Les rédactions partenaires (1). Binge Audio

Je commence ici une petite série de billets au sujet des rédactions avec lesquelles nous travaillons. Je me suis donné comme objectif de les visiter pour me faire une meilleure idée des contextes socio-professionnels, et donc socio-techniques, dans lesquels s’insèrent les journalistes impliqués à nos côtés.

© Binge Audio

Mes visites sont motivées par l’hypothèse que les contextes socio-professionnels des journalistes s’imposent d’une manière ou d’une autre à l’ensemble des activités entreprises par les binômes. Pour le dire autrement, je suppose ici que la collaboration entre chercheurs et journalistes nécessite pour être pleinement appréhendée qu’on se penche sur les conditions de production du discours journalistique (le raisonnement opposé, sur les conditions de production du discours scientifique, est évidemment aussi valable, je m’y pencherai un peu plus tard). Si cette hypothèse se vérifie, il s’agira alors de préciser les modalités selon quelles ces conditions de productions participent à structurer le travail commun.

Le hasard du calendrier et des disponibilités respectives fait que ma première visite s’est déroulée chez Binge Audio. J’y ai été reçu par David Carzon, un de ses fondateurs et actuellement directeur de la rédaction. Il a consacré ce mercredi 6 novembre près 80 minutes à me présenter sa rédaction, à répondre à mes questions ainsi qu’à me faire visiter les locaux.

Un projet de podcast

Le partenariat entre Binge et PLACES fait suite à la proposition d’un projet en mai dernier d’Agathe Charnet, membre du binôme « Vivre avec l’oubli », sur le thème de la maladie d’Alzheimer. Après plusieurs échanges et une réunion préparatoire en avril 2019, un projet de podcast en quatre épisodes s’est formalisé et a reçu le feu vert de la rédaction. La diffusion de ces épisodes a été planifiée pour début 2020, dans le cadre de l’émission phare du média Programme B, produite par Thomas Rozec. Durant une semaine, un épisode sera livré chaque jour, du mardi au vendredi, après un premier épisode de présentation, le lundi.

Le fait est que ce projet porté par Agathe s’est avéré entrer parfaitement dans la politique éditoriale de Binge. Ce dernier en effet promeut en effet une approche du podcast qui − pour faire bref − tente de tirer parti de la spécificité du format pour se saisir d’enjeux de société dans une approche résolument politique quoique non militante, à destination d’un public d’auditeurs de 18-35 ans. C’est précisément dans cet esprit qu’a été pensée l’émission Programme B, afin de décortiquer chaque jour de la semaine un sujet d’actualité, d’une manière qui soit à la fois critique et incarnée par le point de vue personnel des journalistes.

Le projet de podcast porté par Agathe a suscité l’intérêt de la rédaction pour deux raisons principales. Le sujet en lui-même a tout d’abord plu, la question d’Alzheimer parlant potentiellement à tous, soit parce que les gens sont de moins en moins rares aujourd’hui à posséder un parent malade, soit parce que ce sujet rencontre les interrogations chacun possède inévitablement sur son propre avenir. Par ailleurs, le fait qu’Agathe explique être elle-même personnellement concernée par ce sujet est apparu pour Binge comme un gage de sa capacité d’incarner le sujet traité (plutôt que de le traiter avec distance).

La fabrication du podcast

Durant la réunion préparatoire en avril 2019, la rédaction de Binge, le producteur de l’émission Programme B et Agathe se sont entendus sur un « conducteur », c’est-à-dire un document décrivant en détail le déroulement et l’enchaînement des quatre épisodes du reportage. Tout le monde s’est également mis d’accord sur un « rétro-planning », c’est-à-dire l’inscription dans un calendrier précis des étapes principales à venir. Les différentes parties se sont ensuite donné rendez-vous dans six mois, pour le rendu des différents enregistrements, afin que le montage puisse être effectué.

À l’issue de cette réunion et de diverses régularisations administratives, Agathe a ainsi été intégrée à l’équipe de Binge comme le serait une pigiste. Elle n’est pas soumise à des horaires et elle est pleinement libre de mettre en œuvre le projet à sa convenance et à son rythme. Binge s’est engagée de son côté à lui verser un salaire et à mettre à sa disposition ses locaux, du matériel et un budget transport/hébergement.

© Binge Audio

Lorsque, début 2020, Agathe fournira les enregistrements qu’elle a effectués durant l’enquête menée avec Alexandra, ainsi que le script de sa propre voix, elle se verra adjointe d’un ou une réalisateur.e. Cette tierce personne sera chargée d’enregistrer la voix de la journaliste et d’assembler l’ensemble du podcast selon les préconisations de l’auteure, les directives du producteur et les contraintes techniques. Cette étape demande environ cinq jours de travail à temps plein. Il ne restera plus ensuite qu’à diffuser !

Incidences sur la collaboration

Avec cet exemple du projet « Vivre avec l’oubli », on commence alors à entrevoir de quelle manière la production du discours journalistique peut façonner la collaboration entre chercheur et journaliste. Les quelques éléments rapportés ici m’amènent à deux remarques.

La première concerne la temporalité de la collaboration. On peut d’abord remarquer qu’un calendrier très précis s’impose au binôme “Vivre avec l’oubli” du fait même de la définition en amont d’un rétro-planning, entre Agathe et Binge. Une temporalité à laquelle Alexandra, chercheuse, est peu ou prou obligée de se soumettre si elle souhaite effectivement participer à la collecte de donnée. C’est une dimension dont on voit déjà qu’elle trouve des inconvénients comme des avantages : elle cadre l’organisation du binôme en même temps qu’elle lui insuffle une dynamique.

La seconde remarque concerne la direction prise par les investigations communes. Le fait de s’être accordé sur un conducteur suppose pour le journaliste et son binôme de savoir anticiper avec précision le contenu de ses futures investigations. Si un gros travail peut effectivement être réalisé en amont pour limiter les surprises, il semble toutefois qu’une enquête, qu’elle soit journalistique ou scientifique, ne puisse jamais être exempte de rebondissement. Que se passe-t-il si les personnes interviewées ne répondent pas dans le sens prévu ? Comment faire lorsqu’une interview est annulée ? Comment gérer l’émergence d’une problématique non prévue ? Se pose alors une double question qu’il sera important d’explorer dans la suite :

  1. Quelle est la liberté de manœuvre que le journaliste peut s’autoriser, et éventuellement négocier, a posteriori avec la rédaction ?
  2. Comment cette démarche de pré-définition des résultats de l’enquête peut-elle être compatible avec une démarche scientifique qui se voudrait à l’inverse empirique et inductive ?

 

Merci infiniment à Binge Audio pour son accueil, ainsi que pour son autorisation à diffuser les photographies du présent billet !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.