Qu’appelons-nous « collaboration » ? Réflexions sur notre usage de la notion

« Human Pyramid »

Lors d’une récente réunion, nous échangions sur le nombre croissant d’acteurs tiers impliqués dans les projets-pilotes. Par tiers, nous entendons tous les individus qui ne sont pas membres des binômes à proprement parler, mais dont la participation facilite leur travail, voire leur est indispensable. Il y a les tiers financeurs, les tiers conseillers juridiques, les tiers responsables de rédaction, les tiers techniciens, etc. Au vu de la place que ces tiers prennent, la question s’est posée de creuser le sujet et d’en établir une typologie.

Une telle typologie sera peut-être effectivement à imaginer, ne serait-ce que pour classer les types d’aides externes que requièrent ces associations chercheurs-journalistes. Cela dit, notre conception de la notion de collaboration nécessite peut-être en premier lieu d’être elle-même d’être interrogée. J’ai exprimé en quelques mots cette intuition lors de cette réunion, et je voudrais ici la développer pour la clarifier et l’étayer.

Présupposés de la collaboration entre binômes

Le projet PLACES, rappelons-le, a pour fondement le constat que les mondes de la recherche scientifique et du journalisme s’ignorent plus qu’ils ne coexistent. Cette (quasi-) absence d’interpénétration engendre, du côté des chercheurs, une méconnaissance des conditions de la production journalistique et souvent aussi une indifférence pour la manière dont la société considère leurs propres travaux. Elle engendre aussi en miroir, du côté des journalistes, une absence de sensibilisation, voire un désintérêt, pour les conditions et le contenu de la production scientifique (sauf peut-être sur les thèmes les plus racoleurs). C’est dans ce contexte que nos trois binômes expérimentaux ont été élaborés, parce qu’il a été jugé bénéfique pour les deux mondes de mieux se connaître et de s’apprivoiser.

Pourquoi des binômes justement ? Parce qu’il a semblé illusoire aux concepteurs du projet − et à raison je pense − de vouloir transformer des manières de faire qui sont collectives sans s’intéresser d’abord aux individus. Travailler à l’échelle individuelle est en effet important pour observer finement quelle forme prend très précisément ce cloisonnement entre journalistes et chercheurs, c’est-à-dire dans le détail des interactions ordinaires et toujours en contexte. Le pari a été fait que nous pourrions faire ainsi surgir les problèmes concrets qui se posent lorsqu’il s’agit de jeter un pont entre les deux mondes et mieux les prendre en charge dans un second temps.

Nous avons donc amené des binômes à collaborer. C’est ici que je crois identifier un biais dans notre approche. J’ai le sentiment qu’en choisissant de travailler à l’échelle individuelle, nous avons inconsciemment écarté toute perspective collective, en réduisant ces collaborations à des relations exclusivement dialogiques. Je ne crois pas que ce soit un hasard en effet si la question des tiers a surgi comme telle, c’est-à-dire comme une nécessité d’intégrer à la réflexion des acteurs supplémentaires. Nos chercheurs et nos journalistes n’abandonnent pourtant pas leur qualité d’êtres sociaux lorsqu’ils élaborent à deux une relation de travail privilégiée. De fait, ce fameux pont entre les mondes du journalisme et de la recherche n’est-il vraiment concrétisé que par la relation entre par deux uniques individus, ou ne faudrait-il pas voir plus largement ?

Des réseaux d’activités pluriels

Il y aurait une autre manière de considérer les choses. Elle me semblerait à la fois plus à même de décrire la place des tiers dans ces projets et plus opérationnelle pour décrire les enjeux concrets de cette séparation entre les mondes du journalisme et de la recherche scientifique. Les travaux classiques de la seconde moitié du XXe siècle aux États-Unis sur les réseaux de collaboration, dont les représentants les plus connus en France sont Howard S. Becker et Anselm Strauss, pourraient être en effet utiles ici.

