Retour sur les tables rondes de PLACES

« Round table » (Source : Wil Taylor)

Fin janvier, nous avons tenu les tables rondes de clôture du projet PLACES (voir le programme). Nous avions invité les participants des trois projets-pilotes à nous rejoindre pour échanger sur quatre thématiques-clés, avec différents discutants pour mettre en perspective leurs expériences. C’était un moment très enrichissant de débats, et même de nouvelles rencontres !

En guise de bilan, je me propose de rendre compte ici des temps qui ont été, selon moi, les plus forts de la discussion.

Table-ronde n° 1. Enquêter en binôme: les enjeux des collaborations interprofessionnelles

Autour de la table : Alexandra Caria (chercheure post-doctorale, EHESS) pour le binôme “Vivre avec l’oubli” réalisé avec Agathe Charnet (journaliste freelance et autrice) en partenariat avec Binge Audio, et Catherine Guilyardi (journaliste et réalisatrice, initiatrice de la revue De Facto et des Rencontres presse-recherche pour l’Institut Convergences Migrations ).

Cette première table-ronde a été l’occasion de revenir sur le cœur du projet PLACES, à savoir l’objectif d’amener des binômes et des chercheurs à enquêter sur un même terrain d’enquête, c’est-à-dire sur un même lieu et concernant un objet d’intérêt commun. Plusieurs participants des projets-pilotes de PLACES ont souligné le caractère enrichissant d’une telle démarche où la collaboration professionnelle peut aboutir à une amitié, un plaisir ressenti qui a été d’autant plus grand qu’aucune obligation de produire un résultat n’était imposée.

Alexandra Caria a souligné combien les ajustements de pratiques au sein de leur projet avaient principalement concerné le plan de la méthode. Un décalage était en effet visible entre les postures d’enquête respectives, notamment dans les manières de se présenter aux interlocuteurs et de poser des questions en entretien. Par exemple, dans le cas du binôme “Vivre avec l’oubli”, quand d’un côté la chercheuse voulait préserver une distance vis-à-vis de l’objet de recherche et des témoins choisis, la journaliste au contraire tendait à incarner au maximum la problématique et à s’identifier aux témoignages recueillis.

A été soulevé ensuite le thème des contraintes d’enquêtes lorsque celles-ci sont réalisées en partenariat avec un média, qui imposent des limitations strictes en termes de ressources de temps engagées. Ceci peut influer sur la disponibilité dont disposent les journalistes pour le projet et peut donc avoir des conséquences directes sur leur possibilité d’adopter une posture pleinement compréhensive.

Enfin, la discussion a porté sur le sens de la collaboration entre chercheurs et journalistes : est-ce seulement partager des savoir-faire, des connaissances ? Ou est-ce également inclure son partenaire dans son observation et donc l’étudier comme partie prenante de la vie sociale ? Quelle est la part de désenchantement ou d’illusion dans la proximité ressentie des métiers de chercheur et de journaliste ? Comment favoriser une dynamique d’apprentissage mutuel ?

Table-ronde n°2 : Science citoyenne et communication de la recherche

Autour de la table : Aude Lorriaux (journaliste grand reporter, 20 Minutes) pour le binôme “Supprimer les règles ?” réalisé avec Julie Ancian (chercheure post-doctorale, Inserm) en partenariat avec 20 Minutes, et Marta Severo (Professeure en Sciences de la communication, Université Paris Nanterre, coordinatrice du projet ANR Collabora)

Au cours de la seconde table-ronde, les discussions ont largement porté sur les enjeux de la communication de la recherche au-delà du cercle des chercheurs. Aude Lorriaux a témoigné que pour elle il y a une difficulté d’accès réelle à la littérature scientifique, cela alors même qu’elle considère posséder un haut niveau d’étude et un intérêt fort pour celle-ci. De fait, elle témoigne du fait que travailler en collaboration avec une chercheuse a été de ce point de vue une expérience riche et précieuse pour renouveler son regard sur les questions de genre qui l’intéressent.

