Études de cas (2). Burnham, Long et la plateforme TRAC

In August of 1997, The Nation devoted an issue to an article by Burnham that challenged the basic management skills and investigative competence of the FBI

La situation nord-américaine nous offre un second exemple important de collaboration entre chercheur.e.s et journalistes, nous explique Sylvain Parasie dans la seconde partie de son intervention consacrée au duo que constituent David Burnham et Susan Long (le 15 novembre 2017, concernant la première partie de son intervention, voir ici).

Burnham est un journaliste d’investigation est d’abord connu pour ses enquêtes au New York Times sur la corruption policière, notamment dans la ville de New York entre 1968 et 1986. Il s’intéresse de près aux potentialités croissantes offertes par l’outil informatique, tout en se méfiant de l’utilisation que l’administration fédérale américaine en fait. Il juge en effet que l’information crée une asymétrie de moyen entre l’État et la société civile, dont le résultat est un affaiblissement inéluctable des contre-pouvoirs dans le contexte démocratique. Il publie en 1989 un livre sur le sujet, intitulé The Rise of the Computer State (pour un court compte-rendu, voir ici). Son point de vue à l’égard de ses confrères journalistes d’investigation est d’ailleurs critique, tant il les considère trop souvent instrumentalisés par les « fuites » organisées par l’administration. De son point de vue, ils ne sont pour cela que des « sténographes » du pouvoir d’État.

La plate-forme TRAC

David Burnham milite pour que le journalisme devienne un réel quatrième pouvoir. Il souhaite que les échanges avec l’administration fédérale soient bien moins asymétriques, et relèvent davantage de collaborations équilibrées. Pour réaliser un tel projet, l’enjeu central concerne la collecte des données émanant de la dite administration. Il entreprend en ce sens des recherches sur les modalités possibles d’évaluation de l’administration à partir de traces spécifiquement numériques. Ce faisant, ses préoccupations rejoignent alors celles de Susan Long, chercheuse en statistique et enseignant dans une école de management. Ils se retrouvent tout deux avec le même souci de doter la société civile d’un observatoire citoyen pour contrôler l’État qui la gouverne. Un second point commun les réunit, ils sont tous deux mus par le souci de ne pas prendre pour argent comptant les données mises à disposition par l’administration fédérales, mais au contraire interoger la manière dont elles sont construites.

Ensemble, ils réalisent d’abord plusieurs recherches qui mettent en lumière les inégalités des citoyens américains face à l’administration fédérale. Puis ils fondent en 1989 la plate-forme Transactional Record Access Clearinghouse, mieux connue sous son acronyme TRAC. Celle-ci a pour objet de collecter des données publiques des différents services de l’administration fédérale, de les vérifier, de les croiser, de les contextualiser puis d’en assurer la diffusion. Le public visé est aussi bien constitué les groupes d’intérêts, le monde juridique, le monde des affaires, le monde universitaire et le monde parlementaire. Un des premiers succès de TRAC a été d’obtenir du département de la justice des données sur l’organisation de la police fédérale américaine, à partir desquelles Burnham a rédigé en 1997 un article retentissant sur la gestion discutable des compétences d’investigation au FBI.

Comment collaborer en situation d’asymétrie ?

Remarquons que le cas de TRAC soulève une question centrale pour les collaborations entre chercheur.e.s et journalistes. Il interroge la question de l’asymétrie de position entre les protagonistes ou, en d’autres mots, montre la centralité la centralité de la question de la complémentarité. Est-ce que toutes les asymétries posent problème? Est-ce que toute complémentarité est une asymétrie?

Plus largement, avec les cas de Meyer, Burnham et de Long, l’intervention de Sylvain Parasie nous permet de réfléchir à la porosité entre les mondes du journalisme et celui de la recherche académique. En admettant que nous ayons affaire à deux modes de connaissance qui ne se recouvrent pas, peut-on penser toutefois que les journalistes feraient des sciences sociales à leur manière, de même que les chercheurs seraient malgré eux  une sorte de journaliste ?

 

Pour aller plus loin

Burnham, David. The Rise of the Computer State. Random House, 1989.
Burnham, David. “The F.B.I.: A Special Report by David Burnham”. The Nation. August 11 1997.

Séance du séminaire « Science ouverte » n°2 du 15 novembre 2017. Billet rédigé d’après le compte-rendu et les notes d’Alessia Smaniotto. Crédit photographique : © The Nation, 1997 (source : https://www.epic.org/epic/board/burnham/).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.