La dynamique des collaborations (5/5). Temporalités, événements et séparations

« Fat Bird Two Step-out » par Sandra Strait (CC-by-nc-nd)

À ce stade, nous avons décrit l’essentiel de la dynamique de collaboration. Il me reste à évoquer deux aspects que je n’ai pas encore soulevé : la question de l’événement et celui de la séparation du binôme. Enfin, je clôturerai cette série par quelques mots sur la nécessité d’opérer une distinction entre la temporalité de la relation de collaboration et la temporalité du projet proprement dit.

La question de l’événement

Il faut commencer par voir que la dynamique des collaborations ici présentée reste un idéal-type. On pourrait dire qu’il s’agirait du cas d’une collaboration qui tendrait à se dérouler sans heurts du début à la fin. Il arrive cependant qu’un événement survienne en cours de route et qu’un nouvel ajustement de la relation entre les partenaires soit nécessaire. On parlera ici récursivité de la temporalité de collaboration. Dans ce cas, finalement fréquent, un retour en arrière dans cette dynamique globale est possible, de même qu’il est possible que le projet initié s’écroule complètement.

On a pu observer par exemple dans le cadre de PLACES :

  • le cas d’un changement de situation professionnelle, et même d’employeur, du côté d’un.e journaliste. Cet événement a engendré des hésitations au sein du binôme, tout d’abord à l’étape de mise en relation sur l’opportunité d’engager une recherche commune. Il a également provoqué des complications ensuite à l’étape de l’instauration de l’association, en particulier dans la gestion des tiers, puisqu’il a fallu convaincre le nouvel employeur de la pertinence d’allouer des ressources au projet en cours. Enfin, cet événement a pesé sur la stabilisation des places de chacun, dans la mesure la nouvelle prise de poste a induit une disponibilité moindre que prévu chez le/la journaliste.
  • le cas de l’obtention soudaine d’un contrat de travail à plein temps du côté d’un.e chercheur.e. Dans ce cas, l’événement étant intervenu au moment de l’instauration de leur association, c’est tout le projet qui a été remis en question. Le choix de la personne concernée ayant été d’abandonner − ce qui montre bien qu’à ce stade les arrangements mutuels ne sont pas encore définitifs − son associé.e journaliste a dû repartir en quête d’un.e autre partenaire.

On voit ici que l’événement a des répercussions non seulement sur la division des tâches entre les partenaires et donc sur l’avenir du projet, mais également sur leur relation et donc sur le travail d’articulation qui a été entrepris. A posteriori, il apparaît que les projets de collaboration interprofessionnelle s’avèrent particulièrement vulnérables à l’événement, ce qui dénote du caractère frêle des assemblages réalisés. C’est une question qui mériterait certainement à l’avenir d’être explorée plus en profondeur.

Le temps de la séparation

De même que les dynamiques de collaborations naissent par la mise en relation des partenaires d’un projet, elles se terminent par leur séparation à l’issue de la concrétisation de l’objectif commun. Ce sont des moments qui − sans nul doute − peuvent aussi faire l’objet d’enjeux et de tensions entre les partenaires. Cela peut prendre la forme de désaccords concernant la concrétisation de certains engagements préalables, de sentiments d’inéquité au sujet des ressources investies par chacun dans la vie du projet, ou plus largement de déception quant aux bénéfices de la démarche collaborative interprofessionnelle. À l’inverse, l’étape de séparation peut être aussi marquée par le plaisir de la rencontre effectuée, la satisfaction du travail accompli et même par le succès public de la réalisation à laquelle le projet a abouti.

Notons que le temps de la séparation peut également être différé. Deux situations sont possibles ici. Soit les partenaires décident soit de prolonger le travail sur les données collectées, et dans ce cas le fragile équilibre de la relation propre à l’étape de stabilisation se prolonge autant que faire se peut. Soit les partenaires décident d’entreprendre un second et nouveau projet, et dans ce cas une nouvelle étape d’instauration survient, avec une nouvelle négociation sur les places de chacun.

En ce qui nous concerne, il convient de pointer que cette étape reste toutefois essentiellement théorique, dans la mesure où nous n’avons pas recueilli de données précises sur ce point dans le cadre de PLACES. C’est un point qui mériterait également d’être approfondi ultérieurement.

De ce qu’on peut deviner vu d’aujourd’hui concernant les trois binômes que nous avons suivis :

  • deux binômes se sont d’ors-et-déjà séparés, une étape qui dans les deux cas a commencé rapidement après le début de l’étape de réalisation, et donc bien avant la publication du travail journalistique. La précocité de cette séparation tient certainement au choix de ne pas co-produire justement l’objet finalement publié, qui a induit une rupture de rythme et d’investissement dans le projet dès la fin de l’analyse des données collectées.
  • un binôme ne semble au contraire pas avoir encore envisagé la séparation, dans la mesure d’autres productions − notamment scientifiques − sont prévues sur la base des données collectées.

La temporalité de la collaboration

À l’issue de ce parcours en cinq billets, un point mérite d’être souligné. De toute évidence, la temporalité de la collaboration n’est pas la temporalité du projet. Ces deux temporalités s’entremêlent, influent l’une sur l’autre, mais elles devraient pas être confondues au risque sinon de manquer certains enjeux importants du projet de collaboration interprofessionnelle.

Plusieurs éléments en effet les différencient :

  • La temporalité de la collaboration dépasse celle du projet, elle l’englobe. C’est si vrai qu’une unique relation de collaboration peut donner à lieu à différents projets successifs ;
  • La temporalité du projet est bien plus découpée, au sens où elle connaît d’avantage d’étapes constitutives, qui ont leurs propres enjeux.
  • La temporalité de la collaboration connaît davantage de récursivité (cf. Préambule), c’est-à-dire que les décisions prises par les partenaires à un moment donné connaissent une plus forte propension à la remise en question et au réajustement.
  • Les partenaires d’un projet possèdent plus de prise sur la temporalité de la collaboration que sur celle du projet, en ce que celle-ci est moins dépendantes de facteurs et d’acteurs externes. Cela reste toutefois relatif dans la mesure la première est elle-même dépendante de la seconde.

Comment pourrait-on définir ces deux types de temporalités ?

  • La temporalité de la collaboration est le rythme de la rencontre entre les partenaires, elle concerne la dynamique de leur relation mutuelle et du positionnement relatif de chacun vis-à-vis de l’autre ;
  • La temporalité du projet concerne le rythme de la réalisation de l’entreprise commune, elle concerne la dynamique des actions cumulées des deux partenaires pour atteindre l’objectif initialement défini.

On pourrait ainsi schématiser l’imbrication de ces deux temporalités de la manière suivante :

Rappelons que la distinction entre ces différentes étapes est artificiel dans la mesure où elles se recoupent largement et où elles peuvent durer variablement selon les projets. Seul vaut l’ordre de leur succession.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search