Il est intéressant de noter que les participants ont estimé juste que chacun garde sa place, c’est-à-dire de ne pas substituer les expertises professionnelles, tout en s’interrogeant sur les manières possibles de mieux amener les uns et les autres à comprendre les spécificités des différents métiers. Sur ce point, le débat a été riche, tous ne considérant pas comme étant souhaitable que les rôles puissent être interchangeables, dans la mesure où chaque contexte professionnel possède des savoir-faire et des codes qui ont leur raison d’être et peuvent être longs à acquérir.

Marta Severo s’est interrogée sur la teneur du protocole de participation des journalistes au travail de recherche, s’étonnant de la liberté offerte à chaque binôme pour définir et mener leurs projets. Cette question a été l’occasion pour Pierre Mounier de revenir sur les principes fondateurs du projet PLACES, destiné à explorer les formes de collaboration aussi symétriques que possible, impliquant que chaque binôme définisse par lui-même sa propre méthodologie.

Tout le monde s’est enfin accordé à reconnaître que la collaboration interprofessionnelle profite énormément à l’articulation recherche-société, tout particulièrement pour la diffusion de la connaissance scientifique. Julie Ancian, la chercheuse partenaire d’Aude Lorriaux, a notamment eu un rôle important de définition de la problématique et de cadrage du sujet qui, même si elle n’a pas co-signé les articles de presse, ont clairement contribué à leur intérêt journalistique.

Table-ronde n°3 : Recherches collaboratives et défis du partage des données

Autour de la table : Safouane Abdelsalem (journaliste senior editor, Cafebabel.com) et Daniela Trucco (chercheure post-doctorale, École Française de Rome) pour le binôme “Les frontières de l’extrême » réalisé en partenariat avec Cafebabel.com, avec Marion Lehmans (présidente du réseaux SupDPO), Joachim Dornbusch (responsable du Pôle numérique recherche de l’EHESS)

Une question centrale de cette troisième table-ronde a été celle des conditions du partage de données au sein d’une même équipe d’enquête, relativement aux exigences juridiques du cadre RGPD. Le projet-pilote “La frontière des extrêmes » a été fondé sur des discussions préliminaires sur les possibilités et opportunités du partage des données, et les participants ont finalement fait le choix de ne travailler que sur des données nouvelles. Les deux participants ayant en effet déjà travaillé sur ce sujet, leurs données préalables se sont avérées difficilement transférables à un nouveau projet, pour des raisons éthiques et réglementaires.

Après avoir rappelé les grandes lignes du cadre RGPD pour la recherche, les intervenants du réseau SupDPO ont insisté que, de manière contre-intuitive, les contraintes réglementaires sur le plan du partage de données devraient surtout être envisagées comme des atouts. L’attention a été attirée sur le rôle central des DPO dans les universités, le débat a alors porté sur la meilleure manière d’informer les chercheurs de leur existence et les ressources qu’ils peuvent y trouver.

Parmi les différents sujets qui ont ensuite été débattus, il faut noter : les similarités et les différences entre le “secret des sources” des journalistes et les exigences éthiques des chercheurs ; les lourdes ressources que nécessitent les déclarations RGPD en début de projet ; la possibilité d’intégrer les “découvertes fortuites” et les évolutions inattendues dans le plan de gestion de données qui a été défini et validé initialement ; les solutions techniques imaginables pour offrir une garantie d’anonymisation et soulager les chercheurs désireux de partager leurs données d’enquête sans contrevenir au RGPD. À l’issue de la discussion, il a été rappelé qu’un corpus de données parfaitement anonymisé, c’est-à-dire rendant impossible toute identification a posteriori, ne concerne plus le RGPD. C’est un corpus considéré comme ne posant aucun problème sur le plan des droits des individus.

