Caractéristiques fonctionnelles (4/6). Une boîte à outils

Description

Une plateforme de collaboration interprofessionnelle devrait proposer aux participants une sélection d’outils orientés vers le travail collaboratif. L’enjeu est d’apporter un soutien aux collaborations réalisées à distance aussi bien qu’en coprésence. Ce soutien présente deux aspects : (1) unifier les procédures de travail dans un contexte interprofessionnel et (2) faciliter la réalisation de productions dans une répartition horizontale des tâches et des responsabilités.

Besoin

Précisons pour commencer qu’une boîte à outils mise à disposition sur une plateforme numérique ne devrait pas être envisagée comme uniquement destinée à soutenir le travail commun à distance. Elle devrait être tout autant pensée pour être utile aux participants qui sont en mesure de se retrouver autour d’une table pour travaillent conjointement. Ainsi, les outils rassemblés et proposés n’auraient pas uniquement comme finalité de pallier le défaut de coprésence physique, mais d’offrir plus globalement un environnement de travail adapté aux projets collaboratifs qui pourrait être utile aux participants dans tous les cas (coprésence, coprésence intermittente, absence de coprésence).

Ce type de boîte à outils répond d’une part à un besoin d’unification des procédures d’activité, dans la mesure dans un contexte interprofessionnel les usages, règles, savoir-faire et instruments de travail des différents partenaires ont toutes les chances de significativement différer. Or l’alignement interactionnel des individus, au moment de l’instauration du projet commun, ne se joue pas uniquement sur le plan communicationnel, il trouve aussi des enjeux proprement techniques. Proposer aux participants des moyens de s’accorder sur des procédures, des outils, des formats de fichier et des mode d’envoi, présélectionnés pour leur adéquation aux projets collaboratifs, constituerait un premier soutien notable à la mise en œuvre de la collaboration.

Une telle boîte à outils répondrait d’autre part au besoin de disposer d’outils spécifiquement conçus pour faciliter la réalisation de production collaborative, c’est-à-dire autorisant un processus de travail entièrement horizontal à l’opposé d’une organisation hiérarchique (par exemple, une salle de rédaction). Ces outils doivent autoriser en effet une répartition des tâches et des responsabilités à égalité, et permettre que les participants puissent échanger ponctuellement leurs rôles. Mais ces outils doivent pouvoir aussi proposer des fonctionnalités fines de suivi des opérations et modifications réalisés par chacun des participants, et permettre l’annulation de celle-ci si besoin ainsi que la gestion de version parallèles (versioning).

Ainsi, cette boîte à outils répondrait aux objectifs exécutifs suivants :

  • Objectif (3) : faciliter l’établissement d’un cadre de travail commun, notamment par l’appropriation d’un espace partagé et co-géré ;
  • Objectif (4) : aider à la gestion du partage des données collectées durant d’enquête, ainsi des productions réalisées à son issue, entre les participants (voire avec les tiers associés) ;
  • Objectif (5) : aider à la production collaborative de contenus par la production d’un cadre favorable à l’échange et par la mise à disposition d’outils dédiés.
Usages

Cette boite à outils pourrait servir à :

  • écrire à plusieurs mains et gérer les différentes versions des productions réalisées ;
  • constituer une bibliographie commune sur la base des apports de chacun des participants ;
  • archiver le résultat d’une veille documentaire ainsi que des listes de ressources communes ;
  • proposer un espace pour réaliser des schémas enregistrables (comme supports à des explications orales ou à des brainstormings) ;
  • créer des diaporamas pour des présentations public du projet ;
  • effectuer la gestion et le suivi d’un budget commun.
Mise en application

Pour la mise en œuvre technique, différents types d’outils pourraient être associés et articulés à la plateforme numérique de collaboration :

  • pour écrire à plusieurs mains : Google Doc (solution plébiscitée par les binômes du projet PLACES) ou OnlyOffice ;
  • pour constituer une bibliographie : Zotero et son interface web ;
  • pour réaliser des schémas enregistrables et partageables : WiseMapping ;
  • pour archiver le résultat d’une veille documentaire : Wallabag.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search