Un carnet de projet, pour quoi faire ?

La mise en ligne de ce carnet de projet a suscité plusieurs débats au sein de l’équipe, notamment dans le cadre de la réunion de lancement du 8 octobre dernier, tant au sujet de sa raison d’être et de ses finalités qu’au sujet de sa légitimité. Dans un souci scientifique de réflexivité sur nos pratiques de recherche, en même temps que dans une volonté d’archiver une discussion qui a été passionnante à bien des égards, j’ai rédigé ici une note personnelle sur nos échanges liminaires sur cette question. Les commentaires formulés et les analyses ici esquissées n’engagent bien sûr que moi.

Un projet de carnet, un carnet de projet

Il me semble important de commencer en pointant le fait que ce carnet de projet était une évidence pour les concepteurs du projet PLACES. Il y a trois raisons principales à cela.

D’abord parce que le projet PLACES a été directement dans la filiation de la plateforme Hypothèses.org elle-même. Tout comme elle, il a été en effet élaboré dans le cadre de cette Unité de service et de recherche (USR) qu’est OpenEdition Center, et peu ou prou par dans les mêmes individus. Le fait est que PLACES est expressément pensé pour être le prolongement d’Hypothèses.org, c’est-à-dire comme une étape supplémentaire dans une entreprise de bien plus long terme. De ce point de vue, le projet PLACES ne pouvait pas ne pas posséder son propre carnet au sein de son infrastructure-mère.

Ensuite, le fait est que la publicisation des avancées d’une recherche en cours correspond à une demande académique croissante. Les recherches en sciences sociales tendant à être de plus en plus financées par projet, il devient nécessaire de tisser des liens avec les financeurs. Ce n’est pas que la tenue d’un carnet du projet soit dans notre cas rendu obligatoire par le Ministère de la culture, mais c’est une exigence qui s’impose d’elle-même sur un plan autant éthique que pragmatique. Il s’agit tout d’abord de rendre compte au quotidien de la manière dont la recherche est financée, si ce n’est pas à destination du Ministère mais au moins de la société dans son ensemble, et ensuite de parier sur le fait que cette publicisation pourra attirer à l’avenir d’autres financeurs.

Enfin, le fait est la forme éditoriale que constitue le carnet de recherche est connue pour intéresser les journalistes. C’est alors une question de cohérence qui se pose : le projet PLACES ayant pour objet de réfléchir à l’ouverture de la recherche au monde du journalisme, pourquoi ne pas rendre compte aux chercheur.e.s et aux journalistes des travaux que nous menons ? N’est-il pas important pour le projet en lui-même de communiquer sur le fait que des réflexions sont conduites à ce sujet, pour lequel des financements sont attribués et dans le cadre duquel des propositions sont formulées ?

Chercheur.e.s et journalistes face au carnet

Il est apparu, notamment lors de notre réunion de lancement, que cette évidence du carnet aux yeux des concepteurs du projet PLACES n’a pas été spontanément partagée par tous. Au travers des discussions collectives, il m’a semblé voir émerger deux positions-types, qui ont toutes deux un lien avec les identités professionnelles ici réunies.

D’un côté, les chercheur.e.s se sont montrés globalement réticent.e.s à l’idée de publiciser en ligne et au fil de l’eau les activités du projet. Le point de tension principal ici a été d’une part la question de la légitimité de cet objet éditorial, et d’autre part la question de rédiger des contenus sur des recherches non-stabilisées. Il semble qu’émerge ici nettement une conception positiviste de la science, qui n’existerait comme telle que lorsque l’activité de publicisation est strictement encadrée. La mise en évidence au cours de la discussion des solides attaches institutionnelles de la plateforme Hypothèses.org et de l’assurance d’une citabilité permanente des contenus (notamment grâce à l’attribution d’un ISSN individuels aux carnets), a participé à apaiser l’essentiel des inquiétudes.
Il est notable ici que les chercheur.e.s s’avèrent être les moins enthousiastes à l’idée d’adopter un outil qui a été pourtant initialement conçu à leur intention, et par leurs propres pairs. De toute évidence, l’usage du carnet remet assez profondément en question leur idée de la manière et de la temporalité avec laquelle leurs travaux doivent être rendus publics.

De l’autre côté, à l’inverse, les journalistes ont témoigné d’un certain intérêt, voire d’un certain enthousiasme. La pratique du blogging scientifique était connue était connue de certain.e.s, qui avaient déjà utilisé la plateforme Hypothèses.org comme porte d’entrée vers le monde de la recherche et ses acteurs. Plusieur.e.s ont expliqué aussi trouver un intérêt personnel à valoriser leur participation à PLACES pour leurs projets futurs, et ont accueilli favorablement l’idée de publiciser nos activités.
Paradoxalement, les journalistes s’avèrent ici plus volontaires dans l’appropriation d’un outil qui n’a pas été conçu pour eux. Une hypothèse serait que, à l’inverse des chercheur.e.s, l’usage du carnet tend à se rapprocher de leurs pratiques d’écriture, qui passent pour beaucoup par la publication de contenu courts et réguliers, via des outils de gestion de contenu.