Table-ronde n°4 : Science ouverte et science citoyenne: soutenir les collaborations interprofessionnelles

Autour de la table : Jonathan Chibois (chercheur post-doctoral, EHESS) et Alexandra Caria (chercheure post-doctoral, EHESS), auteur.e.s du rapport d’étude sur les binômes de PLACES “Journalistes et chercheur·e·s mènent l’enquête. Étude de trois collaborations interprofessionnelles”, Colombe Warin (Science with and for society Unit, Commission Européenne) et Nicolas Ngo (chef du département des relations entre science et société, Ministère de la Recherche)

Articulé autour du rapport PLACES, les discussions de cette dernière table ronde ont principalement eu pour objet la pertinence d’une plateforme numérique de collaboration pour soutenir les collaborations interprofessionnelles. La notion de “travail d’articulation”, qui est au cœur du travail d’analyse du rapport PLACES, a d’abord aussi fait l’objet de discussions, plusieurs intervenants jouant le jeu d’en explorer la pertinence au vu de leurs propres expériences.

Si l’ensemble des recommandations a suscité l’intérêt, comme modalité pertinente de description des besoins des recherches collaboratives, la sixième recommandation fonctionnelle du rapport a plus particulièrement animé la discussion. intitulée “Une structure organisatrice”, a suscité ensuite l’intérêt des participants qui ont demandé des précisions. Il a été aussi souligné que la Commission européenne possédait précisément cet objectif de financer les projets de recherche à la frontière des mondes sociaux, pas uniquement différents sur le plan professionnel mais également culturels, langagiers, etc.

Pour expliciter celle-ci et pointer plus précisément le manque existant, la notion de “tiers lieu” a été avancée. Elle permet de mettre en exergue trois dimensions essentielles que devrait posséder une telle plateforme : (1) un espace tiers qui ne soit pas attaché uniquement à un seul des deux mondes professionnels ; (2) un espace lieu rendant possible la coprésence physique et numérique. Différents formats de tiers-lieux ont été envisagés, possédant des avantages et des inconvénients, par exemple celui d’une bourse type Fellowship qui pourrait être attribuée à des binômes interprofessionnels.

*

Pour conclure, pour reprendre le jeu des mots-clé d’Alessia Smaniotto en fin de première journée, plusieurs idées maîtresses ont traversé le projet PLACES dont voici une liste succincte :

  • Chouette : le plaisir de faire des expériences nouvelles, de sortir un peu des façons dont on pratique nos métiers usuellement, de s’engager dans une démarche expérimentale.
  • Déplacements : déplacer des méthodes, déplacer des postures, se déplacer soi-même un tout petit peu. Combien de fois faut-il répéter l’exercice pour avoir des  effets sur le long terme ? À tout le moins, ces effets s’observent aujourd’hui.
  • Prendre du temps : avoir le loisir de prendre son temps, prendre le risque de prendre le temps des autres, imposer son rythme ou le négocier. Prendre le temps de qui finalement ?
  • Découverte de l’inattendu : comment aller à la rencontre de ce à quoi on ne s’attend pas sur le terrain ? Comment ouvrir de nouvelles portes dans la collaboration et le partage ?
  • Préfigurer : “préfigurer ce dont on va parler”, quand les chercheurs et les journalistes voient dans la profession de l’autre la capacité à envisager l’avenir, à le verbaliser et à en mettre en évidence les enjeux.
  • Poser des questions : les journalistes seraient les spécialistes de poser les questions, mais ceux-ci reconnaissent aux chercheurs la capacité à opérer des déplacements majeurs au moment de penser aux grilles des questions. Les chercheurs de leur côté, disent avoir besoin d’années pour apprendre comment poser les questions et s’étonnent de la capacité des journalistes à n’être jamais à court de questions.
  • “À sa place” : se rapprocher, mélanger nos pratiques et pourtant rester à sa place. Qu’est-ce qui s’imbrique alors ? À quel moment les pratiques s’imbriquent-elles ? Quelles activités sont-elles réellement porteuses d’imbrication ?

 

Crédit photographique : « Round table » de Wil Taylor, 23 mai 2009 (CC-by-nc-nd)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search