Études de cas (3/4). Les Panama papers

ICIJ / Arthur Jones

Le 17 janvier 2018, le séminaire Science ouverte a accueilli Alessia Cerantola, journaliste, cofondatrice de l’Investigative reporting project Italy (IRPI), membre de l’International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ). Elle est venue nous présenter le travail collaboratif trans-frontières effectué autour des « Panama Papers », de leur analyse et de la publication du résultat des enquêtes menées. Dans cette étude de cas, les chercheurs sont globalement absents mais l’ampleur du travail collaboratif entrepris méritait qu’on s’y arrête malgré tout.

Pour rappel, les Panama Papers désignent une archive de documents confidentiels ayant fuité d’un cabinet d’avocats panaméen, livrant des informations détaillées sur plus de 200 000 sociétés offshore et sur leurs actionnaires. Parmi ces derniers se trouvent les noms de plusieurs chefs d’État, personnalités politiques, sportifs de haut niveau et célébrités de très nombreux pays. L’archive est très volumineuse, elle contient plus de 11 millions de documents (2.6 To de données), dont le contenu concerne une période relativement étendue (à partir des années 1970). L’archive a été adressée par un lanceur d’alerte anonyme au quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, qui les a ensuite partagé avec les rédactions de 80 autres pays par l’intermédiaire de l’ICIJ. Cette fuite a constitué un moyen inédit de mettre en lumière le fonctionnement des sociétés-écran dans l’évasion fiscale ou l’évasion d’argent. Les premiers articles révélant le contenu de cette archive ont été publiés en avril 2016.

Les enjeux de la collaboration

Si les Panama papers nous intéresse ici, c’est que, au-delà de leur portée journalistique, ils ont aussi constitué un défi méthodologique de grande ampleur, du fait du volume hors-norme des données à traiter. Cette fuite constitue de loin la plus grande révélation faite à ce jour de documents. Par comparaison, les Offshore Leaks sur un sujet semblable représentait 260 Go de données, soit 1/10e des Panama Papers. Ce volume de données a généré une masse de travail telle qu’il n’était pas possible de le traiter autrement qu’en mutualisant les moyens à grande échelle et en en automatisant une partie. De fait, comme nous l’a souligné Alessia Cerantola, le premier enjeu pour l’ICIJ a été de rassembler et de faire travailler en ensemble des personnes aux profils différents et aux compétences très diversifiées. C’était selon eux la seule manière d’acquérir une vision globale du phénomène en tant que système.

En premier lieu, ce sont les services d’analystes et d’ingénieurs spécialistes du traitement de données quantitatives massives qui ont été requis. Il fallait en effet commencer par rendre cette documentation utilisable par des journalistes non nécessairement familier avec ce type d’enquête. La première étape a été d’océriser les nombreux fichiers PDF, pour de les rendre exploitables par des programmes d’analyse de contenu. Puis il a fallu indexer leur contenu, notamment pour en faire apparaître les acteurs concernés, puis croiser ces informations avec des listes de personnalités afin de donner du sens à cette documentation. Ensuite, il a fallu alors trier et classer ces documents par pays, afin d’adresser les documents aux spécialistes concernés. C’est sur cette base seulement qu’il a été possible d’entamer le travail analytique à proprement parler.

Mais ces données ne sont pas seulement caractérisées par leur volume, elles sont aussi très disparates, couvrant une grande variété de pays et de période. C’est pour cette raison que les rédactions d’autant de pays différents ont été associées : la connaissance des contextes nationaux s’est avérée indispensable pour la compréhension et l’interprétation des données. C’est ainsi près de 400 journalistes qui ont été sollicités, choisis pour leur rattachement aux pays concernés par les Panama papers ou de leurs compétences particulières les concernant, et rassemblés dans le vaste groupe de travail nommé « Prometeus ».

Les outils de la collaboration

Alessia Cerantola nous a présenté trois outils dont le rôle s’est avéré crucial pour l’organisation et les activités de ce groupe de travail :

  • I-Hub est un outil développé l’ICIJ d’abord pour son usage spécifique. C’est un espace numérique de travail sécurisé de façon à ce que les journalistes puisse déposer des données et travailler sans craindre de voir leurs sources dévoilées et leur propre identité révélée. Cet outil inclut notamment des moyens de communication internes, par exemple un forum. À terme, I-Hub est destiné à être ouverts à tous les journalistes du monde travaillant sur des données sensibles.
  • Blacklight est un programme permettant de créer des interfaces ergonomiques pour l’exploitation de bases de données brutes, à l’aide de mots-clés, de liens croisés, d’index, etc… Il est normalement plutôt destiné aux bibliothèques pour gérer des collections de documents, mais il a été utilisé ici permettre à chacun d’explorer aisément le corpus de documents.
  • Linkurious est un outil capable de produire des visualisations graphiques sur les liens qui rassemblent ou opposent les documents d’une base de données. Il est notamment capable de mettre en évidence des connexions entre des données qui serait apparues a priori improbables à un œil humain. Cet outil a notamment permis aux journalistes d’intégrer dans leurs articles des visualisations graphiques interactives des liens qu’ils analysent, permettant aux lecteurs de se faire leur propre opinion (pour un exemple voir cet article, en accès libre).

