est symptomatique du fait qu’il est aisé pour un initiateur de projet de se trouver démuni à cette étape s’il ne possède pas au préalable certains prérequis sur le monde professionnel où il recherche un partenaire.

  • Parlons-nous la même langue ? Les champs terminologiques ne sont pas communs aux différents mondes professionnels (et, souvent, ne le sont pas non plus aux différents sous-champs d’un monde donné). De fait, à moins d’avoir une idée déjà précise de la personne avec qui il souhaite entreprendre une collaboration, il est indispensable pour l’initiateur du projet de s’interroger sur le vocabulaire d’usage et d’en répertorier les différentes variations, afin d’entrer déjà en contact avec une personne spécialiste du sujet ciblé. Ce travail vise, d’une part, à circonscrire les mots-clé pertinents et interroger efficacement les moteurs de recherche et, d’autre part, à se présenter à son futur partenaire en des termes avec lesquels ce dernier est familier.

Par exemple, le thème « maladie d’Alzheimer » est souvent utilisé de manière générique dans le débat public pour évoquer les sujets relatifs aux différentes manifestations de troubles de la mémoire, des causes, aux diagnostics, aux traitements, à la prise en charge des personnes souffrant de perte de mémoire. Dans la recherche scientifique, ce terme n’est pas pertinent, en tout cas pas suffisant. Pour établir une liste précise des chercheurs travaillant sur le sujet, il faudra s’intéresser aussi (et surtout) à des termes comme « maladie de la mémoire, troubles mnésiques et cognitifs, neurodégénérescence ».

  • Nos contraintes respectives sont-elles compatibles ? Les règles et les formes de l’activité professionnelle ne sont pas identiques dans le monde de la recherche et dans le monde du journaliste (et elles sont d’ailleurs déjà largement plurielles dans chacun d’entre-eux). Cela implique de chaque côté l’existence de modalités de financement, de modes de concertations et d’agir, des rythmes de travail, des processus d’évaluation et de publication, des normes ainsi que des usages qui sont ne coïncident pas nécessairement. On a d’ailleurs pu observer que la mise à plat de l’ensemble des contraintes de chacun s’avère un moment incontournable avant du lancement effectif de la collaboration, à l’occasion duquel on observe des négociations entre les partenaires (même si elle ne sont pas nécessairement explicites).

Par exemple, dans le projet PLACES, deux partenaires ont acté très rapidement leur volonté de monter un projet commun, mais on malgré tout pris plusieurs mois pour statuer sur le sujet qui allait les rassembler. Durant ce temps, plusieurs pistes ont été explorées, mais successivement abandonnées du fait d’objections de fond (d’intérêt journalistique, de méthodologie, etc.) formulée par l’une ou l’autre des participantes. Par ailleurs, il a aussi fallu attendre que les situations professionnelles de l’une et de l’autre se stabilisent pour permettre à un sujet d’émerger définitivement

De l’importance de l’expérience

Le succès de cette étape de mise en relation dépend donc d’un double apprentissage : l’adaptation à son partenaire et la familiarisation avec son monde professionnel. Si l’on prend ceci pour acquis, on doit alors considérer que plus l’expérience de ce type de projet est grande chez les individus concernés, plus cette première étape de mise en relation sera facile. Cette part de l’expérience des partenaires du projet est progressive :

  • Les partenaires peuvent posséder une expérience préalable de travail collaboratif, même si elle n’est pas interprofessionnelle. Dans ce cas, l’élaboration du projet commun est déjà simplifiée du fait que les procédures, outils et modes de communication au travail collectif sont déjà maîtrisées (au moins en partie) ;
  • Les partenaires peuvent aussi posséder une expérience du travail collaboratif avec un autre monde professionnel. Dans ce cas, le projet commun est encore plus facilité du fait que chacun a déjà expérimenté la nécessité de prendre du recul sur ses propres pratiques de travail et de faire preuve de réflexivité sur ce qu’il considère comme un pratique normale ;
  • Les partenaires peuvent enfin avoir déjà une expérience de collaboration avec le même monde professionnel que celui avec lequel il envisage un nouveau projet. Dans ce cas, le projet bénéficie du fait que les partenaires connaissent déjà les manières de faire, de communiquer, les compétences ainsi que le contraintes qui seront potentiellement celles de leur nouveau partenaire.

Évidement, le fait pour un individu de se tourner vers un partenaire avec qui il a déjà travaillé simplifiera aussi ce second projet. Une telle situation en effet réduira doublement l’incertitude : à la fois concernant la personne et son mode professionnel. Remarquons aussi qu’il y a différentes manières de connaître le monde professionnel de son partenaire, même lorsque l’on a aucune expérience précédente d’une collaboration interprofessionnelle. Par exemple :

  • on peut avoir soi-même été membre de ce monde, dans une vie professionnelle antérieure. Les chercheurs par exemple ne sont pas rares à être issus du monde du journalisme, on en compte d’ailleurs plusieurs dans le cadre du projet PLACES ;
  • on peut avoir soi-même été élevé par des parents qui sont membres de cet autre monde professionnel, et avoir donc hérité de nombre de ses valeurs ou de ses codes. C’est une situation que l’on retrouve aussi dans le projet PLACES.

