Le programme de recherche (1/2). Éléments de contexte

« Face to face »
Auteur : Staffan Cederborg

Le projet « PLAteforme Collaborative pour les Enjeux Sociétaux » (PLACES) est né il y a maintenant deux ans d’une réflexion initiée par Alessia Smaniotto et Pierre Mounier sur les conditions de possibilité des collaborations entre les chercheur.e.s en sciences humaines et sociales et tout autres acteurs sociaux œuvrant à l’extérieur des institutions académiques.  Quelles contraintes ces collaborations peuvent-elles rencontrer ? Comment les faciliter ? Pour répondre à ces questions, il a été décidé de développer un programme de recherche sur un cas particulier de collaborations − celles entre journalistes et chercheur.e.s. − pour lequel a été organisé en 2017-2018 un séminaire préparatoire à l’EHESS. Il était intitulé Science ouverte. Collaborations entre sciences sociales et médias à la lumière d’un nouveau paradigme, et les deux champs professionnels ont été invités à y participer.

Bref état des lieux

Il est ressorti de ce séminaire préparatoire que, dans l’histoire de la presse, la collaboration entre journalistes et chercheurs a pris différentes formes. Dans les dernières décennies on enregistre de plus en plus de médias qui font appel à la contribution de chercheurs dans la production de contenu, que ce soit sous la forme de l’invitation directe à animer un espace propre (comme un blog, c’est le cas notamment de Médiapart, Le Figaro, Le Huffington Post.….), de l’invitation à proposer un contenu ensuite modéré (The Conversation) ou édité (AOC…) par des journalistes.

Ces initiatives interviennent dans un contexte où la demande de fact-checking parait surmonter l’exigence de décrire et comprendre le monde. Elles arrivent aussi dans un moment où les entreprises de presse sont à la recherche de nouveaux modèles économiques qui leur permettraient de continuer à garantir un contenu de qualité et d’approfondissement sur les défis sociétaux.

Du côté de la recherche, la communication des travaux qui en sont issus se base sur un modèle linéaire et vertical du processus de communication entre les chercheurs et la « société », y compris les journalistes. Les principaux exemples en sont la médiatisation, qui arrive trop tard dans le processus, et la communication scientifique directe, souvent encore trop éloignée de l’intérêt sociétal. À court terme, la conséquence est un impact sociétal faible des résultats issus de ces travaux, notamment dans les domaines des sciences humaines et sociales (sur les enjeux politiques de la diffusion de la recherche dans ces domaines cf. Landes, 2014).

Et pourtant, au cours des dernières décennies, les sciences sociales elles-mêmes ont montré que les acteurs sociaux ne sont pas des cibles passives des spécialistes des sciences sociales, mais effectuent une importante activité d’appropriation. Deuxièmement, elles ont montré également que la communication de la recherche, à tous les niveaux et dans tous les formats, ainsi que les discussions qui en découlent, ont un impact sur la recherche elle-même, particulièrement en sciences humaines et sociales.

Deux mondes professionnels voisins

Ce rapide état de la situation montre que, si certains modèles de collaboration entre chercheurs et journalistes existent dans l’histoire de la presse, ils se sont appuyés et ils s’appuient encore aujourd’hui sur une division du travail particulière entre les deux figures professionnelles. Cette division tend à s’appuyer sur une conception des deux sphères professionnelles qui voit dans l’industrie de l’information un support technique pour l’édition et la diffusion du contenu, et l’académie comme le lieu de la production de la matière à la base de ce contenu.

Le cloisonnement des deux mondes professionnels, des journalistes et des chercheurs en sciences humaines et sociales, dont la vocation commune est pourtant celle de décrire et comprendre les défis sociétaux, s’avère être une entrave pour la réussite de ce projet commun. Si besoin il y a d’outils pour offrir une analyse et un éclairage critique face à l’étendue des pratiques de désinformation, ces outils ne peuvent intervenir seulement ou exclusivement après-coup. Pour aller au-delà de cette parenthèse « post-vérité » il est nécessaire de passer par une pratique renouvelée du journalisme. On a donc besoin aussi, et tout autant, d’outils qui changent la façon dont les journalistes collectent et conservent les données, et la façon dont ils collaborent avec les universitaires et les experts.

Travailler à la racine, dans les conditions mêmes de réalisation d’une recherche, doit permettre d’intervenir à tous les niveaux de la chaîne de production journalistique, et pas seulement au niveau des format longs et des enquêtes au long cours. Une collaboration renouvelée doit également permettre d’ouvrir davantage les données de la recherche, dans un contexte international où la science ouverte est le nouveau paradigme

 

→ Dans le prochain billet, la plate-forme numérique de collaboration comme solution à ce cloisonnement.

 

Référence citée

Xavier Landes, « Les enjeux normatifs et politiques de la diffusion de la recherche », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 52-1 | 2014, mis en ligne le 12 mai 2014, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ress/2663 ; DOI : 10.4000/ress.2663


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search