Le programme de recherche (2/2). Pourquoi une plate-forme de collaboration ?

« Face to face »
Auteur : Staffan Cederborg

Le projet PLACES vise à proposer une issue aux impasses d’une situation actuelle, qui positionne les figures du journaliste et du chercheur dans deux mondes cloisonnés (comme vu dans le billet précédent). Il s’agit de rénover et de renforcer la collaboration entre journalistes et chercheurs, avec pour objectif de réfléchir de quelle manière mettre ceux-ci en relation à travers une interface commune, pour rendre cette collaboration plus intégrée.

Repenser la relation entre journalistes et chercheurs

Aller vers une collaboration plus intégrée entre journalistes et chercheurs signifie toucher aux conditions techniques et aux contextes de production de l’information à l’ère numérique, mettant l’accent sur l’importance d’innover aux premiers stades de la production journalistique : la conception d’une enquête, la capacité à la mener en profondeur, la récolte des données qui pourront être analysées autant en profondeur, dans un temps « lent », qui ne soit pas sous l’emprise des breaking news.

Ce projet ne propose pas un nouvel outil de vulgarisation de la recherche par la médiation des journalistes, ni de faire des chercheurs des « super-journalistes ». Renforcer les liens entre les deux communautés professionnelles signifie plutôt les sortir d’un rapport d’extériorité, sans que cela néglige leurs professionnalités propres. Une interaction le plus en amont possible − l’échange régulier entre les deux mondes professionnels autour d’un projet commun − a pour vocation de rapprocher la communauté scientifique et le monde des médias, afin de co-construire des angles de recherches, enrichir de potentiels sujets d’investigation, ouvrir de nouveaux champs, explorer également des nouvelles formes d’enquête et d’écriture, avec attention aux formats intermédiaires et non seulement aux longs formats.

Par là, cette synergie de moyens, techniques, éditoriaux et financiers, permettra de travailler différemment la question de la temporalité, permettant aux médias de s’accorder une modalité approchant certains principes du « slow journalism » (Demuyter, 2016).

Le projet d’une plateforme numérique de collaboration

Le projet PLACES va ainsi être le cadre à une recherche qualitative, dont l’objet sera de formuler des recommandations formelles dans l’hypothèse du développement futur d’une plate-forme numérique de collaboration. Une telle plate-forme devrait offrir aux  journalistes et chercheurs les moyens mutualiser leurs compétences et leurs moyens. Ce serait en effet l’occasion pour eux de repenser les pratiques par lesquelles ils sont amenés à collecter, organiser, trier, analyser leurs matériaux bruts, les structurer et enfin rendre disponible leur travail.

Des programmes de développement d’environnements de recherche virtuels, tel que celui mené par le JISC entre 2004 et 2011 par Carusi et Reimer ont montré à quel point le développement de ces outils prend son sens et son efficacité s’il est mené de façon collaborative avec les utilisateurs : ceux-ci doivent être étroitement associés à l’élaboration du cahier des charges et à l’évaluation de leur mise en œuvre. Le développement doit se produire de manière itérative.

C’est pourquoi précisément une recherche qualitative préalable est conduite ici (le méta projet de PLACES). Elle inclut des recherches collaboratives expérimentales (les projets-pilotes de PLACES) qui sont centrales. Celles-ci visent trois objectifs :

  1. permettre d’étudier les conditions de réalisation de telles recherches rapprochant deux mondes professionnels différents, caractérisés par des méthodes et des contraintes propres ;
  2. permettre d’établir avec plus de précision et finesse avec quels outils la plateforme doit être enrichie ;
  3. offrir des lieux d’exploration des questions juridiques liées au partage et à la mise à disposition en accès libre de données dans le cadre de la science ouverte.

Plusieurs expérimentations ont par ailleurs déjà eu lieu, ayant une finalité proche de celle du projet PLACES, sans en recouvrir totalement les finalités. Citons par exemple :

  • OSFramework , développé par le Center for Open Science (Charlottesville, Virginia, USA) ;
  • HubZero,  developpé à l’Univeristé de Purdue (West Lafayette, Indiana, USA) et Humanities Commons (https://hcommons.org/), réseau social developpé à partir de WordPress par la Modern Language Association (New York, USA) ;
  •  The Press Match, plateforme qui permet de mettre en relation par des algorithmes spécifiques des journalistes avec des chargés de communication ou des citoyens qui veulent leur faire parvenir une information.

 

 

Références citées

Carusi et Reimer, 2010, « Virtual Research Environment Collaborative Landscape Study » [online], URL : https://spiral.imperial.ac.uk/bitstream/10044/1/18568/2/vrelandscapereport.pdf.

Demuyter William, 2016, « Slow journalism : quand les médias changent de rythme », La Revue des médias [en ligne], URL : https://larevuedesmedias.ina.fr/slow-journalism-quand-les-medias-changent-de-rythme.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search