Pour pallier cette inexpérience et faciliter à l’initiateur cette étape préliminaire du projet, il peut lui être alors utile de s’appuyer sur l’aide d’un tiers. Pour apporter une aide substantielle, ce dernier doit avoir déjà un pied dans chacun des deux mondes professionnels concernés par le projet de collaboration, de façon à jouer le triple rôle d’intermédiaire (en mettant en relation), d’interprète (en alignant les vocabulaires) et de facilitateur (en ajustant les contraintes).
L’intervention de ce tiers toutefois possède de sérieuses limites. D’une part, en évitant à l’initiateur de se confronter avec ce monde nouveau avec lequel il souhaite collaborer, il l’empêche de l’explorer et de se familiariser avec lui, et donc de se faire une première idée de ses normes, logiques, dynamiques de fonctionnement. D’autre part, l’intervention de ce tiers agit comme un filtre dans la relation entre les deux futurs partenaires, qui instaure un échange triangulaire plutôt que dialogique dont il apparaît ensuite difficile de s’affranchir.

Franchir le premier seuil de l’altérité interprofessionnelle

Quelque soit le degré de connaissance de son partenaire et de son monde professionnel, deux enseignements importants doivent être retenus :

  • les rencontres directes (sans l’intervention d’un tiers) tendent à instaurer à une relation plus étroite entre les partenaires, c’est-à-dire à la fois plus intense en volume d’échange et en interpénétration des pratiques de travail. Il semble de plus qu’elles autorisent plus aisément la transformation de la relation de travail fondée sur un engagement professionnel et formellement contractualisé en une relation fondée sur la confiance mutuel relative à un engagement interpersonnel.
  • les situations de rencontre en co-présence tendent à lever les incertitudes et zones d’ombres, propres aux situations d’altérité que chacun expérimente, bien plus rapidement que lorsque cette étape a lieu exclusivement en ligne. Ce n’est pas dire que la co-présence est absolument indispensable ou qu’il n’est pas possible de faire autrement, mais que son absence crée une fragilité qui peut faire échouer les projets.

Tout se passe en effet comme si, une rencontre directe et en co-présence au stade de la mise en relation permettait de dépasser plus rapidement le premier seuil de l’altérité inhérente à la rencontre interprofessionnelle. En réunissant ces deux conditions, les partenaires augmenteraient ainsi leurs chances d’accéder à une première connaissance du monde de son potentiel partenaire et de dépasser leurs préjugés et prénotions, c’est-à-dire de se positionner chacun en situation favorable d’apprentissage des spécificités du monde de l’autre.

Pour soutenir l’étape préliminaire, il faut d’abord la reconnaître

Ceci étant posé, la question est maintenant de savoir comment nous pourrions apporter un soutien aux deux partenaires, et tout particulièrement à destination des initiateurs des projets, lors de cette étape initiale des collaborations interprofessionnelles. Toute la difficulté ici est que nous avons affaire à une étape de projet qui est hors-cadre. Les projets ne sont à ce stade tellement pas stabilisés (ni même parfois assurés d’être financés) que même les partenaires du projet ne sont pas définitivement choisis. Comment alors, en pratique, apporter une aide à un binôme qui n’existe pas encore, qui est “en devenir” ? Sur ce plan, il n’y a pas d’autre choix que d’apporter un soutien diffus et non ciblé.

Cela dit, il faut voir que la question du soutien à l’étape préliminaire d’un projet est un enjeu qui dépasse le seul cadre des collaborations interprofessionnelles. Le problème est intrinsèque à la recherche par projet, dans le monde scientifique et certainement au-delà. Les activités préalables au dépôt d’un projet semblent toujours être invisibilisées et, de fait, non directement financées. Une telle situation amène aujourd’hui des conséquences étonnantes : il n’est plus rare dans le monde de la recherche de monter un dossier de financement dans l’espoir d’obtenir les ressources humaines, temporelles et financières nécessaires pour répondre à un appel à projet de plus grande envergure. C’est par exemple le cas des « ERC Tremplin » de l’Agence nationale française de la recherche, qui sont destinés à améliorer les chances de succès des candidats français aux appels à projets Starting Grant de l’agence européenne de la recherche. Ainsi, l’étape préliminaire du projet devient un projet à part entière, qui n’a alors pas d’autres objectifs que d’offrir au premier le maximum de chances de voir le jour.

Quelles que soient les raisons et les conséquences de ce jeu de poupées russes, ce qui  importe ici est l’existence d’un statu quo qui tend à instituer l’idée qu’un projet de recherche ou de journalisme ne commence véritablement qu’avec l’obtention et le versement de son financement. Ce qui, on vient de le voir, ne correspond pas la manière dont les professionnels de ces deux mondes entreprennent de produire de la connaissance.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search