La question des tiers dans la collaboration montre que les membres de nos binômes ne sont pas seuls à s’engager dans la relation de collaboration qu’ils construisent avec leur projet commun. Ils engagent avec eux, non seulement des usages, des savoirs et des compétences, une temporalité, mais aussi et surtout leur réseau d’activité. La notion de réseau ici n’est pas à entendre comme le réseau des amis ou des collègues avec qui l’on se sent bien, ni le carnet d’adresse que l’on s’est progressivement construit au cours de sa carrière professionnelle. Un réseau d’activité c’est l’ensemble de toutes les personnes avec qui ont un contact direct ou indirect lors de la réalisation d’un projet et qui donc, d’une manière ou d’une autre, influent sur celui-ci. Il se déploie verticalement aussi bien qu’horizontalement, on y trouve aussi bien certains collègues, mais aussi de son chef de service (n+1) ou le stagiaire à qui l’on confie certaines tâches (n-1). Il contient également des personnes avec qui on a aucun contact visuel, comme un chargé de communication ou un secrétaire administratif, ou même pas connaissance, comme un technicien d’une entreprise sous-traitante. Il se recompose enfin incessamment si bien qu’il connaît, à l’échelle d’un projet, une existence toujours temporaire.

Il est clair en effet que lorsque nos projets pilotes ont commencé à travailler, nos chercheurs et nos journalistes ont engagé avec eux des membres de leurs réseau d’activité, les conduisant à participer non seulement avec eux mais avec d’autres. Par exemple :

Dans le projet « Vivre avec l’oubli », en proposant son projet à David (journaliste) à la rédaction de Binge, Agathe (journaliste) a réactivé un contact de son carnet d’adresse qu’elle a présentée à Alexandra son binôme (chercheur). David et Alexandra ne se connaissent pas et ne collaborent pas, mais David (journaliste) a été amené à rencontrer Alessia et moi-même (chercheurs) qui ne sont pas membres du projet-pilote à proprement parler, mais uniquement du projet PLACES. Ainsi, aujourd’hui, une relation de collaboration directe est établie directe entre David et moi, qui n’implique plus Agathe. Voilà comment cette journaliste et cette chercheure, en montant leur projet, ont non seulement créé une relation d’activité entre elles, mais elles en ont également créé de multiples autres entre des membres de leurs réseaux d’activité respectifs.

De fait, on peut déplier de la sorte toutes les relations d’activité qui unissent un binôme, ce qui nous montre que toute relation de collaboration est plurielle. Derrière la relation dialogique chercheur-journaliste c’est un tissu de relation qui émerge. En cela, les projets-pilotes font bien plus que mettre en relation deux uniques points du monde du journalisme et de la recherche, ils créent en fait de multiples ponts pouvant prendre des formes variées : des ponts administratifs, des ponts techniques, des ponts financiers, etc.

Penser la complexité

Ainsi, formuler le problème de la collaboration de la sorte transformerait notre perspective sur trois plans :

  1. elle conduirait à considérer une variété d’acteurs et non seulement deux uniques. La question initiale des tiers se dissoudrait alors en tant que telle, ces derniers devenant non plus des facilitateurs mais des membres à part entière de la collaboration, qui auraient leurs propres logiques, contraintes et motivations, et sur lesquels les initiateurs du projet n’auraient pas nécessairement de prise.
  2. elle conduirait à penser des réseaux de relations plutôt que des relations dialogiques. Il faudrait alors voir les collaborations comme des mouvements qui rapprocheraient non pas deux acteurs mais deux réseaux d’activité distincts et distants. En conséquence, toute collaboration signerait en fait la naissance d’un nouveau réseau d’activité, temporaire et composé en partie des réseaux respectifs de deux membres du binôme.
  3. elle conduirait à envisager la complexité des relations de collaboration. La multiplicité des relations de collaboration autour d’un binôme ne signifie qu’elles sont toutes du même ordre (la coopération n’est pas la délégation, par exemple) et à égalité (la relation chercheur-journaliste dans notre cas déclenche les autres, elle n’est pas facultative).

Quelles conclusions tirer alors sur un plan pragmatique ? Dans l’hypothèse d’une plateforme numérique de collaboration, que faire de cette multiplicité d’acteurs et de relations ? Faudrait-il aller jusqu’à créer un outil offrant une pluralité d’accès pour une variété de participants ? Un outil qui ne serait plus dédié à deux individus mais à une communauté restreinte répondrait-il à un besoin ?

 

Crédit photo : « Artwork – Human pyramid » par Caomai, le 20 avril 2009 (CC-by-sa 2.0).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.