Alessia Cerantola a attiré notre attention sur le fait que ces outils ne sont pas que des outils de partage de données ou d’analyse, ils forment ensemble un écosystème complet par lequel les journalistes impliqués pouvaient avancer individuellement en même temps qu’ils contribuaient à l’avancement du collectif. Chacun était en effet invité à partager ses pistes et ses brouillons, et à les soumettre à la connaissance comme à la discussion de l’ensemble du groupe de travail, via le forum de I-Hub. De la sorte, au fur et à mesure des recherches ponctuellement menées, le fonctionnement systémique des sociétés offshores se dévoilait progressivement.

Questionnements

Ce type de collaboration autour de données sensibles, et incluant pourtant un grand nombre de participants, soulève des enjeux de plusieurs ordres.

C’est tout d’abord l’externalisation des compétences qui a posé une question de fond, celle de l‘autonomie technique. On l’a vu plus haut, le soin de formater les données et de les insérer dans la base de donnée a été en effet confié à des petites mains, censées ne pas analyser les contenu mais simplement les préparer pour les journalistes. Mais quels critères sont appliqués pour standardiser les documents, le cas échéant ? À quel moment estime-t-on que la description s’arrête et que l’analyse commence ? Ou est la frontière entre le travail des ingénieurs et celui des journalistes ? De fait, il est apparu nécessaire d’encadrer strictement cette étape-ci, tant les choix effectués à ce stade paraissaient déjà engager le reste des acteurs du projet.

Cette expérience montre ensuite l’importance cruciale de savoir construire une communauté de travail, autour d’un but commun. Il s’agit donc à la fois de s’accorder dessus, de sélectionner en amont les journalistes (mais aussi les rédactions) les plus à même de respecter ce type d’engagement, et d’établir une relation de confiance. Sur ce point, la variété des pratiques culturelles et professionnelles s’est avéré être un enjeu, de même que la langue de travail qui peut constituer un frein à la collaboration. Le fait est que l’attitude collaborative s’apprend, et que l’emploi d’une langue véhiculaire (ici, l’anglais en l’occurrence) n’est pas toujours le meilleur choix pour une collaboration efficace.

Il importe aussi de bien clarifier la finalité globale des enquêtes menées. Une question notamment a été de savoir, a expliqué Alessia Cerantola, si l’objet premier du travail collectif était de mettre en évidence les individus dont les activités étaient ici décrites, ou s’il fallait plutôt se concentrer sur la compréhension globale du système et de son fonctionnement. Si pour rédiger des récits susceptibles d’intéresser le plus grand nombre, l’angle individuel est plus satisfaisant, cela ne peut en effet pas suffire. Il est apparu en effet trop réducteur de limiter les Panama papers a une somme de micro-histoires individuelles, tant tous ressentait la nécessité de mettre en évidence le caractère systémique de l’ensemble.

L’enjeu de la temporalité a dû également être géré de manière fine. Quand publier les analyses produites (les « stories« ) ? À quel point synchroniser les publications ? Le groupe pilotant le projet a estimé qu’un embargo d’un an pour la publication des premières stories était satisfaisant. Ce délai a moins été dicté par des exigences a priori, comme si une année était considérée nécessaire pour éviter tout risque de fuite, que par des considérations pragmatiques. En effet, un an est globalement apparu comme le délai minimum nécessaire pour boucler une story. Les contraintes de calendrier propres à certains contextes nationaux ont aussi été respectées, par exemple pour ne pas interférer avec une campagne électorale.

Enfin, il faut aussi mentionner l’enjeu de sécurité, étant donné que le contexte socio-politique n’assure pas à la liberté de la presse la même reconnaissance dans tous les pays du monde. Selon les situations, certains individus doivent ou non être publiquement identifiés, de même que les journalistes peuvent ou non publier leurs travaux en leur nom propre. Une attention forte est portée sur ce point par le collectif.

 

 

Pour aller plus loin

Panama Papers, sur le site de l’encyclopédie Wikipedia.

Rodrigues Victor, How France’s Linkurious helped reporters use data visualization to make sense of the Panama Papers, Rude Baguette, 7 avril 2016.

The Panama Papers: Exposing the Rogue Offshore Finance Industry, rubrique éditoriale dédiée sur le site de l’ICIJ.

 

Séance du séminaire « Science ouverte » n°3 du 17 janvier 2018. Billet rédigé d’après le compte-rendu et les notes d’Alessia Smaniotto.. Crédit photographique : ICIJ / Arthur Jones. Je remercie chaleuresement ici l’ICIJ pour son autorisation à réutiliser cette illustration.

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 04/02/2020

    […] et le partage de données de ce type spécifique de collaboration ? Sur ce point, on rejoint les réflexions menées par l’ICIJ dans le cadre des Panama Papers, où l’on a vu que l’enjeu de la collaboration à distance a constitué dès le début […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search