Études de cas (1). Meyer et le journalisme de précision

Le séminaire Science ouverte, sur lequel le projet PLACES a été fondé, s’est arrêté durant deux semestres sur quelques cas de collaborations entre chercheur.e.s et journalistes documentés, en France ou à l’international, aujourd’hui comme hier. Voici une petite série de billets qui vise à produire pour chacune d’entre elles une petite synthèse en guise d’état des lieux liminaire.

Detroit Riots July 1967. Detroit police officers standing on Linwood Avenue on the west side of Detroit during the July 1967 riots.

Le 15 novembre 2017, nous avons reçu Sylvain Parasie. Il est venu nous présenter la situation nord-américaine de la fin des années 1960, qui constitue un bon point de départ pour évoquer les collaborations entre chercheurs et journalistes telles qu’on peut les imaginer aujourd’hui. À cette période en effet naît ce qu’on appelle le data journalism. Ce journalisme de données tisse rapidement des liens étroits avec les chercheurs en sciences sociales, qui sont alors plus accoutumés à traiter l’information sous forme quantitative. Le souci de ces journalistes est d’étendre leurs compétences d’investigation et in fine de renforcer leur autonomie professionnelle. Ils souhaitent être en mesure de produire eux-mêmes un discours de ces données, ce qui implique notamment d’être en mesure d’évaluer leur qualité et leurs conditions de production.

Le cas de Détroit

Un cas exemplaire de ce type de journaliste est Philip Meyer. Il a été formé aux sciences sociales, et a suivi des cours de science politique à Harvard en 1966 et 1967 dans un département en pointe dans l’utilisation de l’ordinateur pour les traitements statistiques. Il s’intéresse à ce type d’outils pour la détection de patterns, de régularités, de structures, et les résultats sont lui paraissent si prometteurs qu’il considère que la statistique tend à transformer les sciences sociales. Cet intérêt pour les données a pour cadre le Freedom of information Act, promulgué en 1967, qui donne à tout citoyen américain le droit d’accéder aux informations produites par l’administration publique. Désireux de faire profiter la société américaine de cette nouvelle manne d’informations, potentiellement gigantesque, il devient la figure de proue d’un groupe de journalistes qui tente d’installer des « centres de calcul » statistiques dans les rédactions des médias.

Meyer a reçu en 1967 le prix Pulitzer, pour son enquête sur les émeutes de Détroit qu’il a réalisé à partir de questionnaires distribués auprès des habitants dans les quartiers concernés. Avec son équipe, il s’emploie à reproduire la méthodologie mobilisée par les chercheurs ayant travaillé sur les émeutes de Los Angeles. Il travaille en collaboration avec l’Université du Michigan, avec qui il forme les enquêteurs travaillant avec lui et à qui il emprunte un ordinateur pour analyser ses données. Ceci le conduit à montrer, sur la base de la théorie de la frustration collective, que les émeutiers sont essentiellement des jeunes diplômés bloqués dans leur ascension sociale, et non pas les populations pauvres et immigrées. Ce travail donne lieu à un article dans le quotidien Detroit Free Press mais aussi à un article scientifique réalisée par une chercheure.

Il développe la notion du journalisme comme « social sciences in hurry ». Il publie sur cette question Precision Journalism: A Reporter’s Introduction to Social Science Methods, livre qu’il envisage comme un moyen de réconcilier la tension entre praticiens et chercheurs en sciences de la communication dans les écoles de journalisme. Pourtant les expériences de Computer Assisted Reporting ne connaissent pas le succès escompté. Une des raisons tient au fait que la production et l’analyse de données éloignent les journalistes des sciences sociales, dont les chercheurs ne finissent pas n’être plus que convoqué en fin de processus pour expliquer les chiffres produits par les rédactions. Meyer lui-même finit par délaisser le journalisme pour se faire universitaire.

Extraire ou co-produire les données ?

Cet exemple tend à montrer qu’une collaboration entre chercheurs et journalistes est difficilement viable si elle n’implique pas les deux parties de début à la fin du processus de recherche. Mais il montre aussi la porosité qui existe entre ces deux mondes et ces deux univers de pratiques professionnelles, dans le sens où le sociologue n’est d’une certaine manière qu’un super-journaliste (idée que le célèbre Robert Park défendait déjà de son côté).

Les travaux de Meyer interroge plus largement notre perception de ce qu’est une donnée, aussi en sciences sociales que pour le journaliste. Sylvain Parasie qui était notre invité à cette séance du séminaire, et qui nous a lui-même présenté le cas Meyer, a attiré notre attention sur les écueils d’une métaphore minière, à savoir une conception de la donnée comme une ressource de vérité qu’il faudrait extraire et exploiter. Une donnée est bien plus le résultat d’un processus de mise en donnée, auquel plusieurs acteurs et donc plusieurs intérêts participent, qu’il ne faut pas écarter de l’analyse.

 

Pour aller plus loin

Parasie, Sylvain. « Des machines à scandale. Éléments pour une sociologie morale des bases de données », Réseaux, vol. 178-179, no. 2, 2013, pp. 127-161.

Parasie, Sylvain. « Justicier, chercheur ou hacker ? Le journalisme d’enquête à l’ère du traitement de données ». Carmes, Maryse, et Jean-Max Noyer. Les débats du numérique. Paris : Presses des Mines, 2013.

 

Séance du séminaire « Science ouverte » n°2 du 15 novembre 2017. Billet rédigé d’après le compte-rendu et les notes d’Alessia Smaniotto. Crédit photographique : Billy Black, « Detroit Riots 1967 – 02 », 25 janvier 2002 (CC-by)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.