Catégorie : Méta projet

Le « méta projet » de PLACES désigne l’entreprise d’observation et d’analyse des conditions de concrétisation des trois projets-pilotes, dans le cadre desquels des chercheurs et journalistes sont amenés à collaborer de manière privilégiée.
Son objectif est de suivre leur mise en œuvre au jour le jour, pour en identifier les freins à cette collaboration, cerner les éventuels besoins d’accompagnement et en souligner les réussites.

Ce travail de recherche est mené par Alexandra Caria et Jonathan Chibois (cf. L’équipe de PLACES) et aboutira à la publication d’un rapport de synthèse. Celui-ci contiendra notamment un ensemble de recommandations, formulées dans l’hypothèse du développement future d’une plate-forme numérique dédiée à ce type de collaboration.

Les six formes du journalisme collaboratif

En septembre 2017, Sarah Stonbely a publié un rapport intitulé « Comparing Models of Collaborative Journalism », dans lequel elle propose une typologie des formes de journalisme collaboratif. Ce travail soulève de nombreuses questions quant à notre propre expérimentation, en ce qu’il offre des pistes pour favoriser les collaborations entre participants de cultures professionnelles différentes.

Étude de cas (4). L’Illusion nationale

Le 21 mars 2018, c’est l’ouvrage L’Illusion nationale (Les Arènes, 2017) qui a été mis à l’honneur du séminaire. Nous avons accueilli à cette occasion ses deux auteurs pour les entendre nous exposer les modalités concrètes de leur collaboration. Leur enquête a duré deux ans, durant lesquels ils ont entrepris de se familiariser avec le quotidien de trois villes dirigées par le Front national, travail qu’ils ont restitué sous la forme d’un roman-photo.

Qu’appelons-nous « collaboration » ? Réflexions sur notre usage de la notion

Lors d’une récente réunion, nous échangions sur le nombre croissant d’acteurs tiers impliqués dans les projets-pilotes. Au vu de la place que ces tiers prennent, la question s’est posée de creuser le sujet et d’en établir une typologie. Mais auparavant, ne serait-il pas utile d’interroger notre conception même de ce qu’est une collaboration ?

Les rédactions partenaires (1). Binge Audio

Je commence ici une petite série de billets au sujet des rédactions avec lesquelles nous travaillons. Je me suis donné comme objectif de les visiter pour me faire une meilleure idée des contextes socio-professionnels, et donc socio-techniques, dans lesquels s’insèrent les journalistes impliqués à nos côtés. Le hasard du calendrier et des disponibilités respectives fait que ma première visite s’est déroulée chez Binge Audio.

Études de cas (3). Les Panama papers

Le 17 janvier 2018, le séminaire Science ouverte a accueilli Alessia Cerantola, journaliste, membre de l’International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ). Elle est venue nous présenter le travail collaboratif trans-frontières effectué autour des « Panama Papers », de leur analyse et de la publication du résultat des enquêtes menées.

Études de cas (1). Meyer et le journalisme de précision

La situation nord-américain de la fin des années 1960 constitue un bon point de départ pour évoquer les collaborations entre chercheurs et journalistes telles qu’on peut les imaginer aujourd’hui. À cette période en effet naît ce qu’on appelle le data journalism. Ce journalisme de données tisse rapidement des liens étroits avec les chercheurs en sciences sociales, qui sont alors plus accoutumés à traiter l’information sous forme quantitative.

Un carnet de projet, pour quoi faire ?

La mise en ligne de ce carnet de projet a suscité plusieurs débats au sein de l’équipe, notamment dans le cadre de la réunion de lancement du 8 octobre dernier, tant au sujet de sa raison d’être et de ses finalités qu’au sujet de sa légitimité. Dans un souci scientifique de réflexivité sur nos pratiques de recherche, en même temps que dans une volonté d’archiver une discussion qui a été passionnante à bien des égards, ce billet vise à faire la synthèse de nos échanges liminaires sur cette question.