Intégrer le carnet dans les pratiques quotidiennes de travail

En dépit de ses divergences dans les réactions spontanées de chacun, je remarque que des points de rencontre ont malgré tout été trouvés au fur et à mesure de la discussion. Journalistes et chercheur.e.s se sont en effet accordés sur la question pragmatique de savoir comment intégrer cette activité d’écriture en ligne aux routines de travail quotidiennes ? Cette question a été déclinée il me semble en deux enjeux principaux.

Tout d’abord chercheur.e.s et journalistes sont tombés d’accord sur le problème du temps que nécessite la tenue d’un carnet ou plus généralement d’un blog. Pour tous, l’idée qu’une telle entreprise ne peut pas être prise à la légère. Écrire publiquement est un engagement, si ce n’est envers soi et son propre travail, tout au moins envers son lectorat, si bien qu’il n’est pas envisageable de cesser d’alimenter un tel carnet en cours de projet. De fait, ouvrir un tel carnet implique inévitablement une charge de travail continue présente et future, que l’on pourrait regretter dans plusieurs mois.
Sur ce point, la conception expressément collective de la tenue du carnet, pour laquelle la charge de travail serait répartie entre une dizaine de personnes, a été avancée comme une manière possible pour atténuer cette contrainte.

Plus largement, c’est aussi la question de l’intégration aux pratiques quotidiennes de travail qui s’est posée. Chercheur.e.s et journalistes ont manifesté en effet leur surprise de se voir invités à contribuer au carnet du projet. Aucun des binômes participants n’avaient imaginé par eux-mêmes publiciser de la sorte leurs recherches, si bien que l’ouverture de ce carnet leur apparaît, encore une fois comme une contrainte. Or, cette contrainte pourrait contrevenir au projet même de PLACES. Quel est en effet le sens d’imposer un outil de travail dans un cadre expérimental où il s’agit précisément d’observer des pratiques de travail spontanées ?
Sur ce point, il a paru nécessaire aux concepteurs du projet de mieux expliquer la finalité de ce carnet. Ils ont dû d’abord insister sur le fait qu’aucun format, contenu ou fréquence de publication n’était exigé mais, bien au contraire, que la liberté d’expression et l’innovation serait valorisée. Il leur a fallu également présenter aux chercheur.e.s quels intérêts ils pouvaient eux-mêmes trouver à titre personnel dans l’existence d’un tel carnet. La présentation de l’article d’André Gunthert intitulé « Why blog? » a achevé semble-t-il de convaincre tout le monde, comme si faire de cette forme éditoriale le sujet d’un articule scientifique la rendait subitement plus légitime.

Enfin, chercheur.e.s et journalistes se sont ensuite interrogés sur la question de la nature des contenus. Que mettre en ligne ? Comment parler de sa recherche ou de son sujet sans trop en dévoiler ? Pour différentes raisons, les deux métiers montrent ici une préoccupation commune : les chercheur.e.s sont réticent.e.s à évoquer des analyses non-stabilisées, et les journalistes sont soucieux de ne pas se faire doubler par un confrère. Au-delà de l’enjeu de publicité, se pose aussi également celui du lectorat. À qui est-ce qu’on s’adresse, pourquoi et sur quel ton ?
Sur ce point, j’ai pu fait part de mon expérience de longue date du carnetier sur Hypothèses. J’ai expliqué de quelle manière il est possible de rendre compte de sa recherche en écrivant sur ses « à-côtés ». Sur ce point également, l’idée d’accompagner les premiers temps d’écriture, en proposant à chaque binôme quelques billets sous la forme de questions-réponses, a été accueillie avec un certain soulagement. Voilà qui semblait offrir une première réponse au manque d’inspiration et au manque de temps disponible pour la rédaction des billets.

 

Références

Chibois Jonathan, « [Bibliographie] Le blogging scientifique », LASPIC | Carnet [En ligne], Hypothèses.org, 4 mai 2012. URL : https://laspic.hypotheses.org/645.

Gunthert André, « Why Blog ? », in OpenEdition Press, Cléo/OpenEdition, 2010, p. 167-171. URL : http://press.openedition.org/174.

 

Crédits photographiques : « no writing… », Ian Myles, 21 avril 2012 (CC-by).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.