Caractéristiques fonctionnelles (6/6). Une structure d’accueil

Description

Une plateforme de collaboration interprofessionnelle devrait proposer une structure d’accueil pour conférer une assise administrative et juridique aux projets. L’enjeu est de fournir aux participants un garant institutionnel pour la gestion financière et pour l’établissement de leurs propres contrats de travail adapté la spécificité des collaborations interprofessionnelles. Cette structure d’accueil devrait notamment disposer d’une réactivité et d’une souplesse tout particulière dans le versement des fonds aux porteurs de projets.

Besoin

Une structure d’accueil dédiée, en plus de l’assistance (caractéristique fonctionnelle précédente), aurait pour objet de doter les projets de collaborations interprofessionnelles d’un cadre administratif et juridique adapté. Celui-ci permettrait de libérer les participants de la gestion des problèmes administratifs et juridiques que pose la jonction de d’univers professionnels soumis à des cadres réglementaires ainsi qu’à des modes d’organisation du travail spécifique, qui ne sont pas toujours compatibles.

À l’échelle des partenaires d’un projet de collaboration interprofessionnel, cette structure d’accueil répondrait à trois besoins en particulier :

(1) le besoin d’un employeur commun qui soit en mesure de proposer aux participants d’un même projet de collaboration un contrat de travail identique, afin d’unifier les conditions de travail, les temporalités d’activité et le mode de versement du salaire. Une telle harmonisation serait un moyen efficace de rassembler sur un temps donné les partenaires autour de leur entreprise.

(2) le besoin d’une structure gestionnaire à qui confier la gestion des financements externes obtenus par les participants d’un projet, et possédant de la liberté d’action nécessaire pour répondre aux besoins spécifiques des  collaborations interprofessionnelles.

(3) le besoin d’une organisation disposant d’instruments de financement adaptés, et cela sur deux plans :

a. Elle devrait, d’une part, pouvoir verser sans délais les fonds nécessaires au projet (achat de matériel, remboursement de frais d’hébergement et de transports, etc.), afin de ne pas obliger les partenaires d’un projet à puiser dans leurs économies personnelles.

b. Cette organisation devrait, d’autre part, pouvoir verser des salaires dès les prémisses de la collaboration, c’est-à-dire les étapes de mise en relation et d’instauration, qui demandent déjà un fort engagement des participants même si le projet n’est en lui-même pas formellement engagé.

Par ailleurs, à l’échelle plus large de la promotion des projets de collaborations interprofessionnels au sein de la société, l’existence d’une telle structure pourrait répondre à deux besoins supplémentaires :

(4) le besoin d’un acteur indépendant capable de recevoir des financements externes, éventuellement fléchés (tels que subventions ou mécénats), en vue d’organiser elle-même des appels à projets pour des projets de collaboration interprofessionnel et ainsi participer elle-même à une politique de soutien à ce type de projets.

(5) le besoin d’un acteur capable d’assurer la gestion de l’infrastructure de la dite plateforme numérique de collaboration, aussi bien en terme d’outils qu’en terme de moyens humains. Celui-ci en assurerait le déploiement et la maintenance, mais aussi la gestion au jour le jour avec notamment la charge d’animation de la communauté.

Ainsi, cette structure d’accueil répondrait aux objectifs exécutifs suivants :

  • Objectif 8 : offrir un cadre unifié pour la gestion des contrats de travail des partenaires des projets de collaboration ;
  • Objectif 9 : offrir un cadre adapté pour la gestion financière des projets ;
  • Objectif 11 : financer en propre des projets spécifiquement orientés vers la réalisation de collaborations interprofessionnelles ;
  • Objectif 12 : assurer le développement technique et la maintenance de la plateforme numérique de collaboration.

Cette structure d’accueil servirait concrètement à :

  • déléguer un certain nombre de tâches administratives complexes et chronophages, nécessitant une compétence et une expertise que les partenaires ne possèdent généralement pas ;
  • éviter la quête du meilleur employeur possible et du meilleur type de contrat de travail pour la bonne réalisation d’un projet ;
  • rendre possible le financement synchronisé du temps de préparation du projet qui est souvent laissé à la charge personnelle des porteurs de projets, ou qui fait alors l’objet d’un versement décalé ;
  • rendre possible un remboursement rapide des frais d’hébergement et de transport pour les partenaires éloignés qui sont désireux de se rencontrer ou d’engager une enquête commune ;
  • faciliter l’accès à des financements par l’organisation d’appels à projets spécifiques ;
  • organiser les conditions humaines et matérielles de l’existence de la plateforme numérique de collaboration.
Mise en application

En ce qui concerne la mise en œuvre du besoin (4), concernant le déploiement, la maintenance et l’animation de la plateforme numérique de collaboration, une fois encore, il est possible ici de tirer parti de l’expérience acquise par OpenEdition Center en tant qu’infrastructure de recherche nationale, chargée de la mise en œuvre des quatre plateformes que sont OpenEdition Books, OpenEdition Journals, Calenda et Hypotheses.org.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.